Amis des néonicotinoïdes, bonjour !

Les néonicotinoïdes signent aujourd’hui leur grand retour dans le modèle agricole français.

Je serai bref, car la messe est dite et sans appel. Cette nuit, le Sénat a dit NON aux néonicotinoïdes !

Non, c’est pas possible, a dit le ministre de l’Agriculture. Et les sénateurs ont dit OUI lors d’un second vote.

Il y aurait eu un petit souci technique lors du premier vote. Mais il y en a un autre, comme un vice caché à l’insu de son plein gré ! En effet, le texte n’est pas très constitutionnel, puisqu’il autorise les uns et pas les autres. Et au nom de quel droit, les endiviers et les céréaliers n’auraient pas droit à la même dérogation ?

Ah, ils sont décidément trop malins, rasant gratis nos derniers espoirs de lendemains qui chantent. Pour rappel, les néonicotinoïdes tuent autant les vers de terre que les abeilles et les oiseaux.

En conclusion, le mercredi 28 octobre 2020, à 0 h 44, les néonicotinoïdes ont été réautorisés à cause d’une baisse nationale de 15 % des rendements de betteraves.

Par ailleurs, le 10 septembre dernier, j’ai informé la ministre de la Transition écologique, et la secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, de la menace des néonicotinoïdes sur les communautés de vers de terre.

Et conformément à la demande de madame la ministre, je lui ai formulé une proposition concrète ; proposition qui a dû finir au panier vu l'absence de réponse. Lire la proposition signé par l'auteur de :

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.