Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2022

Une autre histoire du Brexit

C’est à une nouvelle lecture du Brexit que nous invitent Marlène Benquet et Théo Bourgeron dans « La finance autoritaire. Vers la fin du néolibéralisme », publié par les éditions Raisons d’agir.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marlène Benquet et Théo Bourgeron, La finance autoritaire. Vers la fin du néolibéralisme, Raisons d’agir, 2021

C’est à une nouvelle lecture du brexit que nous invitent Marlène Benquet et Théo Bourgeron dans La finance autoritaire. Vers la fin du néolibéralisme, publié par les éditions Raisons d’agir.

La cause est entendue. Des populations, peu cultivées et en perte de repères dans un monde en plein bouleversement, ont trouvé dans les discours populistes, xénophobes, conservateurs, grégaires et autoritaires des armes pour exister politiquement aux yeux d’élites insensibles à leur mal-être ; ce qui a fait le bonheur de bonimenteurs forts en gueule tels Trump, Bolsonaro, Orban, sans oublier quelques spécimens hexagonaux. Heureux temps où la démocratie était censitaire, réservant le droit de vote à ceux qui possèdent et donc savent ce dont la masse a besoin. Comme l’a écrit Jacques Rancière : « Le bon gouvernement démocratique est celui qui est capable de maîtriser un mal qui s’appelle tout simplement vie démocratique »1.

David Cameron a voulu jouer et il a perdu, entend-on parfois. Il a fait un mauvais calcul, pensant que le camp europhile l’emporterait, même petitement. N’avait-il pas tous les milieux d’affaires avec lui face à une plèbe hargneuse persuadée que sa misère serait moins grande hors de l’Union ?

En s’intéressant à la façon dont les deux camps ont financé leur campagne pour ou contre le Brexit, les auteurs ont découvert une autre réalité. Si les acteurs traditionnels de la City n’avaient aucun intérêt à voir la Grande-Bretagne quitter une Union européenne qui ne fut jamais pour eux un ennemi, il n’en allait pas de même pour ceux qui gèrent les hegde-funds et autres fonds d’investissement ; eux soutinrent massivement le camp des brexiters.

« En quittant l’Union, écrivent les auteurs, ils espèrent retrouver les coudées franches pour investir comme bon leur semble, affranchis d’une surveillance bruxelloise jugée trop contraignante. » En bons libertariens, ils veulent faire du business quoiqu’il en coûte, pour l’environnement évidemment mais aussi pour les classes populaires et moyennes qui vont devoir se « responsabiliser » pour survivre. Quitter l’Union sans accord ne serait en rien dramatique puisque, qui dit accord dit régulations, compromis donc freins à la toute-puissance du marché. Faire imploser le Royaume-Uni ne les effraie pas plus puisque l’Ecosse europhile coûte plus qu’elle ne rapporte. Ils rêvent de faire de Londres une « Singapour mondiale (…) une vaste terre d’asile fiscale » ouverte au monde. Et d’ailleurs, le régime autoritaire singapourien n’est pas pour leur déplaire puisque, disent les auteurs, il y a un lien inévitable « entre dérégulation économique et autoritarisme politique », les troubles sociaux provoqués par la première ne pouvant entraîner qu’une réponse policière et des atteintes aux libertés... autres que celle évidemment de faire du business sans entraves.

Les relations tumultueuses qu’entretiennent l’Union européenne et le Royaume-Uni ne sont donc pas à analyser sous le seul angle des relations internationales, mais aussi comme un conflit entre différentes fractions du capital désireuses de s’assurer l’hégémonie ou de négocier au mieux leur relative subordination.

---------

1Jacques Rancière, La haine de la démocratie, La Fabrique, 2005, p. 15.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale