C’est Pâques !

Oui ! C’est Pâques... C’est Pâques,.. Nouveau baptême, Sortir le saint chrême C’est fête,.. la Résurrection... ! Fin du Carême, Fin de l’abstinence, Fin des privations, Et Notre Dame a brûlée Paris ! Le Monde,.. sont atermoyés Mais quel silence de la papauté... ? Pas même une messe,..

C’est Pâques !

Oui ! C’est Pâques...
C’est Pâques,..
Nouveau baptême,
Sortir le saint chrême
C’est fête,.. la Résurrection... !
Fin du Carême,
Fin de l’abstinence,
Fin des privations,
Et Notre Dame a brûlée
Paris ! Le Monde,.. sont atermoyés
Mais quel silence de la papauté... ?
Pas même une messe,..
Une petite messe,...
Mais c’est vrai,.. aujourd’hui
C’est Pâques !
Non la venue du messie,...
Qu’importe Paris et ses frasques !....

C’est la vingt-troisième
Vingt-troisième semaine de pénitence,
Que les Gilets Jaunes se martyrisent
Marchent avant toute en cette crise,
Comme s’il fallait s’excuser
D’être aussi humilié
De ne pouvoir à mi-mois
Donner à ne plus avoir faim,
Apporter chaleur sous son toit,
Être toujours sous la crainte du demain,
Le Gilet Jaune veut expier,
Sa grande faute d’être dans le besoin,
D’être sous payé
De ne pas vivre dans la dignité...
Quelle inélégance... !
Quelle goujaterie,.. indécence...
Pour BFMTv,...
Le Gilet Jaune,.. doit s’en excuser....

C’est la vingt-troisième
Vingt-troisième semaine de pénitence,
Le Gilet Jaune devrait s’excuser
De ce mauvais ressenti,
De son pouvoir d’achat démenti,
Sur la hausse des carburants,
Lui, qui sans travail,
Lui, qui payé au lance-pierre,
Exonéré sur ces heures supplémentaires...
Exonéré,... sur des heures subsidiaires......
Le Gilet Jaune devrait s’excuser,
Ne pas payer son loyer à temps,
Du silence qui à l’Assemblée fait écho
A sa colère,.. à sa misère
Bâillonnée sous les muselières,
Des députés avocats, et bobos
Du groupe LaRem
Jamais confronté au sociétal Carême !

C’est la vingt-troisième
Vingt-troisième semaine de pénitence,
Il sera difficile de garnir d’artifices
Ces belles tables de Pâques,
Un œuf, un lapin, à 10 euros,
300 gr de Chocolat Lindt à 20 euros !
Les assiettes seront vides,
Quelques miettes d’un gâteau,
Petits œufs au sucre pour cadeau....
Dur de tenir,... jusqu’à la Saint David ... (29 décembre)
Alors que monsieur Pinault
Te jette 200 millions d’euros...
Sans que cela,...
Pour ce si,... ‘si petit’ mécénat,
Ne trouble en rien,... leur semaine à Saint Tropez,
Les weekends de ski à Megève,.. Gstaad,
Un café sur les rives du Titicaca,
200 millions sans que cela fasse malaise,...
Sans compter ces autres commanditaires,
Aux premières loges des Tours de la Défense,
Ont déjà acheté des parts chez Sanofi,
Total,... Amazon,
Movistar,.. Danone,
Michelin,... Xfinity...
Tournent à fond les ordinateurs,
Sous les doigts habiles des traders,
Valsent les billets,.. de ces propriétaires,...
Ces actionnaires,...
À faire ici,... bonne grâce
Faire le plein de quelques indulgences,
Quémander de la bienveillance,...
Rendons grâce à Dieu Jupiter....
Ce carême-prenant,
Quelle farce !
Quelle bouffonnerie !
Mascarade,
Pantalonnade... !
Comédie.....
Des euros par millions pour pardon,..
Le Gilet Jaune,.. lui,... sa misère, sa colère
Macron..... Jupiter dieu
Ces mécènes généreux,...
Par brassées ces lingots tombés des cieux,
Légitimeraient ainsi leurs fortunes,
La brillance de leurs statuts,.. leurs costumes,
Notoriété retrouvée,...
Légitimée,...
Et nos bobos aux rouges cache-nez,
Heureux d’une grève salutaire,
Leur promenade dominicale sanitaire,....
Rendue par Macron le rédempteur,...
Iront porter parole de l’évangile,
Comme Sisyphe à rouler sa bille,
À prier saint Macron,...
Patron des patrons...
A demander miracle
A jeter,.. à brûler ces jaunes gilets,
A grands feux sous les gibets,
Ces seuls beaux et grands obstacles
Ces humaines barricades,
Que sont ces jaunes gilets,...
A faire face !
Avec courage et audace ,...
Aux voracités infinies de ces oppresseurs,
Des richesses de la France d’infâmes suceurs !

Infâmes suceurs.. !

Mais ami(s),
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,... ou pas ! Ou Pas !
Ou,.. demandez à Benalla !

Christian le 20 avril 19

PS...
Emprunt à G. Moustaki...

Comment ne pas la nommer,
Celle que l’on matraque,
Que l’on poursuit, que l’on traque,
Celle qui se soulève,
Qui souffre, se met en grève
C’est elle qu’on emprisonne,
Qu’ils trahissent, qu’ils abandonnent,
Qui nous donne envie de vivre
Qui donne envie de la suivre
Jusqu'au bout, jusqu'au bout
Je voudrais, sans la nommer
Vous parler d'elle
On l'appelle
Révolution Permanente.... Révolution,.. permanente !!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.