Patriotes : Une liste mi 1% d’en-haut BBR, mi Gilets jaunes

Patriotes et UE : Une liste hybride, mi 1% d’en-haut bleu-blanc-rouge (BBR), mi Gilets jaunes

Patriotes et UE : Une liste électorale hybride, mi 1% d’en-haut bleu-blanc-rouge (BBR), mi Gilets jaunes.

xx

Florian Philippot (extrême-droite ) a décidé à mener une liste hybride « mi-Patriotes, mi-Gilets jaunes » pour les élections européennes.

Nous avons déjà écrit, il y a peu, presque tout le mal qu’il fallait penser sur l’OPA du dépôt de la marque "Les Gilets jaunes" à l’Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi).

Lire : L’OPA de Florian Philippot sur les GJ est hors jeu ! - Amitié entre les peuplesRetour ligne automatique
http://amitie-entre-les-peuples.org/L-OPA-de-Philippot-sur-les-GJ-est-hors-jeu

Mais ce n’est pas fini.

XX

- Il importe de passer à une critique de fond.

Classisme : Notre « patriote », Florian Philippot, va donc mélanger des gilets jaunes, dont on sait qu’ils sont en très forte exigence de « plus pour en-bas et moins pour en-haut » (soit le résumé de « justice sociale et fiscale »), avec des membres de son groupe politique dont on sait qu’ils sont pro-MEDEF (comme la droite, Macron et la gauche de droite), pro-finance, pro-entreprise-france, mais aussi nationaliste, xénophobe et anti-migrants. L’autoritarisme d’un Macron n’aura d’égale que l’autoritarisme d’un Philippot.

Racisme : Certes certains gilets jaunes sont racistes, antisémites, xénophobes et ce sont surtout eux qui peuvent être recrutés. Le passage de gilet jaune, même nationaliste, à gilet brun est problématique sur deux plans : la survalorisation attendue des thèmes nationalistes et xénophobes et la sousvalorisation de la justice sociale et fiscale au profit du peuple d’en-bas, de ces français ou parfois simples résidents, qui ne disposent pour vivre ou survivre que de 0 à 2 fois le smic.

- Il y a besoin de gauche authentique dans ce pays.

Lucide sur ce qui monte dans toutes ses contradictions et sans faiblesse aucune pour agir et s’opposer aux puissants. Cela suppose de l’abnégation, de la force, de la détermination. De l’intelligence des rapports sociaux et donc aussi de l’expérience : on peut reculer quand le coup est dur, mais il faut alors remonter plus fort encore après. La gauche a une mission en ces temps difficile contre le 1% d’en-haut prédateur.

- Il y a besoin aussi de respecter l’autonomie des GJ

XX

Pour aller plus loin

- Position plus engagée encore pour débat:

Quand à l’Europe, à l’Union européenne, ma position serait d’avoir un maximum de critiques bien construites, au plan économique, social, politique (institutionnel et juridique), écologique, etc... contre ce dispositif oligarchique, sans pour autant valider un retour à l’Etat-Nation . Difficile certes.

Ni 1% européen : non à l’ordolibéralismeRetour ligne automatique
Ni 1% national : non au MEDEF ou à l’Etat-MEDEF Retour ligne automatique
Soutien des peuples-classe (les 99% d’en-bas) d'Europe dans une perspective d’émancipations diverses (pluri-émancipation : anti-classisme, anti-racisme, anti-sexisme, etc)Retour ligne automatique
Combat laïque, et aucun accommodement face à la peste intégriste religieuse !

Christian DELARUE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.