Le bouffon... !

Un bouffon,.. Celui dont l’Histoire ne retiendra nom,.. Voulut se faire roi,.. Sa femme maîtresse, Devenait reine,.. Reine consort,.. Châtelaine, de Brégançon, Châtelaine du fort..  L’homme roi,.. Se voulait dieu,.. Jupiter,.. Ses pieds ne touchent plus terre,..

Le bouffon... !

Un bouffon,..
Celui dont l’Histoire ne retiendra nom,..
Voulut se faire roi,..
Sa femme maîtresse,
Devenait reine,..
Reine consort,..
Châtelaine, de Brégançon,
Châtelaine du fort.. 
L’homme roi,..
Se voulait dieu,.. Jupiter,..
Ses pieds ne touchent plus terre,...
Ses cerbères,..
Ses sicaires,.. et autres commissaires,
Sont désormais hors-la loi,...
La Constitution,.. ne fait plus Droit,..
La Justice se voit épiée,.. contrôlée,
Elle a désormais pieds et poings liés,
Aux absences,... au silence
De notre Assemblée,..
Siège de nos députés
Manquants,.. défaillants,..

Un bouffon,..
Celui dont l’Histoire ne retiendra nom,..
Voulut se faire roi,..
Lui,... qui nous avait fait choix,...
La nuit,.. ou le soleil,...
Facile,.. occupant 70 couvertures,..
Hebdomadaires, mensuels,.. bimensuels,..
Les mammouths de Solférino,.
Piégés,.. ont succombé aux cadeaux,
Pipait là,. toutes les devantures,..
Pour contrer la peur,.. la frayeur,...
Terrasser le monstre,..  la terreur,
Le Front National,..
Qui pour aller au bal,..
Fait peau neuve sous le Rassemblement national,..
Mais du soleil,..
Nous a fait tomber dans la cata,..
Le Bouffon,
Promit monts et merveilles,..
Sommes tombés de Charybde en Scylla,..
Quelle plus belle image que celle-là...
Entre ces épouvantails,.. Charybde,.. et Scylla,
Entre le plus et le moins pire,..
On a choisi sûrement le pire...
Le Bouffon,..
Celui dont l’Histoire ne retiendra nom... !

Un bouffon,..
Celui dont l’Histoire ne retiendra nom,..
Voulut se faire roi,..
Le magicien du '‘En-Même-Temps’’,..
Pose devant les écrits gaulliens,..
Prêche les valeurs de Pétain,..
Fait monter en ligne Darmanin,..
Lallement,..  qui rime avec l’occupant,.
Assassinés,.. sans procès,.. tombaient,..
Jadis,.. dos au mur,... révoltés,.. insoumis,
Sous les balles de ces immigrants,..
Pour un monde affranchi,..
Dernier souffle de liberté expiraient...
Les balles ont été remplacées par la censure,..
Le peuple est sous muselière,..
Sont aux ordres du p’tit mégalo,..
YouTube, FB, tous les réseaux sociaux,.
Au pouvoir fasciste,..
Font force commune à étrangler les vérités,
Faire résonner la pensée populiste,..
Est désormais hors-la-loi,..
1984 est ici en pleine voix,..
Les détenteurs de sciences,
Les chercheurs forts de leurs expériences,
Sont muselés,... au silence embastillés,..
Au devoir de protection,.. assistance
À l’humanité en danger,..
À la voix de son maître,..
On leur oppose à se voûter,..
Se soumettre,..
"Véritable état de non-droit et de non-démocratie",
Au Bouffon... !

Bouffon !

Mais ami(es),..
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,.. ou pas !
Ou pas,.. !
Ou demandez à Benalla,.. !
Nôôôn ! Pas à Benalla !...

Christian    le    19 mai 2021 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.