Compétition - Las lagrimas

SECRET DE FAMILLEDELGADO SANCHEZ PABLO / MEXIQUE 2012 / 1h0820 mars  _  22h  _  ABC 1Dans une grande maison qui paraît bien vide, Gabriel, dix ans, tue le temps pendant ses vacances d’été. Il attend Fernando, son grand frère qu’il idolâtre, moins enclin à jouer aux jeux vidéo qu’à faire la fête à la grande tristesse du petit garçon. Délaissés par une mère qui semble ne jamais vouloir quitter sa chambre, ils essaient de se débrouiller seuls, surmontant péniblement l’ennui et la solitude qui les rongent.

Las_lagrimas
SECRET DE FAMILLE

DELGADO SANCHEZ PABLO / MEXIQUE 2012 / 1h08
20 mars  _  22h  _  ABC 1

Dans une grande maison qui paraît bien vide, Gabriel, dix ans, tue le temps pendant ses vacances d’été. Il attend Fernando, son grand frère qu’il idolâtre, moins enclin à jouer aux jeux vidéo qu’à faire la fête à la grande tristesse du petit garçon. Délaissés par une mère qui semble ne jamais vouloir quitter sa chambre, ils essaient de se débrouiller seuls, surmontant péniblement l’ennui et la solitude qui les rongent.
Personne ne pourrait se douter après avoir vu ce film étonnant de maturité qu’il a été réalisé en moins d’un an, en tant que travail de fin d’études pour le Centro de Capacitación Cinematográfica, l’école de cinéma de Mexico. C’est en seulement vingt jours que le jeune et talentueux Pablo Delgado Sanchez, primé auparavant pour un court-métrage, a fini l’écriture de son scénario ainsi que le tournage de Las Lagrimas. En soignant particulièrement la photo et la lumière, l’objectif pour le réalisateur était alors de donner à voir un «polaroïd en mouvement».
Cet exploit doit sa réussite à la large place laissée à l’improvisation des acteurs incarnant les deux jeunes frères, Fernando Alvarez Rebeil et Gabriel Santoyo, brillants tant dans les dialogues que dans les attitudes des personnages.

Pauline Foucher

Autre projection :
Ven 22 mars _ 13h50 _ ABC 1

Bonus :
Ce film a reçu le prix Carte Blanche au festival de Locarno de 2012.

Fiche film

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.