GILETS JAUNES LYON contre le pass sanitaire et les lois liberticides 17/07/2021

Vaccinés, non-vaccinés, tous unis pour la liberté, l’égalité et la fraternité.
 
Depuis le début de la crise COVID19, l'Assemblée des Gilets Jaunes de Lyon & Environs a décidé collégialement de ne pas prendre part publiquement aux débats (souvent stériles) sur les questions sanitaires.
Aucun de nos membres n'est épidémiologiste, nous n'avons donc aucune légitimité pour prétendre savoir comment faire face à la pandémie.
 
Aux côtés des soignants depuis février 2019 lorsqu’ils alertaient sur la décrépitude de notre système de santé, suite aux réformes libérales successives depuis Sarkozy et l’instauration de la Tarification A l’Acte, nous avons constaté la justesse de notre inquiétude à l’arrivée du COVID sur le territoire début 2020.
Nous avons vu comment, mensonge après mensonge, l’Etat a cherché à nier ses responsabilités : ne prenant aucune mesure autre que de l’affichage dans les aéroports (puisqu’il n’y avait aucun risque que le virus arrive sur notre sol…), il a ensuite prétendu que le masque était inutile en population générale pour cacher l’absence de stocks. Gérant les déconfinements à la va-vite pour faire repartir au plus vite la sacro-sainte économie (c’est-à-dire surtout les dividendes des actionnaires), il a été incapable d’endiguer les rebonds prévisibles de l’épidémie à l’automne 2020 et au printemps 2021. Et pendant cette période d’un an et demi le Ministère de la Santé a continué à supprimer des lits, n’a consenti à aucune amélioration des conditions de travail et de rémunération des personnels soignants et s’est contenté de désigner les Français comme responsables de leur sort (du fait de nos « mauvais comportements »).
Aujourd’hui, après 111.000 morts de la maladie, la même classe politique vient d’annoncer qu’elle instaurait un « pass sanitaire » pour prévenir une 4e vague.
Vu le bilan que nous pouvons dresser de l’année et demie écoulée, il est clair que ce n’est pas par humanité mais bien pour des raisons économiques que l’Etat veut arriver rapidement à l’immunité collective : si la population est massivement vaccinée les clusters disparaitront et la production des entreprises reprendra à plein régime.
Cette affirmation est confortée par la suite du discours d’Emmanuel Macron du 12/07 : dès qu’il s’agit de rembourser les aides d’Etat durant la pandémie ce n’est pas vers les riches (100 milliards d’euros d’évasion fiscale/an que nous n’irons toujours pas chercher) mais vers les pauvres que LREM se tourne. Vaccinés ou non, vos indemnités chômage vont fondre drastiquement au 1er octobre 2021 et vous ne partirez pas à la retraite avant vos 64 ans !
 
Aujourd’hui, par son discours autoritaire, Macron a franchi une ligne rouge qui nous contraints à nous associer à des groupes dont nous ne partageons pas forcément la vision de la situation sanitaire.
Car ce n’est plus de sanitaire dont il est désormais question mais d’une atteinte à nos droits et aux valeurs républicaines.
Avec ce discours Macron bafoue :

 LIBERTE de disposer de son corps comme on l’entend. Quelle que soit notre vision du vaccin, nous devons conserver la liberté de choisir de nous faire inoculer un produit dont les effets secondaires sont aujourd’hui (et c’est normal) méconnus. Nous ne parlons pas ici d’un morceau de tissu que l’on peut enlever ou mettre à sa guise mais d’un élément exogène qui, une fois en nous, ne sera plus contrôlable.

 EGALITE entre les citoyens. Parce que les complices de la Macronie se défendent d’imposer la vaccination en indiquant qu’un test négatif de moins de 48h sera équivalent à la vaccination.

Quand on annonce que les tests ne seront plus remboursés au 1er octobre (49€ pour un PCR / 29€ pour un antigénique), que fait-on si ce n’est pas imposer la vaccination aux classes populaires tout en laissant leur libre arbitre aux nantis ? Et pourquoi soignants et pompiers sont-ils contraints de se faire vacciner du fait de leur contact fréquent avec les populations mais pas les agents des forces de l’ordre ? Sans doute la même raison qui fait qu’ils ne seront pas soumis au régime général des retraites : LREM craint la réaction des syndicats policiers grâce auxquels elle se maintient en place face aux frondes populaires.

FRATERNITE au sein de la population. En essayant de monter les vaccinés contre les non-vaccinés, qu’il s’agisse des soignants ou de l’ensemble de société, Macron retente encore une fois la stratégie du contre-feu pour dissimuler sa responsabilité dans cette crise. Vaccinés ou non, on vient te chercher chez toi…
 
Les Gilets Jaunes de Lyon & Environs appellent donc à :
- Rejoindre tous les rassemblements et manifestations qui s’opposeront au pass sanitaire, à la réforme des retraites et celle de l’assurance chômage
- Boycotter les lieux qui appliqueront un contrôle du pass sanitaire, dès lors que les tests ne seront plus remboursés
 
Nous espérons que, par les mobilisations, nous arriverons à faire prendre conscience au Conseil Constitutionnel des dangers que présente ce type de mesures… car les privations et la ségrégation qui veulent être mises en place dans le cadre du COVID pourront s’appliquer demain dans d’autres contextes : la boîte de Pandore doit être cadenassée avant même d’être entre-ouverte.
Nous espérons que des mesures alternatives et reposant sur le civisme (port du masque pour les non-vaccinés, gratuité des tests, etc) pourront être envisagées dans une société apaisée au lieu du « seul contre tous » qu’on essaie de nous imposer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.