Macron ! Antisocial !

Macron ! Antisocial ! Tu bosses toute ta vie, Le weekend tes loisirs,.. C’est dormir... Tu bosses toute ta vie, Pour payer ta pierre tombale, Et lui le requin,.. Macron,... Te soutire encore quelques balles, Avec son sourire de franc-maçon,...

Macron ! Antisocial !

Tu bosses toute ta vie,
Le weekend tes loisirs,..
C’est dormir...
Tu bosses toute ta vie,
Pour payer ta pierre tombale,
Et lui le requin,.. Macron,...
Te soutire encore quelques balles,
Avec son sourire de franc-maçon,...

Serré comme des sardines,
Balancé, accroché aux bastingages,
Pas la place de lire un journal,
Des pages dithyrambiques au roi, synonymes,
Des Unes à la gloire du débat mirage,
Prisonnier chaque matin, soir
Dans ton RER,.. où le bonheur sue,
L’anti social,... se fiche de ce tohu-bohu
Dans les couloirs du métro...
Tu marches tel un robot,
A gagner plus,.. pour des mois à zéro... !
La rue,.. la baston, les gaz,.. pour unique espoir... !

Antisocial, Macron
Perd son sang-froid.
Le système implose,
Le système explose,
Qu’aviez-vous espéré
A l’élection de Jupiter,...
Qu’enfin sur une belle orbite seriez... ?
Une saison,.. et tombe le masque,..
Courte illusion,.. quelle claque...
L’antisocial Macron,
Perd son sang-froid.
Te fait le coup du débat national,..
Des dialogues,.. sans renvoyer la balle,
Il occupe la scène,...
A la misère fait éponge,.. joue la peine...
Au milieu de Paris,.. coule la Seine... !

Antisocial, Macron
Des yeux, des oreilles à la justice,
Fait sonner des ordres criminels à la police,
Jamais ces corps d’élites ont été aussi meurtriers
Réseaux sociaux, demain,.. muselés !
Antisocial, Macron
Perd son sang-froid.
Il donne déjà des armes létales,
Efface des lignes,... deviennent légales,

Antisocial, Macron
Éclabousse, méprise
Le peuple exsangue,
Trenet était le fou chantant
L’antisocial, Macron
Est devenu le fou président...
Mais nous n’avons pas encore tout vu,..
Certes après avoir à traverser la rue,
A bosser pour s’acheter un veston,..
L’antisocial, Macron
Nous apporte bien d’autres artifices,
Bientôt les années de grands sévices,
Ami(s),... le temps perdu
Ne se rattrape plus.
Cet antisocial,...
Écraser,.. laminer les gens,...
Est devenu ton passe-temps....

Ami(s)
Dans ton désespoir,
Il reste un peu d'espoir
Celui de voir les gens sans fard
Ami(s)
Ces Gilets Jaunes,...
Ces gaulois,.. ces batards.
Ami(s)
Gilets Jaunes,...
Serrez plutôt les poings,
Occupez places et ronds-points,
Gilets Jaunes,.. vous êtes l’Histoire...
Seront si fiers,...
Demain,... vos petits-enfants
A parcourir vos albums souvenirs
De retrouver en leurs livres scolaires vos sourires,
Seront si fiers,
D’apprendre votre Histoire,
La libération du peuple asservi
Au système des autocrates,
Le seul système qui copule sans ovule
La libération aux chaînes du Capital,
Des bandes dessinées et leurs bulles
Vont faire chanter des années,...
La dignité retrouvée de l’ouvrier,...
L’élégance regagnée du salarié...

Antisocial Macron,..
A touché le fond,...
Antisocial Macron...
Terminera point sa saison... !

Sa saison !
Mais ami(s),..
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,. Ou pas ! Ou pas !
Ou demandez à Benalla ... !
Quoiqu’il,.. se trouverait en Suisse,... pour ces comptes BNP-Paribas...

Christian le 19 mars 19

PS,
Vos petits enfants
Seront fiers,
Que leurs grands-parents,
Face à ces infâmes gouvernants,
Jamais le front, n’ont baissé,
Jamais,.. les genoux,.. n’ont pliés
Pliés !

Vive les Gilets Jaunes !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.