Tabac contre Chloroquine,..

Il est des histoires Qui pourraient au comptoir,.. Faire rire,.. sourire,.. Si elles n’étaient point dramatiques, Le sujet serait presque comique....

Tabac contre Chloroquine,..

Il est des histoires
Qui pourraient au comptoir,..
Faire rire,.. sourire,..
Si elles n’étaient point dramatiques,
Le sujet serait presque comique....

De grands esprits
Sibeth, Buzyn, Lévy,
Nous font la pile,
Ces débiles,..
Des couleuvres nous font avaler,..

En France,... le tabac
Tue par an,.. 80 000 personnes au bas mot
80 000 de maladies imputables au tabac,
Tous ces décès sont légitimes,.
Tous ces fumeurs zombies paient la dime...

Les buralistes
Sont décrétés d’utilité
De public santé,
Sortir avec autorisation pour mourir,..
Entre d’autres temps ferait sourire...

Les Cymes,.. Praud sur BFMTv,..
Ces patibulaires,.. grands experts,
Font grâce au folles aux décisions dégénérées
De nos guignols, Sibeth, Véran, Édouard,.
Qui auront au-delà du coût des effets mortuaires....

Le tabac tue,.. on le sait,..
Ici,.. nul besoin,..  d’ordonnance,
De carte vitale,..
Pour ces fumées et volutes létales,.
Mais du gouvernement pas d’effets secondaires.. !

Que vient faire ici la Chloroquine,.. ?
Serait-ce une arlésienne,
Une Circée, une chimère,.. une sirène,..
Battue par les flots nauséeux de ces caudataires,
Courtisans aux requins,.. funestes affaires... !

La chloroquine de toutes parts,..  attaquée,..
Vilipendée,... persiflée,..
Celle qui en 1860 a sauvé l’Algérie française,
Faisant tomber de 61% la mortalité,..
Elle, la Chloroquine,.. serait décrétée mauvaise...

Faire sienne la devise du Maréchal Bugeaud,
Noble adage,.. ‘‘Ense et aratro’’.
‘‘Par l’épée en temps de guerre,...
Par la charrue en temps de paix,..’’
L’épée est sortie de son fourreau !

Faut-il être idiot,..
Faut-il être sot,.
À l’image de tous ces crétins, ballots,
Celui-dont-on-ne-doit-plus-jamais-prononcer-son-nom
Qu’ils soient aussi con !

Du tabac ou de la chloroquine,..
Des cons ont choisi de vous faire mourir,..
Ils dissertent entre con-missionnés
Et aux hôpitaux,.. qui doit vivre ou mourir... !!
Chaque point,.. virgule,... ici,.. est une prière...
                                                 
Une prière,.. aux victimes innocentes,.. un pardon
Ces cons,.. ne viendront jamais faire mea-culpa
Pas une ligne, un paragraphe,..
Sur leurs tombes, leurs cénotaphes,.
Feront danser excuses et pirouettes,.. bidons !

Mais ami(es),..
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire, à me suivre ou pas !
Ou pas !
Ou demandez à Benalla !

Christian le 29 Mars 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.