Christophe Gerbaud

Un désir créateur : Arts, Clinique, Politique

Paris - France

Sa biographie
Né le 5 juin 1979 à Montauban. Abandonné. Adopté à six mois. Handicapé visuel. Enfance calme. Adolescence trés mélancolique. Premiers écrits à 18 ans. A 21 ans apprend qu'il a une sœur et l'existence de sa mère biologique. Commence à se travestir. Recherches de famille biologique entamées s'avérant vaines. Etudes d'histoire de l'art (Deug), de philosophie (Master 2).A l'âge de 32 ans passe un second Master (sociologie) tout en enseignant la philosophie et la santé publique dans diverses institutions et en étudiant dans plusieurs associations (Paris VII, ALI APPS, Analyse Reichienne) la psychopathologie clinique. Après avoir été clinicien stagiaire pendant un an. A plus de 37 ans, l'écriture continue
Son blog
6 abonnés Christophe Gerbaud
Voir tous
  • Esthétique de la pauvreté (septième parte)

    Par
    La santé a un prix. Pareille à un art ; elle doit se tailler, s’entretenir, se chérir. Le travail du chercheur est de reconstruire une partie de l'univers mental d'un individu pour comprendre ses croyances. Dans le nouage des savoirs (sociologiques, psychologiques, éthiques) naît l'incertitude, donc un vacillement de l'être, une once de vérité sur nos situations propres...
  • Vulnérabilités : pour une politique de gauche inclusive ?

    Par
    Nous, personnes en situation de handicap et / ou minorisées du fait de notre sexualité désirons que la politique change. Car, il n'est pas possible d'envisager une politique libérale qui aille réellement dans le sens des plus discriminés. Le combat, même s'il est perdu d'avance : mérite d'exister, avec force, puissance, et volonté d'application des droits...
  • Esthétique de la pauvreté (sixième partie)

    Par
    Ecrire est devenu une activité vulgaire. Ici, ne sont que pensées de fou se sachant fou, donc maîtrisant parfaitement toute déviance punie par la loi, par la psychiatrie. La santé avant tout ; c'est la littérature ! Le corps empêche de faire autre chose qu'enseigner, analyser et écrire. Car les institutions ne veulent pas de "fous"- tels qu'ils les croient "outisders"... Telle est la "vox pupuli".
  • Instituteur : sportif, créateur et terrien

    Par
    Le roman familial est souvent composé d'énigmes. Mon rapport à ce dernier, du fait de la langue française ; reste délicat. Néanmoins, parfois des brèches de saveurs "symboliques" partagées avec un oncle se dévoilent. L'abandon, puis l’adoption peuvent créer des visions voilées de la famille. Au reste, il y a des échanges - transférentiels - qui peuvent marquer. Tel est cet hommage !
  • Psychose : clinique et politique avec Marx-Debord-Baudrillard

    Par
    Suite à de multiples échanges avec le chercheur Pierre-Ulysse Barranque, toujours pour tâcher de ne pas s'en tenir à une vie pauvre en jouissances, une réflexion sur le rapport à l'objet-Capitalisé s'est imposée. En effet, le Dr Hubert Hervé, le philosophe Ivan Chaumelle et le linguiste Claude Déran ont permis cette médiation improvisée, jazz autour de ces grands auteurs critiques de la société.