Christophe Gervot
Blogueur engagé, psychanalyste praticien et chercheur, musicien auteur, parolier, écrivain, artiste plasticien tous médiums et artiste digital engagé, également connu sous le nom de GoldenCangré, de Christopher Reed, et de Christopher Wordy Aliens, traducteur et formateur comme entrepreneur individuel de droit français.
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2022

Psychanalyse : les après de ‘RiyeS !’, 2 : le S1 est-il signifié aux autistes ?

Christophe Gervot
Blogueur engagé, psychanalyste praticien et chercheur, musicien auteur, parolier, écrivain, artiste plasticien tous médiums et artiste digital engagé, également connu sous le nom de GoldenCangré, de Christopher Reed, et de Christopher Wordy Aliens, traducteur et formateur comme entrepreneur individuel de droit français.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Psychanalyse : les après de ‘RiyeS !’, 2 : le S1 est-il signifié aux autistes ?

Les après de 'RIyeS !', série, n°2 : Toca o sino do canardo de Gervot © Christophe Gervot

Il y a quelques jours, j’écrivais et je publiais ici le premier ‘Après’ de mon livre ‘RiyeS !’consacré en grande partie à l’accueil en psychanalyse des sujets autistes, sur l’identité entre le signifiant personnel que le sujet autiste a à incorporer en le reconnaissant comme personnel, propre, pour connaître la frappe signifiante sur le corps (qui l’amènera à comprendre la réalité), et le S1, le signifiant de l’identification primordiale du sujet $, dès lors sorti de l’autisme.

Je me demandais si rester autiste serait, dans le bain des paroles y compris de l’enfance en famille, dû à la signification d’un S1 non acceptable par le sujet, car connoté hors acceptable.

Cette hypothèse reste logiquement valable.

Cependant, une autre hypothèse pourrait s’y substituer, ou en être une alternative. Il se pourrait aussi qu’à des sujets autistes, dont le corps grandit, il ne soit signifié aucun S1. D’où une attente, éventuellement cruelle, de celui-ci.

J’ai continué à visionner les vidéos du colloque du département de psychologie de l’Université Rennes 2 sur « Affinity Therapy – Le traitement des passions et inventions dans les diverses approches de l’autisme » et ai vu l’exposé « Tintin la mémoire d’Albert » par Ivan RUIZ, président de l’association TEAdir, auteur du documentaire « D’autres voix », sur Albert, un jeune autiste qui a pour affinité la connaissance des albums de bande dessinée de la série Tintin.

Ivan Ruiz rapporte que « tout ce qu’Albert dit est référé à un discours universel dans lequel il ne se trouve pas. » Ce peut être la situation d’un sujet sans S1, sans identification primordiale qui lui fait sa place dans le monde, dans la famille, et dans la parole. Pas de parole rapporte souvent à être sujet du langage (« universel »). Albert parle en récitant les dialogues des albums de Tintin et « tous les rôles sont représentés mais son énonciation est élidée ». Il y a les énoncés appris et récités, mais cela ne fait pas une énonciation, ni un sujet de l’énonciation. Albert n’est pas en position de sujet de l’énonciation en récitant simplement des énoncés appris, « comme s’il ne pouvait s’approprier une image propre », continue Ivan Ruiz. C’est l’identification primordiale du S1, faite des images qu’elle porte, que le S1 porte avec lui, mais avec aussi son versant de signifiant incorporable, qui manque à Albert. Comme le dit Ivan Ruiz dans son exposé, Albert cherche à intégrer une identification symbolique ». Avec le personnage de Tintin, personnage très correct en tout, Albert cherche-t-il à se faire correct à l’interlocuteur pour être accepté, en élidant sa propre image dont il dit, dans le documentaire d’Ivan Ruiz, qu’elle n’est pas toujours conforme aux usages sociaux habituels car il a, lui aussi, son caractère, ses drôleries ? Ivan Ruiz reconnaît que dire du Hergé, réciter des dialogues de Titin, ce n’est pas faire place à son image à lui.

Remarquons qu’Albert privilégie les scènes de présentations entre personnages, comme s’il avait, en s’intégrant au social, à recevoir d’un autre le signifiant de ce qui le caractérise pour celui-ci, c’est-à-dire ce que le S1 est dans la famille.

Je remercie le département de psychologie de l’Université Rennes 2 de mettre à notre disposition les vidéos des interventions à leurs colloques.

Christophe Gervot, psychanalyste, écrivain, le 26 mai 2022

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne