Un tsunami,.... vent de panique !

Un tsunami ! Vent de panique,.... Un chamboulement, Un chambardement, Une révolution,
 Une sédition,... Un,.... un tsunami... !

Un tsunami ! Vent de panique,....

Un chamboulement,
Un chambardement,
Une révolution,

Une sédition,...
Un,.... un tsunami... !

Hier, cyclones sur les îles,

Ouragans, tornades aux États Unis,
Il y a de quoi se faire de la bile,
De toutes-parts, les voix se délient

Un,... un tsunami... !

Le monde est en ébullition,
Une catastrophe climato-médiatique,
Le mondes des arts,... des stars

Même sont touchés les politiques,
La vague déferle même à la télévision...

De toutes parts,... le caché,.. le tu,
Désormais font surface à grands flots
Paroles se font voix,... langues déballent,

Les choses dites de couloir,... font écho
A croire,.. enfin,... que les choses évolues....



Confinées hier en ces murs du silence,

Du fléau,.... se sentaient coupables 

Proie, victime,... mais fautive condamnable

D’avoir été,... de la balance,... du mauvais côté,...
Des perchoirs, pâles sont ces mâles assurances....

Un tsunami,...
Le rapport de force violeurs/violées
Le rapport de force harceleurs/harcelées
Enfin seront-t-ils inversés,...
A déloger ces saints d’esprit,....attentionnés maris... !

Tous ces députés, sénateurs qui font les lois,
Seraient les premiers abuseurs

Faire règlement sur ces consommateurs,
Alors qu’eux ne se sont embarrassés

Du sujet,... de leur liberté d’embrasser...

Le courant continue,

Il va y avoir de la plus-value,
A se permettre ainsi toute baise,
L’éruption allait faire malaise
Rien n’arrête,.. un tsunami... !

Dames ! Pour plaider en toute bonne foi
Dames ! Difficile de trouver à défendre ces lois
Dames ! Quelques parlementaires,... 
Dames !
Tant ont été ‘mâles habiles’ ces émissaires
A jouer les vilains,... aux mauvais endroits....

Pas de mots ici pour assassiner,
Pas de mots ici pour condamner,
Justice appropriée, soit assignée,
Le mouvement ne doit s’essouffler,
Du boulot, des hémicycles, aux planchers !

Dames ! La bataille n’est pas gagnée,
Même loin des flirts et de ces prés,
Dame ! Certains plaideront le ‘conter fleurette’....
De leurs caprices si impuissants,..,... possédés,..

De se contenir,....à l’insu total,.... de leur plein gré...

Dames !,... De quelques ironies
Quolibets et sottes plaisanteries,
Ne sont point à chercher ici,...
Que cessent ces maux,... ces cécités
A laisser opérer impunément,... ces bourreaux à émonder... !

A émonder.... !

Là ! Ami(s),.. !
Vous êtes,... obligés,.... de me croire,... de me suivre..... !

Christian le 21 octobre 17

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.