Suicide

Suicide !!! Le suicide,... C’est un acte du jusqu’au-boutisme, Le suicide,.. C’est un acte qui pousse à ton crime Le suicide... !

Suicide !!!

Le suicide,...
C’est un acte du jusqu’au-boutisme,
Le suicide,..
C’est un acte qui pousse à ton crime
Le suicide... !

Le suicide !
Du latin,
Sui – soi
Et caeder – massacre
En un mot,.. se massacrer...
Revient à se défaire de son destin....

Macron et sa clique tellement obnubilés
D’un ego démesuré, surdimensionné,
Qu’ils ne savent pas même la finalité
Leur fonction à jouer,...leur rôle,...
Au Service de la France,... et ,..
Et,.. et ,
Des Français....
Oui des Français...
Il faut leur rappeler,...
Leur marteler,
Leur répéter,
A ces drôles,...
Au service,.... des Français !

Énarques, ces artificieux,...
Ces obséquieux,.. ces captieux,
Des excuses,.. n’en feront jamais...
Jamais !
Un énarque,... ne peut se tromper,
Sont formés à la ruse,...
Un énarque,... n’est pas formé
Aux excuses,...
C’est pourquoi jamais un pilote
N’a été énarque,.... Jamais,...
Avec eux,... nul besoin de copilote
Ne sauraient accepter leur avis,....
Préfère être seul au manche
Certes des économies,
Mais,... mais à nos dépens,...
A nos détriments,...
Bêtise,.. ânerie,.. ne sont pas étanches.... !

Un énarque, n’a qu’un but
Quitte à faire pute,
Ne vise que sa carrière,
Se fiche qui est derrière,...
Tellement d’ego à l’ENA
Qu’ils font au soleil, ombrage...
Leurs pensées machiavéliques,
Méphistophéliques,
Leur interdit,.. tout état-d’âme,...
Demain seront tous,.. les fous,.. du roi !
Belle école,.. qui ne supporte pas les échecs
Que déjà,.. à l’entrée,... pas de déraillage,
Demain,.. ces commis,
Sont assurés ici,...
D’un remarquable compte-chèques.. !...

De cette haute sphère,
Cette bulle aux affaires,...
Ces nantis, ces prospères,
Pensent l’Univers
Comme une tirelire,
Ne spéculent qu’à s’anoblir,
Leur cerveau synonyme de caisse,...
Dans une main,.. une sonde,...
Une tarière.... pour cavité profonde,
Dans l’autre,.. attaché-case,
Là, assis,... attablés
Riant et rotant,
Volnay ou Château Margaux,
Riant ou éructant,
Ces escrocs,
Jouent aux morpions,...
Jettent du Monopoly, les dés,
Faisant avancer les pions,..
C’est à dire,.. vous et moi,..
Au gré des aléas,...
Au gré de leurs choix,
S’amusent là,.. suzerains et roi...
Alea jacta est.... le sort en est jeté,
Après nous, le déluge,...
Jamais n’auront de juges...
Suzerains et roi,..
Qu’importe faillites et culbutes,..
L’argent se brasse, s’amasse,
Se perd,.. se volatilise,..
Qu’importe les chutes,...
De l’argent public, ces gaspilleurs
Ces dilapideurs,
Notre argent entre leurs mains,...
N’a aucune valeur,...
Ne jouent jamais leur destin,
Pas si fous,... ces larrons,...
Ne perdent jamais leur bénouze,
Tiennent trop à leur flouze,
On ne casse pas un si beau filon...

Le suicide,
Se croyait grand gourou !
Pensait mettre le peuple à genoux
Ce peuple au bord du trou !...
Suicide qui va couter beaucoup !
Avec ces énarques qui sur notre labeur,
Nos sueurs,
Se font émoluments , salaires et fortunes
Mais eux,.... jamais assez contents,
Demandent rallonges à décrocher la lune...

LREM, Syndicats, députés et sénateurs
Aujourd’hui,.. si proche du roi,
Supplient et pleurent,
Du seigneur et roi,...
Demain ! Demain ! Proscrits,...
Bannis !
Triste sort
Pour ces consorts !
Ils voulaient une partie du trésor,..
Ne seront à jamais pour l’Histoire
Que les marionnettes,...
D’un fou,.. qui se prenait pour roi !
Guignols et polichinelles....
Du Sénat à l’Assemblée,
Tels des automates,
Quel que soit le jeu de l’acteur
Par trop se sont levés, hypnotisés,
Ont voté, ont acquiescé,...
Sans regarder les textes de lois,
Disciplinés et soumis,..
Chaque fois,.. faisant reculer nos droits,
Obéissants se sont applaudis...
En commun un seul ennemi,...
L’extrême droite,.. droite,...
Quel que soit le jeu de l’acteur,...
L’objectif,.. faire peur...
C’est aujourd’hui réussi !
Elle est là,.. la terreur !....
La terreur !....

Le suicide,...
C’est un acte du jusqu’au-boutisme,
Le suicide,..
C’est un acte qui pousse à ton crime
Le suicide... !

Le suicide,...

Mais ami(s),...
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,.. ou pas ! Ou pas !

Christian le 7 décembre 2018

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.