Société inclusive : Justice animale avec les autres « justices » !

Société inclusive : Justice animale avec les autres « justices » !

Société inclusive : Justice animale avec les autres « justices » !

 

- Justice : diversité des usages

Puisque l’on évoque désormais toute une série de « justices », pourquoi pas la « justice animale » .

Il y a en effet, que cela plaise ou non, plusieurs types de « justices » revendiquées, notamment par les gilets jaunes mais pas seulement puisqu’il existe d’autres mouvements revendicatifs .

On dit haut et fort récemment qu’il importait de combiner « justice sociale et fiscale » avec » justice climatique et environnementale » . La justice territoriale a aussi fait son apparition sous plusieurs aspects : la question des transports (transports collectifs à bas tarifs), celle de l’implantation des services publics de proximité en campagne, la prise en compte des quartiers urbains périphériques abandonnés avec les quartiers ruraux délaissés . Derrière les questions de « justice » c’est l’exigence d’égalité qui est posée.

 

- Quid alors de la justice animale ? 

Il s’agit aussi d’aller vers plus d’égalité mais pas seulement. Plus de civilisation aussi.

La justice animale veut 1) réduire la souffrance animale (barbarie ignoble actuelle), 2) réduire la « mal-bouffe » , 3) articuler justice animale et justice écologique.

Ce triptyque se traduit par plusieurs orientations pratiques : 1) Côté production, on trouve d’abord le refus de l’industrialisation de la production de viande avec les « usines à viande » , 2) Côté contrôle : besoin d'un meilleur contrôle de cette production sous plusieurs aspects, ce qui suppose l’embauche de fonctionnaires qualifiés pour aller sur le terrain. Voir rapport Falorni ci-dessous avec ses limites . 3) Coté distribution : réduire les longs trajets avec des animaux vivants, améliorer la traçabilité sanitaire. 4) Côté consommation : choisir les bons produits à minima et surtout réduction très forte de la consommation carnée.

La réduction massive de consommation de viande participe d’un triple souci : il y a meilleure qualité de l’alimentation (la viande même bio n’est pas le meilleur des aliments), moindre souffrance animale, meilleure transition écologique.

XX

Nov 2016

REDUIRE LA SOUFFRANCE ANIMALE : RAPPORT FALORNI & CAULLET

AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE sur les
conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français

Président : M. Olivier FALORNI - Rapporteur : M. Jean-Yves CAULLET

avec l’appui de quelques députés (cités)

https://www.politique-animaux.fr/sites/www.politique-animaux.fr/fichiers/prises-de-positions/pieces-jointes/rapport_de_la_commission_denquete_sur_les_conditions_dabattages.pdf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.