christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1679 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2018

L’identitarisme est multiple, lié aux chocs et crispations identitaires

Ni Sallenave (qui amalgame République et catholicisme ou République et colonies), ni Bouvet (qui oublie la République sociale en plus de la République laïque). L’identitarisme est multiple, lié aux crispations identitaires : ni crispation identitaire de type national, ni crispation identitaire de type religieuse !

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ni Sallenave (qui amalgame République et catholicisme ou République et colonies), ni Bouvet (qui oublie la République sociale en plus de la République laïque).

L’identitarisme est multiple, lié aux chocs et crispations identitaires : ni crispation identitaire de type national, ni crispation identitaire de type religieuse !

XX 

Identitarisme vers communautarisme ?

L’identitarisme n’est pas exactement un communautarisme bien qu'il y tende fortement car il ne s’agit pas, très souvent, que d’une identité individuelle mais aussi et surtout d’une identité collective. Et plus cette identité collective sera forte plus il y a aura risque de clôtures et de rejets . Pour autant il y a bien différence entre identitarisme et communautarisme.

L’identitarisme met en avant constamment son « identité" et aussi, en arrière-plan, de façon explicite ou non, de façon récurrente ou pas, sa « communauté" qu’elle soit religieuse ou nationale (ou régionale ou plus rarement continentale) ou ethno-culturelle .

Il existe aussi un identitarisme sexuel qui met en avant sa particularité sexuelle quand d'autres préfèrent vivre plus discrètement sans nécessairement se cacher. Il peut s'agit de se préserver du mépris ou des violences - je pense à la montée de l'homophobie -, mais ce n'est pas toujours le cas. Il peut s'agir d'un choix.

L’identitarisme, comme obsession de l’identité, sous-estime les différences d’appréciation internes à propos de la dite identité défendue, une identité collective sur-valorisée, fétichisée et surtout très homogène. Il peut y avoir une relative diversité mais ce qui importe c'est ce qui est homogène, commun, principal. L'identitarisme se rapproche ici d'un essentialisme comme le communantarisme se rapproche d'une forme de racisme . L’identitarisme est militant : il fonctionne à l’étendard et au symbolisme de son identité.

L’identitarisme nie aussi les contradictions internes et les conflits d’interprétations. Du moins il les dévalorisent comme trahison d'une nature profonde. Il penche vers l’ultra-conservatisme. On évoque alors des contre-mouvements réactionnaires. Un contre-mouvement est très souvent réactionnaire. C’est quasiment dans sa définition. Mais c’est mieux de le préciser, d’autant que, bien évidemment, on pourra y trouver des éléments trompeurs, d'aspect progressistes.

Il y a aussi à évoquer - sans détailler ses différentes formes ici - un choc des identités.

Il y a des visions relativement homogènes et fermées de « l’identité nationale » qui incitent très fortement aux exclusions - on le voit en Europe (Hongrie, Pologne, Italie, etc) notamment contre les migrants -, comme il existe des visions homogènes et fermées de la religion fonctionnant de façon hyper-dogmatique avec de très lourdes contraintes internes à la communauté, notamment contre les femmes, les homosexuels, les athées, les personnes hypotextiles. On a pu évoquer ici un "intransigeantisme religieux", souvent relié à une conception intégriste de la religion. Avec l'intransigeantisme, ce sont les intégristes religieux qui imposent leurs règles aux lieux qu'ils fréquentent.

XX

L'exemple de l'intransigeance identitaire 

La pacification entre certaines fractions sécularisées de la société et les religions ou du moins les éléments offensifs de la religion passe par la laïcité, l’interculturel, et la fin relative de l’intransigeantisme identitaire (cf l’affaire du voile islamique de la syndicaliste de l’UNEF) qui fait assurément obstacle à l’interculturalité voire au simple respect d’autrui dans certains cas ou cet affichage s’impose à vous : cadre proximal et durable imposé (ex : bureau) (1). La pacification entre la société et les religions passe plus généralement par l’épuisement des crispations identitaires - dites aussi « identitarisme » - sources de haines diverses. 

- Deux formes d'un archaïsme identitaire

En vérité l’identitarisme, contrairement à ce que dit Mme Sallenave, est multiple et s’appuie aussi bien sur les RELIGIONS et notamment tous les intégrismes religieux - catholiques certes, mais aussi juif haredim ou musulmans sexo-séparatistes et sexyphobiques (haine de trois signes féminins : 1 : tout bout de chair, 2 : toute forme féminine ou jugée telle, 3 : tout vêtement trop féminin ) que sur les NATIONS c’est à dire ici, aussi bien les régionalismes (au plan infra-national) que les nationalismes au sens strict (dont le national-républicanisme contre les droits humains) qu’au plan supra-national avec toutes les apologies de configurations continentales (gouvernance économique de l’Union européenne) déconnectées des processus démocratiques et même des droits humains fondamentaux car recentrées sur des logiques marchandes et comptables ou sur des logiques de répression des migrants (malgré les droits humains de l’ONU au-dessus en principe des pouvoirs d'Etat). 

Ces deux formes d'un archaïsme identitaire perdurent et construisent des "boucs émissaires" qui éloignent de la convergence des forces de pluri-émancipation (pas que l'émancipation économico-sociale d'un certain marxisme) pour la République sociale et le socialisme du XXI ème siècle avec des combats alter-démocratiques, féministes, antiracistes et laïques à mener avec succès pour sortir du néolibéralisme, du capitalisme financiarisé mondial. On en est loin. On "encaisse" de plus en plus de contre-réformes classistes qui relèvent assez bien d'une pseudo République, d'une "République bourgeoise" ou d'une "République des riches", qui réduit de plus en plus et de façon grossière les politiques publiques d'intérêt général à ce qui est compatible avec les logiques marchandes et de profits notamment financiers ainsi qu'aux désirs du 1%  d'en-haut... mais l'identitarisme multiforme perdure néanmoins. 

- Pas de cécité contre les intégrismes religieux

Eu égard au peu d'expression à propos des "campagnes d'hidjabisation" des islamistes et autres intégristes musulmans au Maroc et ailleurs il y a lieu de s'exprimer pour s'y opposer sans amalgamer un intégriste musulman et un musulman refusant le voilement autoritaire des femmes. Il faut répéter ici, à cette occasion, que les intégrismes religieux ne se réduisent pas à la seule composante militariste et guerrière - production de l'ignorance ici - à moins d'oublier la longue contribution des divers intégrismes religieux en matière de moeurs austères et autoritaires - une spécialité historique -pour contenir l'émancipation des femmes, des homosexuels et des lesbiennes comme des bi et transsexuelles vers plus de liberté et d'égalité. A moins d'ignorer aussi la volonté de certains intégristes religieux de construire - "par en-haut" donc politiquement ou-et "par en-bas" soit dans la société civile - un hyperpatriarcat contre les conquêtes féministes détestées, celles ayant abouties à un "patriarcat réduit" (le système bicatégoriel existe toujours mais il est limité dans la mesure ou la différence sexuée n'est pas toujours signe d'infériorité et de hiérarchie - pédagogie du "double regard" de C Delarue) que l'on nomme aussi "seconde modernité" (cf De Singly).

S'agissant des intégrismes musulmans, on voit de plus en plus, une "police du genre" s'exercer contre de très jeunes filles de 6 ou 7 ans voir  2 ou 4 ans  par des mises sous hypertextile. Cette construction de l'aliénation humaine est choquante et nuisible. Je ne suis pas certain qu'il faille une loi mais je suis certain qu'il faille s'exprimer sans attendre pour discréditer pareille pratiques archaïques. La "police du genre" qui met des gamines en tenue glamour sur des podiums n'est pas mieux mais elle est plus occasionnelle, moins structurelle. 

Christian DELARUE

1) Là ou la « réciprocité textile » n’existe quasiment pas - car l’hypertextile est quasiment libre mais pas l’hypotextile - string seulement - limité aux plages - l’imposition de l’affichage hypertextile est pénible.

 ADDENDUM

République prise en tenaille entre crispation nationale et crispation religieuse !

http://amitie-entre-les-peuples.org/Republique-prise-en-tenaille-entre-crispation-nationale-et-crispation

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa