Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2017

Une escroquerie légalisée – Précis sur les « paradis fiscaux »

L'escroquerie légalisée qu'Alain Deneault pointe du doigt a pour socle les législations de complaisance adoptées par des Etats qui ont permis le développement exponentiel d'un « univers financier et industriel échappant toujours plus à leur contrôle ».

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alain Deneault, Une escroquerie légalisée – Précis sur les « paradis fiscaux », Ecosociété, 2016
En 2014 avec Paradis fiscaux : la filière canadienne, le philosophe et militant Alain Deneault soulignait le poids important pris par le Canada dans le « processus d'offshorisation du monde ». De La Barbade aux Bahamas, de la Jamaïque aux îles Turques-et-Caïques, nombreux furent les financiers, politiciens, avocats canadiens a avoir transformé des îles paradisiaques en… paradis fiscaux, travaillant main dans la main avec la petite élite locale. Alain Deneault allait plus loin : il montrait à quel point le Canada lui-même était devenu un paradis fiscal. Son dernier écrit, court et incisif, poursuit le travail entamé.


L'escroquerie légalisée qu'il pointe du doigt a pour socle les législations de complaisance adoptées par des Etats qui ont permis le développement exponentiel d'un « univers financier et industriel échappant toujours plus à leur contrôle ». Ce sont ainsi des sommes gigantesques qui échappent à l'imposition… pour une part légalement, grâce à l'inventivité des avocats, juristes et autres experts en maximisation/évitement fiscal passés maîtres dans l'art de jouer avec les règles ; un évitement fiscal qui n'est « ni légal ni criminel », insérant « entre le blanc et le noir, toutes les nuances de gris », d'autant plus facilement que « la loi est écrite de manière que tout devienne permis ». Au reste, pour cette caste, il ne s'agit pas de « se demander si un acte est répréhensible par lui-même, mais s'il existe un moyen de l'effectuer en toute légalité quelque part dans le monde ».

Pour l'auteur, les « lois » offshore fabriquent donc de l'alégalité et tout le monde en profite. La vertu n'étant pas cotée en bourse, les entreprises du CAC 40 ont développé des filiales offshore dans des territoires à faible ou nulle imposition ; territoires qui se livrent une concurrence acharnée pour capter une partie du gâteau et sont même prêts à « offrir des exonérations fiscales à des acteurs qui créent de l'emploi dans la filière destinée à aider les entreprises à contourner l'impôt ». Système absurde qui m'a remis en mémoire un passage de  La situation des classes laborieuses en Angleterre (1845) de Friedrich Engels. Après avoir fait le procès de la bourgeoisie anglaise, « profondément immorale (…) incurablement pourrie et inté­rieu­rement rongée d'égoïsme », rapace et cupide, Engels écrit ceci : « Un jour je pénétrai dans Manchester avec un de ces bourgeois et discutai avec lui de la construction déplorable, malsaine, de l'état épouvantable des quartiers ouvriers et déclarai n'avoir jamais vu une ville aussi mal bâtie. L'homme m'écouta calmement et au coin de la rue où il me quitta, il déclara : « Et malgré tout, on gagne ici énormément d'argent. » Eh oui, tant qu'il y aura un « malgré tout », rien ne changera...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
NFT et métavers, symboles de la fuite en avant éperdue du système économique
Les jetons non-fongibles, qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa