Demain la chute,..

Demain la chute,.. Demain toutes ces putes Seront hors de nos vues,.. Du Capital, Ces hurluberlus,.. Du Capital, Ces vendus,.. Qui ont détruit la France, Qui ont ruiné la France,. Au nom de quoi.. ?

Demain la chute,..

Demain la chute,..
Demain toutes ces putes
Seront hors de nos vues,..
Du Capital,
Ces hurluberlus,..
Du Capital,
Ces vendus,..
Qui ont détruit la France,
Qui ont ruiné la France,.
Au nom de quoi.. ?
De leurs inconsciences,..
De leur ignorances
De leur suffisance,.
De leur pestilence,..
Ont passé leurs temps,..
À être hors du temps,
N’ont pas compris,
Quel était leur travail,..
N’ont pas saisi,
Qu’ils n’étaient pas,.. épouvantails,
Ces marionnettes

Ces polichinelles,
Ces guignols,..
Au service d’un branquignol,
Qui sur son perron se pignole,...
Devant son parterre de brêles
Au cerveau de tourterelles....

Demain la chute,..
Demain retirer
Toutes les subventions,
Demain se débarrasser,
Non pas de la liberté de la Presse,..
Mais de celles qui ont sale,.. leurs fesses...
Ces Merdias de fakes,.. du silence,
Retirer tous les privilèges
De leurs journaleux,.. qui de leurs sièges,
Ont moqué,
Ont raillé,
Ont défendu l’indéfendable,..
L’intolérable,..
L’insoutenable,
Mépris
D’une classe injurieuse,
D’une classe outrageuse,
Face à la misère,
Face à la colère,
D’un peuple en souffrance
Aux horizons de l’inespérance,
Une classe qui s’est évertuée,
À ouvrir un front de belligérance,..
Un front de guerre...
Celui des spéculateurs,..
Ces enculeurs,..
Qui ruinent la France,
Au profit des actionnaires...

Demain la chute,..
Il n’en sera point autrement,..
La chute est garant,..
De nos libertés retrouvées,
D’une Constitution modifiée
Ne plus jamais laisser
Nos locataires députés,
Faire écho des doléances,..
Que,... par un assourdissant silence,..
En finir,.. avec ces écoliers
Ces premiers de classes,
Qui n’ont fait aucune humanités,..
Ces êtres avides et voraces,..
À l’appât,... seul du gain,..
Ces idiots sont sur le même chemin,..
Sont d’une totale infirmité,
Aveugles,.. sourds, creux,..
Neurones atrophiés,..
À notre Histoire Sociale,...
De ses combats,.. ses luttes,.
À ses morts tombés sur les barricades,..
Sous les tirs nourris,.. le feu,..
À notre Histoire Sociale,...
Ces idiots énarques,.. ces ânes,
Sont si peu instruits,..
Qu’ils auraient du mal contre une paramécie,
Les acquis,.. ne sont pas une galéjade
Ces idiots énarques,.. ces ânes,
Qu’ils aillent se tailler une babelutte,..
Et mourir dans un cul-de-basse-fosse...

Cul-de-basse-fosse...

Mais ami(es),..
Vous n'êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,.. ou pas..
Ou pas !
Ou demandez à Benalla ..

Christian le 9 février 20

Avec tout le respect que je dois à la Justice,
à la Police de la « 6 ème Constitution »,..
et aux Armées,... de mon pays !
« Honneur et parole vaut gant et pistole »...
Proverbe allemand 1886

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.