Chapitre 7 : Hong Kong puis Macao la fin de la démocratie

1 livre 1 histoire vraie : « AU VIOL CITOYENS!!! » : Harcelé pendant 4 ans, Violé pendant 15 ans, Filmé pendant 18 ans.

 

je suis arrivé à Hong Kong le  25 septembre 2003  par la frontière terrestre et vu les prix je quittais cette province aussitôt en prenant un ferry pour Macao non loin de là. le 25 au soir j'étais donc à Macao  et sur les conseils de l'office de tourisme macanais j'aménageais dans un hôtel du centre touristique un peu malfamé. Là tout se passait bien et je décidais de rester à Macao une semaine  ou deux le temps de faire le tour de la ville. J'eus quand même l'occasion pendant la traversée en bateau d'être insulté par un anglo-saxon qui dit tout haut à la cantonade « fuck the shemal », et qui portait un t-shirt avec un poulet en cartoon dessiné dessus et l'inscription « shock the chicken ». je ne dis rien comme à chaque fois que j'étais simplement victime d'insultes mais il ne fallait me toucher et ils le savaient.

Malheureusement après une semaine ma carte bancaire expira et j'appelais mes parents pour qu'ils m'envoient ma nouvelle carte en poste restante. Mais déjà avec l'ancienne carte encore valide je ne pouvais plus  faire de retrait pour cause de découvert. je résidais donc dans cette hôtel au sein duquel je sympathisais sommairement avec quelques voyageurs occidentaux et notamment 2 français de 35 et 55 ans arrivés peu après moi et qui travaillaient pour France 5 la chaîne de télévision pour laquelle ils réalisaient un reportage sur les macanais de souche. Ils avaient en effet une grosse caméra de télévision.

Pour ne pas rester affamé je leur proposais de me donner 10 dollars en échange d'un disque dur neuf que j'avais depuis le Cambodge. Ils acceptèrent et je pu continuer à manger et à aller sur internet pendant 1 semaine. Ces deux individus plus tard parlaient de quelqu'un « d'intelligent mais pas fort » dans la rue lorsque je les croisais. Je le pris pour moi.

Je reçu rapidement ma nouvelle CB mais aucun versement n'avait été effectué par mes parents sur mon compte ce qui fait que j'étais toujours démunis. J'appelais mes parents en PCV qui me déclarèrent avoir donné un chèque à ma soeur qui l'avait donné  à la poste ma banque à l'époque.

J'attendis comme cela pendant 3 semaines qui me parurent une éternité car en effet je ne mangeais que tous les deux ou trois jours et j'étais violé toutes les nuits sans le savoir. Pour manger c'était simple : j'allais dans l'un des palaces de Macao, à la piscine plus exactement où les résidents notaient leur nom et numéro de chambre sur un formulaire accessible à tous  avant de prendre une serviette et un transat au bord de la piscine. Je repérais donc une identité occidentale et son numéro de chambre tous les deux jours en moyenne puis j'allais soit à la boutique sandwich soit dans l'un des restaurants du palace pour faire un repas complet et le plus cher au menu ou à la carte si possible, en mettant au moment de l'addition le nom et le numéro de chambre repéré au préalable. il ne me restait plus qu'à signer et l'affaire était dans le sac. Tout se passa tranquillement  pendant 2 semaines jusqu'au jour où je fus interpellé par un serveur sous une des identités que j'avais usurpé. je fis mine de dire qu'il y avait confusion mais ce serveur me demanda de rester au bar pendant qu'il allait à la réception du palace. Bien sûre je n'attendais pas  et comme il y avait plusieurs sorties je pris la plus discrète et partis en courant. Après cela je recommençais à voler dans les supérettes, et je vidais aussi les verres et coupes de cacahuètes des tables vides dans différentes boites de nuit. J'allais également au Starbuck vider les carafes de lait en libre accès.

Des américains en Thaïlande en 2004 m'ont dit que j'avais fait la pute habillé en femme à Macao. je ne comprenais pas à cette époque sauf que je faisais le lien avec la drogue du viol et l'hypnose dont ils m'avaient déjà parlé. Car d'une part je n'avais pas d'argent et d'autre part je ne connaissais personne vraiment. Comment aurais-je pu acheter une perruque une robe des chaussures à talon et du maquillage pour me travestir. Il aurait aussi fallu que je me rase les jambes. J'avais effectivement des rasoirs mais je ne le fis pas. Donc on m'avait prostitué sous hypnose.

Peu de temps après avoir été repéré dans le palace, l'hôtel ou je résidais me mis dehors en gardant mes bagages car je ne pouvais pas les payer. La situation devenait critique mais je ne désespérais pas de voir arriver  un versement sur mon compte postal de la part de mes parents. J'allais donc le soir dormir sur l'unique plage de Macao et la journée j'allais sur internet gratuitement à la médiathèque ou lorsqu'elle était fermée le week-end, je piratais un des ordinateurs de la bourse de Macao en accès libre qui affichaient l'évolution des cours de la bourse.

Cependant je suis sûr, vu mon état, que j'ai été violé avant d'être mis à la porte de mon hôtel pendant plusieurs semaines toutes les nuits et toute la nuit sous hypnose et sous drogue du viol. Je devenais en effet agressif, je voyais des men in black de la CIA partout ce qui m'effrayait par-dessus tout. Et un jour j'ai appelé mes parents en PCV pour leur dire que j'allais me défenestrer du haut d'une tour tellement j'étais dans un délire de persécution. Finalement en haut de la tour je me suis endormi en plein jour à même le sol pendant 4 heures, preuve que mes nuits étaient mouvementées mais je l'ignorais. J'avais en fait surtout besoin de dormir, c'est le manque de sommeil qui me rendait fou. à une autre reprise je me suis endormis dans un restaurant d’une grande chaîne de hamburger en plein jour toujours.

Quand le virement arriva cela faisait une semaine que je ne mangeais que des cacahuètes et que je dormais sur la plage. Je devenais enragé. Une fois un peu d'argent retiré je payais l'hôtel, récupérais mes bagages, et pris un billet d'avion pour les philippines toujours en train de fuir mes persécuteurs.

Je quittais Macao le 04 novembre 2003 sans aucun regret.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.