Ô moun païs,....

Ô moun païs,.... Ô moun païs, Ô France,... Tout fout le camp, Tout s’évapore Se dissolve, Se décolore,... Tout fout le camp,.... Ô France,... Ô moun païs,

Ô moun païs,....

Ô moun païs,
Ô France,...
Tout fout le camp,
Tout s’évapore
Se dissolve,
Se décolore,...
Tout fout le camp,....
Ô France,...
Ô moun païs,

Ô moun païs,
En quelques années,
Sont venus des raz de marées,
De tous côtés,
Étrangers
De l’autre côté,
De la Méditerranée,...
Avec force dissimulée
Le terrain est occupé...
Ô moun païs,

Ô France,...
Ici et là en nos cantines,
Le halal et ses marchés,
Ont envahi collèges et lycées,
Dans les rues,... les prières
Font montre de force et barrières
L’on jette le mécréant de son quartier
Pas assez de place dans les mosquées.
Et les voiles, n’ont pas bonne mines...
Ô France,...

Ô moun païs,
En Provence,
Les santons désormais sont cachés,
Le crèches sont dissimulées,
Les places n’ont plus Noël,... et son marché,
Dorénavant,.. marchés d’hiver sont nommés.
Même les rues, ne sont plus exposées,
Grelots, carillons, guillerettes sonorités
N’égayent plus l’avent de la nativité,
Ô moun païs,....

Ô France,...
Mais que va-t-il nous rester
Dans cinq ou dix années,...
Le respect des forces de l’ordre est oublié,
Devoirs et principes de civilité,

Morale, discipline ne sont plus inculqués,
Trop longtemps, par le bas est opéré, le nivellement,
Précaire, est l’équilibre de notre société,
Fauteurs de troubles,... pas même,... ni internés,... ni inquiétés,...
Ô France,...

Ô moun païs,
Le savoir de notre société
Est devenu aux étrangers, la risée...
Plus un jeune bachelier,
De l’histoire de notre pays, n’a connaissance,
Ne sait pas même lire,
Ne sait pas même écrire ,...
Alors Prosper Mérimée,...
Ses dictées,... par les SMS remplacées...
Ô moun païs,...

Ô France,...

La devise, le drapeau, font le pays,

L’hymne, fait le pays,

L’histoire, fait le pays,

La langue, fait le pays,

Sa genèse, sa culture font le pays,

Sa littérature, fait le pays,

Les racines d’un occident font le pays,

Sa grammaire, son vocabulaire, font le pays,...

Ô France,...

Ô moun païs,...
Et demain,... on va supprimer
Ton passé simple, ce simple passé,
Perte encore, d’une nuance d’esprit,
Le français,... cet individu,...
Sera encore moins érudit,

Vrai que par trop,... sont stressés nos tous petits
A être si branchés,... aux télé-réalités,
Sans devoirs et autres travaux à réaliser,..

Ô moun païs,...


Ô France,...
On ne lira plus,

Flaubert,... ni Albert Camus !

Comme si le passé simple rebutait,
Comme si le passé simple repoussait
Nos étudiants à la lecture,...
On ne lira plus,
D’Ormesson, Saint Saint-Exupéry,

Yourcenar,... que pauvre est notre littérature,
Ô France,...

Ô moun païs,...
J’aurai cru,

Que des voix auraient l’alerte sonnée,
Et que nos jeunes croiraient
En leurs compétences, plus qu’à ces fantômes,
Qu’ils crussent en leurs efforts,
Mais en quoi auriez-vous qu’ils eussent cru,

Puissent qu’en rien, l’on les fait croire,
Qu’ils crussent ou non en leur fort,...
La société,.. ne sait plus même,... en ce qu’elle croie,..
Ô moun païs,...

Ô moun païs,...
Mais ami(s),... vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,.. ou pas !




Christian le 3 janvier 18

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.