Macron,.. Judas !

Macron,.. Judas ! Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom, Celui qui se veut être un,.. dieu,. Les cas sont fort,.. fort nombreux Où il s’est parjuré,.. Ce démiurge,.. veut du décor,. Être roi de la cène ... « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ».

Macron,.. Judas  !

Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom,
Celui qui se veut être un,.. dieu,.
Les cas sont fort,..  fort nombreux
Où il s’est parjuré,..
Ce démiurge,.. veut du décor,.
Être roi de la cène ...
« Ceci est mon corps, ceci est mon sang ».
 Ceci est ma voix,..
Vous n’avez plus le choix !
Mais la plèbe refuse au calice, boire,..
Et ne veut porter en ce Judas,. ses espoirs...
Même à l’assemblée,.  n’a plus de renfort...

Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom,
Se veut centre du monde...
Roi de la ronde..  
Fait semblant de tendre la main aux travailleurs,.
Se fiche de leurs sueurs,..
De l’autre,.. est inféodé au Capital,
Durant le grand débat national,.
Où il fit ses one-man-show ridicule,..
Donnerait son âme au social,
Tandis qu’il t’enfonce la canule,
Sa psyché,. n’écoute que sa voix..

Lui seul est solution,.. il est,.. la voie...

Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom,
Est le roi du vaudeville
Joue avec les portes et les couloirs,
Un jour obamaphile,..
Demain trumpophile,.
Aujourd’hui affidé inconditionnel
À Merkel..
Mais avant l’entre-acte, se vident les comptoirs
Ses leçons,.. ne feront pas école,.. 
Textes,. discours,.. paroles,
Sont « tout et son contraire »..
Psychopathe,..  n’a aucune honte à s’en défaire....

Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom,
A fait le contraire de ce qu’il a dit
A dit le contraire de ce qu’il a fait.
On appelle ça : « le complexe de Judas ».
Cela consiste à appliquer le baiser de la trahison
Tu embrasses les deux camps à la fois
Et de choisir ensuite,.. celui du plus fort. »
Pas de scrupule,.. ni pudeur,..
Une fois fini,..
D’encensé hier, aujourd’hui,.
Te cloue au piloris..
Est meilleure toujours,.. la raison du plus fort...

Judas,
Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom,
Va au Liban montre son double visage
D’un côté affable sociable,..
De l’autre,.. caché,.. le mirage
Duperie,.. utopie,..
Caché sous un fard imperméable..
Judas !
Incite le peuple à se révolter,
À dénoncer la corruption la collusion,
En dessous de la table,.. fait livrer
Ces armes létales,.. munitions,.. LBD... !!!

Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom,
Des bains de foules,..  il voudrait,
Comme ceux du général de Gaulle,..
Des bains de foules,.. des vrais..
La rue à Judas,.. n’est que désert,
Sauf au Parc,...  lors d’un match de football..
Ses aficionados triés sur le volet,
Font claque,.. eux derrières les barrières,..
Lors avec toujours le même vocabulaire,
La même grammaire,..
Au Liban comme avec les maires,..
Joue les dictateurs, calife à la place de l’aiglon... !

Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom,
Patrick Sébastien nous narre,..
Que l’homme qui joue au chef des bastons,
En aurait appelé Bigard,..
«  Pour dit-il.. connaître la situation des bars et des cafés » !!!!....
Permettez-moi Patrick ?.. Sous cape,.. sourire...
Jean-Marie,.. porte-paroles des bars.. ???
Faut qu’il arrête,... la moquette de fumer...
Le président aurait été fâché,
Lui,.. qui l’a appelé,..
Avec gentillesse,. avec délicatesse,. courtoisie
Bigard,.. aurait craché... vomi... !

Macron est une girouette,..
Sur un bateau,.. serait poupe
Là,.. bien ouvert à tous les vents,
D’un bord à l’autre,... il chaloupe,
De l’Élysée au Liban,.. est marionnette,..
Son obsession,.
Sa manomanie,.
La séduction,
Attirer,
Fasciner,
Ce besoin excessif d’être admiré,.
Avec,..  un vide immense,.. d’empathie...

L’empathie.... !

Mais ami(es),..
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,.. ou pas !
Ou pas !
Ou demandez à Benalla !

Christian,... le 12 août 20

PS
Honi soit qui mal y pense... !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.