SEXYPHOBIE forme de sexisme

SEXYPHOBIE comme forme de sexisme

La SEXYPHOBIE est une forme de sexisme  particulière

 

Haine générale des femmes hypotextiles mais c'est plus que çà. Plus précisément le terme regroupe la haine et le mépris de certaines femmes en lien avec la peur de la chair et des formes féminines mais aussi des vêtements féminins jugés tels (pantalon moulant, talons hauts) ou jugés indécents (jupes plus ou moins courtes, décolleté variable ) et-ou avec de menus artifices "sexy" : colliers, bracelets, boucles d'oreilles, bagues,etc..

On peut concevoir une sexyphobie sans agression aucune comme il y a voilophobie sans agression aucune.

Mais la sexyphobie comme forme de sexisme condamnable va plus loin qu'un simple ressenti non extériorisé. Il s'accompagne nécessairement de critiques et de gestes méprisants soit  par le simple regard méprisant sans mot dire (forme mineure d'intimidation sexiste) ou soit par des insultes sexistes - "sale pute" souvent - (forme majeure) . Il y a pire encore : le viol.

xx

Le but de l'insulte sexiste et sexyphobique est variable :

Il s'agit soit

- de faire mettre des vêtements banalisés et amples (dépourvus de tout signe de féminité ou de séduction)

- soit beaucoup plus si en présence d'intégrisme religieux sexoséparatiste (1) : voile et hypertextile alors. La réclusion à la maison est aussi prescrite chez les intégristes religieux musulmans ou juifs haredim (qu'on ne saurait assimilier aux musulmans et juifs pro-égalité et pro-liberté des femmes).

Cette peur peut s'analyser comme une peur de perdre ses moyens, de ne plus savoir "se tenir", d'être trop tenté (par le diable). La faute est alors mise sur les dites femmes rendues responsables et coupables en cas d' agression, de viol. Les agressions de ces femmes sont alors justifiées.

xx

Une mauvaise éducation (d'origine religieuse ou pas) porte une vision exclusivement réductrice de ces femmes vues comme objet sexuel très nuisible, au lieu de les voir aussi comme des êtres humains riches d'autre chose (non réduction)  . Cette mauvaise éducation empêche une nécessaire montée vers le respect humain du à tous (thème du "double regard") et notamment aux femmes. Ce réflexe éducatif compense le stimuli réducteur et relève la femme séduisante au titre de personne humaine respectable et digne.

Ce phénomène étant collectif, il s'agit alors nettement d'un pouvoir masculin contre les femmes pour limiter leur liberté. Par ailleurs, étant exclusivement réduite à un objet tentateur sans montée en valeur et respect on peut dire aussi qu'une conception inégalitaire est maintenue. Une femme respectable ne saurait être chez ce type d'homme - parfois de femmes - trop séduisante. 

Les intégristes religieux sexoséparatistes portent un très haut niveau de rejet de ce qui peut apparaître comme féminin. L'hypertextile pour les jeunes filles - quelques annèes seulement - en est la forme extrême qui vise à inculquer et incorporer la soumission au patriarcat le plus archaique. Là il faut dire aussi que des femmes participent aussi à cette perpétuation patriarcale. 

 

Exemple récent :

cf l'Express du 18 mai sur La Chapelle : "Celui des jeunes filles, qui ne peuvent plus sortir seules, porter une jupe ou un pantalon trop près du corps sans recevoir une bordée d’injures : l’une d’elles raconte avoir subi un jet de cigarette allumée dans les cheveux."

NB : J'ai noté ailleurs les limites de cet article.

 

Christian Delarue

1) Le sexoséparatisme comme forme de sexisme. 

http://amitie-entre-les-peuples.org/Le-sexoseparatisme-comme-forme-de-sexisme-C-Delarue

Sexyphobie, grossophobie et maigrophobie (dite skinny bashing)... même combat !

Cette pub pour l’autodéfense met en pièces les stéréotypes sur les victimes d’agressions sexuelles

https://www.facebook.com/HuffPostCestlaVie/videos/1015371578600400/?pnref=story

Ajout :

Sexisme : La sexymania professionnelle et la sexyphobie . - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/Sexisme-La-sexymania-professionnelle-et-la-sexyphobie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.