Linguistique et traduction : un exemple emprunté à une professeure

Quand, pendant mes études de langues vivantes, commençaient à paraître et à être utilisées les "machines à traduire", ce que nous appelons maintenant les CAT Tools, les logiciels de traduction assistée par ordinateur, lors d'un colloque à L'Université Catholique de L'Ouest (UCO) d'Angers, une professeure qui nous enseignait entre autres la linguistique Saussurienne, en vint à évoquer le stage d'une collègue traductrice à qui son patron avait opposé la traduction suivante, pour la phrase : "Silicon is a semi conductor" :

Le silicone est la moitié d'un chef d'orchestre, 

Nous qui travaillions à nos études d'arrache-pied, nous souriâmes. 

Bon, cette anecdote avait pour but de bien remettre les hommes et les femmes, les travailleurs et les travailleuses, au centre de l'entreprise et comme auteurs de leurs actes professionnels. 

C'est la leçon que l'on peut tirer de ce XXIème siècle pour l'instant.

Quand on veut et que l'on utilise effectivement les technologies uniquement comme mode d'action et comme méthode, on se heurte au réel humain, qui lui seul est créateur, et non évaluateur.

Ce moment d'emballement des technologies à usage divers ne fera qu'un temps. 

Sachons garder la et les richesses de notre planète, au milieu desquelles la richesse humaine comme point de repère de nos attentions. 

Bon mois de décembre à toutes et tous. 

Christophe Gervot, écrivain, traducteur, musicien auteur, artiste auteur d'œuvres numériques vidéos, artiste plasticien tous médiums, psychanalyste et formateur, le 1er décembre 2020.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.