christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1723 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 déc. 2017

Séduction sexuelle et mentalité sécure ou insécure.

50 ans après : Séduction sexuelle (charnelle et textile) et mentalité sécure ou insécure.

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

50 ans après : Séduction sexuelle (charnelle et textile) et mentalité sécure ou insécure.

http://amitie-entre-les-peuples.org/Seduction-sexuelle-et-mentalite-secure-ou-insecure

On porte ordinairement à l’actif de la génération des années 68 (avant et après) une plus grande liberté de parole et d’agir sexuellement face aux générations antérieures plus « coincées » sur ce sujet. Les féministes ne manquent pas de souligner aussi que cette libération sexuelle a surtout été celle des hommes et secondairement celle des femmes.

Les moeurs ayant évolués - la fin provisoire (années SIDA) de la « peur du sexe » diffusée jadis par la morale dominante notamment religieuse n’a pas sonné la fin des dominations - la question de la séduction et de la rencontre - ici hétérosexuelle - se pose toujours. Dans un cadre tout à la fois relativement différencié au plan de la séduction corporelle mais néanmoins égalitaire au plan du refus des violences.

- La révolution de a loi Neuwirth de 1967

Cette loi de Lucien Neuwirth a légalisé la « pilule » contraceptive (1). Elle a largement libéré les hommes et les femmes tout à la fois des angoisses (surtout les femmes s’agissant du risque de grossesse) et des interdits sexuels existants (normes morales sexuelles trop sévères), interdits sexuels qui empêchaient un bonheur - hétérosexuel ou homosexuel - fondé sur une intimité sexuelle plaisante.

Avant 1967, la propagande anticonconceptionnelle (pro-pilule) et celle pour l'avortement à l'étranger étaient réprimées par les tribunaux. La loi Neuwirth de 1967 légalisant la contraception a permis aux femmes de prendre le contrôle de leur corps, et a dissocié la sexualité de la reproduction.

« Balance ton porc » 2017.

Cinquante ans après la révolution de a loi Neuwirth de 1967 il y a eu aussi « Balancetonporc » (en novembre 2017) qui a mis en avant le fait que partout dans le monde les hommes sont violents contre les femmes et que cela doit changer. Il n’a donc pas de cadre égalitaire réellement consolidé sous le "patriarcat restreint" (celui qui a vu la reconnaissance historique en droit et pour partie en fait de l’égalité hommes - femmes avec liberté des femmes) .

Il n’en demeure pas moins qu’on ne saurait voir en tout homme un prédateur ni penser qu’aucune femme ne puisse être dominatrice ou perverse. D’ou les lignes qui vont suivre en citant Boris Cyrulnik (2) (en évoquant plutôt une mentalité sécure ou insécure, qu'un attachement). Mais il ne s’agit pas là de ne voir que certains individus - les moins violents et prédateurs - mais de rappeler ici qu’il subsiste un système patriarcal qui laisse massivement la violence masculine s’exercer contre les femmes. Ce système est combattu. Mais pour certains ce qui a déjà évolué vers l’égalité est déjà de trop : ils veulent aller vers un hyperpatriarcat ou les femmes restent à la maison et sont invisibles dehors car mises sous toile.

La fin provisoire (années "sida" plus tard) de la « peur du sexe » diffusée jadis par la morale dominante notamment religieuse n’a pas sonné - on la dit - la fin des dominations. Loin de là. Le capitalo-patriarcat s’est développé. Mais en même temps les droits des femmes se sont affirmés et sur de nombreux points. Il y a eu réelle conquête par les femmes . D’ou la notion de patriarcat restreint au moment de la fin des dictatures au sud de l’Europe (Espagne de Franco, Portugal de Salazar, Grèce des colonels, etc...)

Haines, insécurités selon B Cyrulnik et intégrisme religieux.

Boris Cyrulnik explique dans un chapitre critiquant la pensée binaire que la croyance religieuse en la souffrance éternelle dans l’au-delà en cas de laisser-aller sexuel débouche parfois sur une haine pour tout ce qui mène à la jouissance. Dès lors on trouve des croyants qui vivent sous le principe de vie : « Toute femme qui montre son corps est dangereuse pour moi » C’est dans ce cadre que je place, surtout chez les intégristes religieux, homme ou femme, la haine du féminin et la sexyphobie.

Concernant les femmes Boris Cyrulnik (p164) explique que celles qui sont SECUREs penseront plutôt « Cet homme a souri en regardant mon décolleté. J’aime cette complicité, j’apprécie ce moment de gentil bonheur » alors qu’une femme INSÉCURE se dira : « Les hommes ne pensent qu’à çà. De quel droit manifeste-t-il une expression sexuelle alors que moi, je ne peux pas m’empêcher d’avoir des seins ? » C’est ainsi que certaines femmes, outre la question de la religiosité, se mettent sous hypertextile. Ce qui n’est pas la solution car entretien insidieux de la haine de soi (de son corps féminin). C’est le harcèlement sexyphobique qu’il faut combattre.

XX

Soulignons l’importance de la théorie du « double regard » qui implique une éducation des adolescents : d’une part certes voir la femme spécifié (par exemple d’un côté celle en jupe courte et talons ou d’un autre côté celle sous voile et robe ultra-longue) mais voir aussi et surtout la dignité humaine de la personne.

Il y a à défendre aussi la liberté de s’habiller dans un cadre multiculturel textile ouvert. Ce principe ne va pas sans exceptions à débattre, tant pour l’hypertextile que l’hypotextile.

A poursuivre...

Christian DELARUE

1) La loi autorisant l’accès à la contraception sur prescription médicale a 50 ans. La loi Neuwirth, du nom du député Lucien Neuwirth, a été définitivement promulguée le 28 décembre 1967. Mais aujourd’hui encore, « l’accessibilité à la contraception est toujours un combat », a estimé jeudi sur franceinfo Véronique Séhier, co-présidente du Planning familial.

2) Psychothérapie de Dieu Boris Cyrulnik Odile Jacob sept 2017

Sur le livre lire la note critique de Jacques VAN RILLAER  sur Mediapart: 

Boris Cyrulnik, “demi-analyste”, publie la “Psychothérapie de Dieu”
https://blogs.mediapart.fr/jacques-van-rillaer/blog/121017/boris-cyrulnik-demi-analyste-publie-la-psychotherapie-de-dieu

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra