Ô rage ! Ô désespoir !

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô rage ! Ô désespoir ! Ô arrogance ennemie ! 
Que toujours faire avec ces bâtards,...
 N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
 Et ne suis-je blanchi de tous ces travaux ouvriers
 Que pour voir en un jour mourir tant de salariés ? 
Mon bras qu'avec respect toute ma famille admir

Ô rage ! Ô désespoir !

Ô rage ! Ô désespoir !
Ô arrogance ennemie !

Que toujours faire avec ces bâtards,...

N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

Et ne suis-je blanchi de tous ces travaux ouvriers

Que pour voir en un jour mourir tant de salariés ?

Mon bras qu'avec respect toute ma famille admire, 

Mon bras, qui tant de fois a donné force à cet empire, 

Tant de fois avons affermi le trône des rois,
Il n’y a pas de querelle quand tout est fait par loi
Mais rien jamais n’a été gagné en levant le petit doigt…
Ce monde est un monde de requin
La place de l’humain ne vaut la peau d’un chien
Ces PDG nommés,…. 

Sans gloire passée,
Œuvrent sans cesse, marionnettes des actionnés…..
Des actionnés !
Et quand la dignité vous fait sortir des gongs
Précipite la colère dans les gorges du Rubicon
Pour ces huiles qui nagent dans le bonheur,
Toi, ouvrier on vient humilier à l’aube,… le déshonneur
Faut-il de leur éclat voir triompher le comte, 

Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte ?
Comte, sois de mon prince à présent gouverneur ;

Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur ;

On n’est point jaloux de votre orgueil, affront insigne 

Patron,… c’est être comptable de vie, et non indigne.
Vous forcez, vous contraignez mon désarroi
Quand l’agressé est aux abois,
La survie ne laisse guère de choix….
Aux yeux de la Presse, des Média, c’est alarmant
Il ne devient qu’un ignominieux instrument,
Où de victime, lui l’ouvrier, 

Lui,... le salarié

Devient bourreau exécutant.. !
Exécutant…….. !
Il y a tant de peur,…. d‘effroi,...

Quand les lois,.. ne sont plus pour toi !

Que même les ‘Tondus ‘ dans cette « offense »

Ne prennent pas même le temps d’oser prendre ta défense….



Ta défense ... !

Mais ami(s),…. 
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire, à me suivre... ou pas ! Ou pas !




Christian

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.