Le jours où (ne pas céder sur son désir)

Les jours où (vidéo alternative) ( NB ) © Christophe Gervot

 

Les jours où j’écoutais ta voix douce-sincère,

Où je voyais ta bouche, battante, délivrer

Avec ton cœur, les mots de ta lèvre creusée,

Les jours où ton odeur, de ta peau tout entière,

L’odeur de tes cheveux, je pouvais l’inspirer

Sans qu’en moi ne résonne une corde inachevée

Qui m’emmène vers toi, sans que tremble ma chair,

Que me prenne l’amour, ces jours-là sont passés.

 

 

Et le temps que je prolongeais, le temps sauvage,

A vouloir en mensonge ignorer la folie,

A m’écarter de ceux qui rêvent de la vie,

Et le temps acharné où j’effaçais l’image

De mes frères et mes sœurs aux visages d’ici

Et d’ailleurs, où leurs mains, où leurs regards d’envie

Se rejoignent, qui s’endorment ensemble, et sans âge,

Et le temps de ma mort, ce temps-là est fini.

 

En psychanalyse, nous recevons souvent des patients qui ne se retrouvent plus, parce qu'ils ou elles ont fait, parfois, une rencontre traumatique. Un.e tel.le a rencontré une femme ravage, un.e tel.le a rencontré un homme ravage. Lacan a théorisé cela en le rapportant aux demandes d'analyse, qui se formulent ainsi : on demande une analyse parce que l'on a fait une rencontre où la jouissance était absente alors qu'on l'attendait, ou une rencontre où la jouissance était présente alors qu'on ne l'attendait pas.

 

Christophe Gervot, psychanalyste, musicien auteur, parolier, compositeur, artiste conceptuel, traducteur, formateur, Août 87-23 mai 2020.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.