Michel Boué : petite histoire du dessinateur de la renault 5 dans les années 70

Lorsque l’on fait une recherche internet sur le dessinateur de la renault 5, les résultats donnent le nom de Michel Boué, personnalité dont j’avais oublié le nom. Donc si le résultat de cette recherche n’est pas falsifié cet article concerne Michel Boué, un dessinateur de génie.

michel boué fut le créateur du prototype de la voiture moderne que tous les constructeurs ont copié au moins une fois : la renault 5. Ce design novateur dont renault n’a jamais pu se passer au fil des années puisque le dessin originel, effectué sur une serviette de table en papier, à la cantine de l’usine parisienne de renault au cours d’un repas avec des collègues dessinateurs qui ont unanimement trouvé le style de Michel Boué prometteur, a inspiré par la suite la super 5, les clio, les twingo jusqu’en 2020, mais également d’autres modèle de la gamme renault comme la renault 14 ou la renault 25 parmi d’autres jusqu’à aujourd’hui.

Seulement ce qui est moins connu c’est la mort prématurée de Monsieur Boué, je ne sais plus si c’était lors d’un accident voiture (officiellement pour cause de verglas), ou du fait toujours officiellement de son suicide. J'ai compris en écrivant cet article pourquoi au début il devait mourir noyé (bouée).

Cependant, il faut que je raconte l’épisode qui précéda la mort de ce génie.

En effet celui-ci a dès les débuts de la renault 5, constaté le succès de son modèle dans toute l’europe, à tel point que renault est devenu alors en peu de temps le premier constructeur européen. (ou mondial je ne sais plus).

S’estimant à l’origine du succès du groupe renault en quelques années, Michel Boué est alors allé légitimement demander une prime au directeur de renault. Je crois qu’il souhaitait juste devenir propriétaire de sa maison et qu’il voulait un voilier. Mais ça devait être trop car il lui a juste été proposé de monter en grade dans son service. (devenir chef est une ambition qui n’intéresse pas tout le monde visiblement ! ! !)

Insatisfait, il a jugé judicieux d’offrir ses services à un autre constructeur dans un pays européen moins ingrat. Il fit donc le tour des ambassades européennes à paris, avec ses croquis sous le bras, et en peu de temps il s’est vu offrir de quoi combler toutes ses ambitions par plusieurs constructeurs.

Embarrassé devant toutes ces opportunités il fit part à son meilleur ami de son projet de quitter une france si décevante, pour s’installer chez la concurrence, en lui demandant conseil. Ce fut une erreur.

Son ami ne garda pas le secret, et au cours de l’hiver suivant Monsieur Boué décéda.

 

Pour finir : en quelques années Renault perdit sa place de premier constructeur européen (mondial ???), faute de pouvoir renouveler sa gamme avec le concours d’un dessinateur aussi talentueux que Michel Boué, et en dépit d’avoir repris frauduleusement les croquis de celui-ci pour faire perdurer son génie après sa mort.

Et donc voilà un exemple instructif, en france il y a eut Michel Boué, et par exemple en Italie il y a eut et il y a toujours Pininfarina, deux pays, deux philosophies pour récompenser l’effort et la créativité. Je ne me limite qu’à comparer la france et l’Italie mais en comparant avec n’importe quel pays il semblerait, même si je n’arrivais pas à y croire, que la france reste baroque dans sa façon de traiter ses citoyens.

Une partie de cette petite rétrospective a été publié (de façon lacunaire donc) dans un livre sur l’histoire de renault édité en 1985 que j’ai eu l’occasion de lire. (un livre à couverture grise et titre orangé mais je ne me souviens plus de l’auteur peut être le directeur de renault de l’époque)

 

Il serait peut-être temps que cela change même si Michel Boué a été une exception, car il ne semble pas qu’à cette époque, toutes les personnes en passe de réussir leurs projets mourraient subitement…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.