Nos succès et les humeurs intempestives de la toile

Mise à jour du 13 mai 2021.

NYC Friend born intimate love (Wolves around mix) © Christophe Gervot

Youtubeur à titre personnel depuis le 31 décembre 2018, je me suis installé professionnellement comme musicien auteur, puis comme artiste numérique pour un jour peut-être utiliser des créations numériques vidéos sur scène lors de concerts dont je serais la "vedette", puis comme artiste plasticien pour pouvoir signer toutes mes créations et bénéficier de ce que cela permet de toucher en matière de droits d'auteurs pour mes vidéos sur Youtube et sur les sites où je publie (All About Jazz et mon site professionnel propre christophegervot.com ) et pour pouvoir vendre mes fichiers musicaux et artistiques, comme des photos.

Ensuite, je me suis enfin installé comme auteur de textes, c'est-à-dire écrivain et poète, pour essayer à nouveau, cette fois-ci avec succès, d'être publié. Mes textes, écrits progressivement et dès mes 18 ans, mettent en scène des personnages et des situations que le monde de l'édition, dont j'avais tout de même des réponses encourageantes, rechigne à publier : les questions relatives à l'amour et au désir qu'illustrent mes romans, ma nouvelle, et même mes poèmes, je les traitais sans prendre le soin de maquiller, par exemple, les relations homosexuelles en relations hétérosexuelles. J'étais en psychanalyse, mes textes en faisaient mention dans le domaine de la fiction, et je ne pouvais passer sous les fourches caudines du maquillage politiquement correct, c'était contre mon caractère. Cela m'était peut-être reproché, mais je n'en suis pas sûr. Cependant, je pensais bien, comme peut-être les éditeurs, que ceux-là prenaient peut-être le soin de refuser en attendant que je termine ma psychanalyse (le milieu littéraire et artistique est cultivé), car ils et elles savaient sans doute que, de ce fait, j'allais devenir psychanalyste et peut-être m'installer professionnellement à ce titre. Les amalgames et les préjugés, la méconnaissance ou le refus des réalités, plaidaient peut-être pour un report de la publication de mes tapuscrits.

Sauf que je ne me suis pas à nouveau adressé aux mêmes éditeurs en vue de la place de Paris ou d'ailleurs. J'ai découvert l'auto-édition numérique et je m'y plais bien.

A présent, alors que je n'ai rien enlevé de mes tapuscrits d'origine, et qu'ils sont édités, je les publie avec l'autorité du psychanalyste, assumée.

Mais sur la toile, on ne peut échapper à certains préjugés, comme ceux qui amènent à faire monter un résultat comportant des sous-entendus racistes ou méprisants. Certains s'y complaisent. Récidivent. Sous les yeux ses autorités du web et parfois du public.

Il faut laisser faire et faire qu'ils se lassent.

La créativité est bien de notre côté et les sarcasmes ne font que retomber en pluies déshonorantes sur les coupables.

C'est le lot de toutes celles et toutes ceux qui ont du succès.

En fait, c'est amusant. Alors rions.

Christophe Gervot, musicien auteur, artiste auteur d’œuvres numériques vidéos, artiste plasticien tous médiums, écrivain, traducteur, psychanalyste et formateur, le 12 avril 2021.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.