Blog suivi par 6 abonnés

Christophe Gerbaud

Un désir créateur : Arts, Clinique, Politique
Paris - France
À propos du blog
Auteur Formateur en Santé publique Militant Transgenre et Handicap Formé en Psychanalyse
  • Esthétique de la pauvreté (sixième partie)

    Par
    Ecrire est devenu une activité vulgaire. Ici, ne sont que pensées de fou se sachant fou, donc maîtrisant parfaitement toute déviance punie par la loi, par la psychiatrie. La santé avant tout ; c'est la littérature ! Le corps empêche de faire autre chose qu'enseigner, analyser et écrire. Car les institutions ne veulent pas de "fous"- tels qu'ils les croient "outisders"... Telle est la "vox pupuli".
  • Instituteur : sportif, créateur et terrien

    Par
    Le roman familial est souvent composé d'énigmes. Mon rapport à ce dernier, du fait de la langue française ; reste délicat. Néanmoins, parfois des brèches de saveurs "symboliques" partagées avec un oncle se dévoilent. L'abandon, puis l’adoption peuvent créer des visions voilées de la famille. Au reste, il y a des échanges - transférentiels - qui peuvent marquer. Tel est cet hommage !
  • Psychose : clinique et politique avec Marx-Debord-Baudrillard

    Par
    Suite à de multiples échanges avec le chercheur Pierre-Ulysse Barranque, toujours pour tâcher de ne pas s'en tenir à une vie pauvre en jouissances, une réflexion sur le rapport à l'objet-Capitalisé s'est imposée. En effet, le Dr Hubert Hervé, le philosophe Ivan Chaumelle et le linguiste Claude Déran ont permis cette médiation improvisée, jazz autour de ces grands auteurs critiques de la société.
  • Esthétique de la pauvreté (Cinquième partie)

    Par | 1 recommandé
    De la psychiatrie au genre, à la pauvreté économique ou à la politique - il n'y a qu'un pas. Mais ces dernières sont traversées par une embrassade de questionnements "hors la loi". Nous sommes toutes et tous prolétarisées par le Capitalisme, dans la mesure où nous avons perdu notre savoir, nos techniques et rhétoriques professionnelles. La transgression par les saveurs de mots peut être infinie...
  • Intimité et politique

    Par
    La question du sujet "je" n'a jamais été résolue. Il est possible que ce sujet soit une fiction. Comme il est tout autant possible que cette catégorie nous parle, de manière politique ; à tout un chacun. Ecrire un journal intime est un acte politique. En ce sens qu'il relève du fait de sauver sa peau. La politique est reconnue, dans les corps concrets, vulnérables -... érotiques !
  • Esthétique de la pauvreté (Quatrième partie)

    Par
    18813817-10213727235161990-961800268666306918-n
    Au carrefour des disciplines, se situe : l’innommable, le trouble, la labyrinthe de la pensée. Penser avec des fragments est un vrai travail ; ce dernier permet de lutter contre l'incurie du chômage, des drogues, de la sexualité ajournée. Les histoires qui constituent nos vies sont des mythes et nous nous hissons à ces petites fictions. La pauvreté serait-elle aussi une fiction...?
  • Être psychanalyste

    Par | 4 commentaires
    Le psychanalyste est un poète. La psychanalyse est une pratique qui ne guérit pas. Là n'est pas son but. Or, certains "scientistes" porteraient à penser que la psychanalyse se définit comme autre chose que littéraire. Cette vision est fausse, elle est poétique et politique de l'âme. Au même titre que leurs analysants, les psychanalystes sont des (miroirs) "fous"; mais savants; lucides, "kritikos".
  • Esthétique de la pauvreté (Troisième partie)

    Par | 1 recommandé
    Christophe Gerbaud, philosophe et sociologue (formé en psychanalyse) livre ici sa réflexion sur la pauvreté. Ce sont ici des vignettes qui traitent de manière poétique des liens entre pauvreté, prises de toxines et sexualité.
  • Porter le voile ou être transgenre ? Pourquoi pas, alors : les deux...!

    Par | 1 recommandé
    Christophe Gerbaud philosophe et sociologue militant handicap et transgenre nous présente ici une rencontre faite (sur un tchat LGBTQ) avec une personne transgenre voilée (burqa). A travers cet entretien, le regard sociologique se porte plus particulièrement sur les liens entre les possibilités d'une jouissance, d'un masochisme - agression interne - et d'une religion musulmane fantasmée.
  • La personne en situation de handicap n'est pas un objet de gestion (seconde partie)

    Par | 1 recommandé
    Pourquoi les cadres handicapés ne trouvent-ils pas de travail au niveau de leurs compétences ? Cela est lié en grande partie à notre société simplificatrice qui fait de nous des objets, qui produit des hommes prêts à fonctionner, à être opérationnels. Or, la handicap ne peut - en dépit-de toutes les catégorisations médicales- dans son "ressenti intérieur" être mis dans une case.