Christine TIBALA
Militante du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2017

METTONS DES VISAGES ET DES NOMS SUR LES PRISONNIERS POLITIQUES IVOIRIENS

Merci de relayer aussi largement que vous pouvez cette campagne "Mettons des visages et des noms sur les prisonniers politiques ivoiriens" à l'approche de ces fêtes de NOËL que tant des nôtres passeront loin des leurs !

Christine TIBALA
Militante du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que vient de se tenir un sommet UE-UA à ABIDJAN à l'occasion duquel la communauté internationale - MACRON en tête- ont encore oeuvré pour  relégitimer le régime ivoirien,  tandis que les institutions tant nationales qu'internationales, médias mainstream et autres ONG influentes continuent de nier les crimes de  ce régime criminel imposé à la tête de la Côte d'Ivoire depuis le 11 avril 2011, la longue liste des victimes de cette inversion de la victime et du bourreau caractérisée continue de s'allonger.

Au recensement des personnes décédées, disparues, torturées, violées, expropriées, pillées, exilées,... il convient d'ajouter que des centaines de prisonniers politiques civils et militaires croupissent toujours dans les geôles ivoiriennes, dont un grand nombre sans jugement et sans mandat de dépôt. Le RAPPORT N°2-2017 SUR LES PRISONNIERS POLITIQUES DU SECRETARIAT NATIONAL CHARGE DE L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE ET DES PRISONNIERS POLITIQUES [1] du 01 décembre 2017 fait état de 197 prisonniers politiques reconnus (c’est-à-dire bénéficiant d’un mandat de dépôt et régulièrement enfermés dans une maison d’arrêt officielle). Il ne s'agit donc là que des prisonniers politiques officiellement enregistrés auxquels il convient d'ajouter tous les civils et militaires arbitrairement incarcérés en dehors de toute procédure légale quand ils ne sont pas purement et simplement enlevés et assassinés comme Lath ESSOH [2]. A la privation de liberté s'ajoute les violences physiques et morales, l'absence de soins, de privation de nourriture décente, les mesures vexatoires, les humiliations permanentes et autres traitements dégradants du quotidien.

Dans le cadre de l'accompagnement de demandeurs d'asile au quotidien que nous menons ici en FRANCE, la même inversion de la victime et du bourreau se poursuit puisque les décisions tant de l'OFPRA que de la CNDA (pour ce qui est du Conseil d'Etat, nous attendons de voir venir car nous sommes seulement en train de le saisir sur un cas d'espèces), les décisions de ces instances ne cessent de vanter la réconciliation promise et tenue par OUATTARA en allant même jusqu'à prendre l'exemple d'ASSOA ADOU selon elles rentré d'exil en toute quiétude et sans aucun préjudice [3]. Quand on sait qu'il est toujours incarcéré pour avoir seulement défendu la ligne souveraine et démocratique du FPI incarnée par GBAGBO il y a de quoi s'interroger sur la santé mentale de ces administrations qui président à la destinée de centaines de milliers de demandeurs d'asile toutes origines confondues !

Parce que les fêtes de Noël approchent et pour continuer de dénoncer sans relâche le sort de ces centaines de prisonniers politiques connus, les familles et proches de détenus ont décidé de lancer la campagne "METTONS DES VISAGES ET DES NOMS SUR LES PRISONNIERS POLITIQUES IVOIRIENS".

Cette campagne médiatique relaie le travail harassant et constant des collectifs des familles et des proches qui oeuvrent pour la libération des prisonniers politiques ivoiriens dont le COFED (Collectif des Femmes et des parents de Détenus de la crise postélectorale) [4] et l'AFFDO-CI (Association des Femmes et des Familles de Détenus d'Opinion en Côte d'Ivoire) [5]. Elle est largement diffusée sur les réseaux sociaux par des militants du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes telle Marie YAPO sur Facebook [6] dont on salue l'engagement sans faille aux côtés des ses parents et amis particulièrement touchés par cette tragédie.

[1] https://soutienetliberte.files.wordpress.com/2017/12/rapport-2-2017-sur-les-prisonniers-politiques.pdf

[2] https://www.facebook.com/murphy.lavane.225/posts/653208684866600 ; http://lecombattant.canalblog.com/archives/2017/04/index.html

[3] Ainsi dans plusieurs de ses décisions de rejet de la demande d’asile de militants du FPI, la CNDA soutient que leurs craintes de persécution ne seraient pas crédibles dans la mesure où « le Président OUATTARA a tenu sa promesse de ne pas poursuivre les personnes qui rentreraient au pays après s’être exilées » et que « plusieurs partisans de Laurent Gbagbo sont rentrés sans incident après s’être exilés pendant 3 ans » selon des rapports de  2015 sur lesquels elle s’appuie.  Contrairement aux promesses de M. OUATTARA que la CNDA prétend tenues, certains partisans et collaborateurs du Président Laurent GBAGBO ont bien été arrêtés à leur retour d’exil et sont à ce jour toujours maintenues en détention dans des conditions qui font craindre pour leur vie.  Citons notamment le cas du Ministre Assoa Adou arrêté à son retour d’exil  comme le dénoncent ces deux communiqués du parti communiste français : http://www.pcf.fr/64522  et http://international.pcf.fr/64523

[4] https://www.facebook.com/collectif.desfemmes.73

[5] https://www.facebook.com/collectif.desfemmes

[6] https://www.facebook.com/glorieusemarie.yapo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses