Tu me tiens par la barbichette,.. !

Tu me tiens par la barbichette,.. ! Et voici,.. que Juppé, Des quais bordelais,.. Se fait la malle, Quitte la fontaine des trois Grâces, Près de la gare,.. les garces, Juppé ! S’en va,.. est quémandé Au Conseil Constitutionnel, Encore un bug démocratique,

Tu me tiens par la barbichette,.. !

Et voici,.. que Juppé,
Des quais bordelais,..
Se fait la malle,
Quitte la fontaine des trois Grâces,
Près de la gare,.. les garces,
Juppé !
S’en va,.. est quémandé
Au Conseil Constitutionnel,
Encore un bug démocratique,
Malgré leurs casseroles ces apparatchiks
Nommés par le pouvoir présidentiel,
Entre copains,..
Entre amis...
Le reclassement,... va et vient,
Un jour dans un camp,... ici,
L’autre,... à le renier,... aussi.....
Nommé au Conseil Constitutionnel...
A ce niveau de suffisance,
Ils sont les seuls à faire bombance,
Toi, tu te fais jeter à la retraite,
Lors,.. ils t’enlèvent plus qu’il n’en faudrait,
Après avoir trimé une vie entière,
Il te font grand honneur
A te laisser 60 % de ton salaire,
Sans compter la hausse de la CSG,
Bienvenus au monde des retraités,...
Retraité,..
Sois heureux de l’être,..
Tu n’as besoin de rien,...
Pour vivre jusqu’à demain,...
Eux ! Se gratifient,.. se glorifient,
Cumulent salaires, primes, avantages et bonis
Se réservent places et fauteuils,
Voitures,.. chauffeurs, et portefeuilles,..
Portefeuilles !

Juppé !?
Et qu’en pensent nos députés,... ?
Ont-ils là, ces planqués,..
Encore quelque mots à ajouter,
A proposer quelques autres noms.... ???
Mais non !
Nenni !
Trop bien assis,..
Enfin quand ils sont là,.. siègent,...
Comment oseraient-ils ?
Ces carpes,.. ces tanches,
A jeter l’opprobre, sortilège,
A contredire,.. plans à contrecarrer,..
De Jupiter,..
Les miettes, sont langues pendantes
De nos voix,.. restent oreilles malentendantes,
De Jupiter,..
A sucer, les os jusqu’à la moelle,
A la moelle !...

C’est Juppé
Et pas un autre nom !
Jupé !
Et lui qui te bassinait que Bordeaux
Sa capitale du bord de l’eau,
De la terre jusqu’au ciel,
Était chose essentielle
Était chose primordiale,
Partir serait gastro-intestinale,...
Mais quand on aime,... on ne compte pas !
C’est bien entendu,...
En un coup de fil de Macron,
Et voilà Bordeaux marron,...
D’autres dirait chocolat,
Pour le salaire,... c’est du pareil au même
Sans les emmerdes,.. ni les problèmes,...
Frais de port en plus,.. pour monter à la Capitale,
Taxis, avions, hôtels, restaurants,..
Ce n’est rien pour ces cannibales,
Petits fours,... représentations surchargées,
Indemnités obsèques à l’infini,
Sans doute aussi pour les petits enfants,
Paquets de Haribo, fraises Tagada....
Garde même ces tickets repas,
Menu à 200 euros sans le vin,
A la même table que Darmanin,..
Où il ne sera que le ouistiti
Face à ce mammouth de l’oligarchie...

Voilà ami(s),..
Les limites de notre démocratie,..
Sont chaque fois propres à la raillerie,
Dans la cour d’école,
S’échangent les billes,
Au collège, les pots de colle
Au Lycée,.. les filles,
Sorties des classes préparatoires,
Les postes caviars,
A l’âge de la retraite,
Juste avant le corbillard
Offert,.. remboursé par l’État,...
Sont parachutés en ce conseil d’État,
Sans passer par la case de l’isoloir,
Un jour ennemi,..
L’autre super ami,..
Ici,... ami(s),..
Vestes alpaga ou Zara,
Ici,... ami(s),...
En France,.. la mode est recto-verso...
Recto,... ou verso !..

Mais ami(s),...
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire ou pas ! Ou pas !

Christian le 15 février 19

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.