Tchao Pantin !....

Le tour de France Il burattino,.. La marionnette,.. Pas Guignol,.. Pas Gnafron,.. Ce seraient-là,.. leur faire offense, Ces belles marionnettes de notre enfance,.

Tchao Pantin !....

Le tour de France
Il burattino,..
La marionnette,..
Pas Guignol,..
Pas Gnafron,..
Ce seraient-là,.. leur faire offense,
Ces belles marionnettes de notre enfance,..
L’autre,.. il burattino,...
Celui dont l’Histoire ne retiendra nom
Il burattino,..
Fait son dernier tour de chant...
Il burattino,..

Le tour de France
Il burattino,..
S’en va de fief en fief,..
Conquérir la province et leurs griefs,..
La petite France, ne sera pas oublié,..
Ayez confiance,..
Soyez assurés,..
De mon amour infini
À vous gens,.. si,. si petits,..
Je puis avec toute ma belle hypocrisie,.
Mon plus profond des mépris,..
Vous certifier de toute ma duplicité...

Le tour de France
Tout est ici bien rôdé,..
Les éclaireurs ouvrent la trace,
Préparent les face à face,..
La claque ici est triée sur le volet,..
Comment un avis contraire,..
Aurait pu,.. ici,.. franchir les barrières...
Les questions sont déjà éditées,
Les réponses,.. sont calculées,
Même les opposants font partie du décor,..
Ils n’ont point pris là,.. des ténors,..
Pour faire réplique
Lancer des polémiques....

Il burattino... !
En plan serré,.. cadré,..
Il y a plus de micros
Que de mains à serrer...
Tout est bien minuté,..
Même si de temps en temps,
En écho,..
Une voix à peine inaudible, un opposant
Contestataire au bonimenteur,..
Mais là encore,..
Celui dont l’Histoire ne retiendra nom,
Après l’ENA est très fort..
Les contestataires,..
Ne sont pas à la hauteur,..
Même pour faire semblant,..
Il faut être bon acteur,
D’une belle troupe,...  sociétaire...

Un tour de France,..
Il burattino,
Le Môôôôssieur,.. n’a plus de parti,..
Le Môôôôssieur,. .n’a plus un seul bénévole,..
Le Môôôôssieur,.. ses députés font défection,
Le Môôôôssieur,.. du mépris,..
C’est fini !
Les cartons,..
Les enveloppes,.. c’est lui qui s’y colle,..
Celui dont l’Histoire ne retiendra nom,
Veut jouer les maîtres d’écoles,..
Deux trois tirades,..
Quelques accolades,..
Entouré de sa milice,..
Du pèlerin... a pris son bâton,
Tandis que sa muse,.. est restée au salon,..
Brigitte que voyez-vous du perron... ?
J’attendrai le jour et la nuit,...
Mon tout tout petit...
Il burattino...

Il burattino...
Passe,.. ici devant les terrasses,
Mais personne ne se lève,..
N’attrape plus les rêves,..
Là où un Chirac,.. un Mitterrand
Auraient créé
De la foule,.. d’incontrôlables élans,..
Un service d’ordre les protéger,..
Des liesses,.. des milliers de mains à serrer,..
Ici,.. la seule chose serrée,..
Ce sont ses fesses,..
Personne ne se lève,..
Chacun reste à sa place,..
Café,.. bière ou glace,..
Le silence,.. fait glas...
Il burattino...
Sent là,..
Son dernier tour de chant,..
Il burattino...

Ami(es),..
Tous en chœur,..
Tchao pantin !
Tchao pantin !

Tchao.... !

Christian    le 7 juin 2021 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.