Lettre à la Conscience de Gérald Darmanin

Ça n'est pas une lettre mais une bouteille à la mer. Vous hantez mes pensées Monsieur Darmanin. Je pense qu'il est plus que temps de partir à la recherche de votre humanité.

Lorsque le hashtag "BlackLivesMatter" a fait apparition sur le Twitter français je n'ai pas bougé. Permettez-moi de vous expliquer, pourquoi en tant que française je n'ai pas sourcillé quand de l'autre côté de l'atlantique la violence régnait.

Monsieur Darmanin, 

 

Commençons par une simple question : Monsieur le ministre de l'intérieur, ma couleur vous dérange t'elle ? 

À votre décharge, elle m'a dérangé pendant un moment, surtout lorsque j'étais enfant. En tant, que seule fille noire de l'école, de ma famille, de mon village, je m'interrogeais, suis-je laide ? Est-ce que j'appartiens à ce monde ? 

Je me suis détachée des ces interrogations.

Maintenant, je me tourne vers vous, savez-vous dans quel monde nous vivons ?

Pour vous montrer ma bonne volonté, je tiens à dire que je suis d'accord avec vous. Les policiers n'ont pas à faire l'objet d'une chasse aux sorcières sur les réseaux sociaux. Les représentants de la Loi ne méritent pas ça.                                                                                                                            

C'est ce que j'aurais dit si n'étais pas dépitée, par vous, par le gouvernement, par monsieur le président.                                                                           Je suis étudiante, c'est à dire que l'université est fermée, donc je suis confinée. Au début, j'étais frustrée d'être enfermée. Mais, dorénavant, je suis soulagée, je suis enfermée chez-moi. Rien ne peut m'atteindre, je suis dans mon cocon.                                                                                                                                                          

C'est ce que j'aurais dit si je n'étais pas effrayée.                                                                                                                                                                J'ai peur, peur de nos policiers, nos gendarmes, nos militaires, ils me terrifient. Je répète sans cesses que sous les uniformes il y a des hommes, voyez-vous où je veux en venir ?                                                                                                                                                                                          Ces mêmes hommes sont capables de me frapper, de m'humilier, de m'insulter, de me tuer et tout ça sans être inquiétés. Je ne comprends pas pourquoi, ni vous, ni la droite, ni le rassemblement nationale ne soyez pas paniqués comme je le suis.                                                                         En effet, plus largement, sans détailler, ces hommes peuvent faire ce que bon leur semble à leurs congénères.                                                     Peut-être dois-je être plus explicite : L'Homme est un loup pour l'Homme. Vous avez libéré la meute.                       

Vous vous targuez d'aimer la démocratie, d'être un fervent protecteur de l'État de droit, tout ce que j'ai a vous dire est  AH BON ?!            Permettez moi donc de vous demander ce qu'est la démocratie à vos yeux et ce qu'est un État de droit.                                                                                       Selon vous une nation devrait se déchirer, car un homme dans son bureau doré à décidé de se rapprocher de la Police ? 

Ne voyez-vous pas que vous avez condamné la France, plus précisément les français à haïr les gardiens de la paix ?                                             Ironique, quand on y pense : Les gardiens de la paix, à trois, tabassant un homme, pour non port du masque. Ils ont "déconné" selon vous, ( je vous signale en passant que ce terme je ne l'utilise plus du haut de mes 17 ans ), il semblerait que pour vous, la violence et le viol soient sujets à déconner.                                                                                                                                                                                                                  Venant de vous, je ne m'attendais à rien mais je suis quand même déçue. 

Pensez-vous pouvoir déconner sur la vie de vos concitoyens ?                                                                                                                                    Vous en donnez la désagréable impression, sans doute n'avez-vous pas de décence, je préfère être honnête : Je doute pour rester courtoise.                       

Surprenant n'est-ce pas ? La régression entamée par vos soins.                                                                                                                                   Cette régression qui embrase les coeurs, vous savez que "nul n'est censé ignorer la Loi" ? Bien sûr que vous le savez ! Mais vous l'avez oublié n'est-ce pas ? Je me dois de vous applaudir sur un point : Vous avez trouvé comment contourner cet adage, la police peut nier la Loi !                                                                                                                    Alors, il ne reste plus qu'à jeter tout nos usages, coutumes et surtout notre Histoire, au feu. C'est ce que j'aurais dit si j'étais pessimiste.                            Fort heureusement, je suis une personne optimiste, alors je vais brandir les valeurs françaises jusqu'à ce que vos chers policiers viennent m'écraser sur le pavé. 

 

J'habite en France, je considère les Etats-Unis comme une nation née d'une terre violente. Je me disais que la France me ferait toujours sentir en sécurité. Que je pouvais chérir les policiers français. 

Eh bien ! Je ne peux que vous tirer mon chapeau, ainsi que vous esquisser ma plus belle révérence. En effet, vous êtes le seul, qui, jusqu'à maintenant, m'est prouvé que je me fourvoyais ! 

 

Sarah 

 

PS : Je n'ai pas trouvé l'adresse de votre conscience, elle a dû déménager...

N'ayez crainte pour votre humanité elle ne fait pas encore partie des causes perdues. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.