France,.. ton image s’effrite,.. se délite...

France,.. ton image s’effrite,.. se délite... La France Sous l’occupation de la finance La France,.. Se découvre d’un côté Rouge, De l’autre Jaune.. Du sang et de l’or,... Les Rouges, proches du trésor, Les Jaunes, avec rien,... jaune... Les jaunes,

France,.. ton image s’effrite,.. se délite...

La France
Sous l’occupation de la finance
La France,..
Se découvre d’un côté Rouge,
De l’autre Jaune..
Du sang et de l’or,...
Les Rouges, proches du trésor,
Les Jaunes, avec rien,... jaune...
Les jaunes,
Ces combattants en quantité
Sans armes,.. mais bien fournis
Désormais en amis ,..
Une bien belle résistance de la patrie..

Hier en son habitat
Le jaune était seul,
Pensait qu’il n’était pas assez intelligent,
Pour être toujours à mi du mois
A court d’argent,
Ne pas savoir faire des économies,
Plus pouvoir même, faire de crédit,
Pas assez intelligent,
A vivre fier et digne de son salaire,
Que vivre autrement qu’en galère,...

Hier en son habitat
Le jaune était seul
Coupable et fautif
A croire de BFMTv et infamies,
A cause de lui aussi,
Si le pays est aussi mal loti,
Le pays,.. la France,...
En déliquescence...

Hier ces gens Jaunes,
A l’aube de l’hiver,
Étaient calfeutrés, murés
Au chaud,.. contre la misère,
Le bon sens,... plier le dos,
Poliment exécuter leur numéro,
Chaque jour au centime près,.. compter,
Pensaient-ils qu’ils allaient affronter
Baïonnettes et gaz de la milice.. ?
Canon et bâtons.. ?
Aux seuls discours de Macron,...
Exactions meurtrières de la police,...

Hier ces gens Jaunes,
Lors que rien ne les poussait à l’action,
Rien ne les poussait à la prison,
Rien ne les poussait à la condamnation,
Au premier weekend, le goupil Castaner
« Le mouvement s’essouffle,.. prend l’air »,..
Ces idiots, ne trouveraient pas même un grain
Un grain de sable, dans le désert......

Hier ces gens Jaunes,
N’avaient rien,... rien,
Qu’une étroite étoffe tissée
Mais dont la solidité n’est plus à démontrer,
Celle qu’on nomme la dignité,..
Force colossale,
Bien plus forte que ces milices armées....
Fera plier,..
Ces requins, vautours du capital,...

Cette France Jaune,
Est sans frontière,
Écoutée, espionnée,
Filtrée,... censurée,
Arrestation plus salée
Que pour des fichiers ‘S’,
La police et la Justice,
Comme au temps des collabos
Font interner,.. emprisonner,
Par tous leurs pores et orifices,
Ces chiens,.. de gens jaunes...
Par de simulacres décisions,
Que pas même le plus indigne attentat
Commis par schizophrène d’apostat,
N’y serait soumis, à même trouver,
Chez les rouges,.. quelques défenseurs en érection,
Un BHL,.. à la défense de l’humanité en dévotion....
Pour Schiappa, c’est Poutine
Qui glisse quelques roubles,
Pour l’action des Jaunes et leurs troubles,
Schiappa est trop bonne
Elle devrait retourner à la Sorbonne
Afin d’y retrouver toutes ses facultés...

Kessel a écrit
Dans l’Armée des ombres,
« Les hommes qui publient, risquent la mort,
Ceux qui lisent le papier, risquent la mort,
Ceux qui transportent les journaux, risquent la mort, »
Je change ses mots,...
Afin de rester collé à l’actualité des maux,
Ceux qui font les Ronds-points, risquent la mort,
Ceux qui défilent,.. risquent la mort,
Ceux qui défient Macron,
Pour la liberté,... risquent la mort,
Ceux qui défient Macron,
Pour l’égalité,.. risquent la mort,
Ceux qui défient Macron,
Pour la dignité,.. risquent la mort,...
Tandis que fouinent partout la spéciale police
Policiers, mouchards, espions,
Les Médias jouent l’excommunication,
Et dans les quartiers fleurit le cannabis...

Et Kessel de poursuivre,
« La résistance,
Elle est toutes les femmes,
Tous les hommes en espérance,
Ces français,..
Qui ne veulent pas qu’on fasse à la France,
Ces français,...
Des yeux de morts,.. des yeux vides. ! »

En attendant Macron fait tirer
Fait mettre genoux à terre
Jérôme Rodrigues
En le rendant à vie borgne,
Jérôme Rodrigues
Qui la république menaçait,
Avec un simple téléphone
Jérôme Rodrigues
S’est jeté, tel un forcené
A consommer du LBD...
Comme le soutien Castaner
Fidèle fasciste patibulaire......

Macron fait viser et tirer,
Tandis que la justice se tait,
La justice,... la face se voile,
La Justice,.. l’injustice,.. n’entend,...
La France du Capital,... est cette triste image,
Les Gilets Jaunes,.. ne veulent point de ces rivages......
Ces rivages....

Mais ami(s),...
Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,.. ou pas ! Ou pas !

Christian le 30 janvier 19

PS : Kessel
« Je voudrais vivre le temps,.. de ne plus voir les hommes aux yeux vides »...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.