GILETS JAUNES LYON : RÉGIONALE 29 MAI 2021

Acte 133 des GJ DE LYON le 29 MAI 2021

ACTE 133 : 1 an avant la fin de leur monde
 
29 mai 2021 - Lyon
Événement déclaré, détails à venir

Voilà deux ans et demi naissait le mouvement des Gilets Jaunes.
Mouvement populaire spontané  qui s’est fédéré contre une énième hausse des taxes sur les carburants, il a rapidement révélé d’autres aspirations plus profondes de la population française :

Reprise en main des institutions :
Aucun mandat n’aura révélé plus que celui de M. MACRON les dangers de l’hyperprésidence que créent la 5e république et le quinquennat, où un président (et les sbires qu’il place au gouvernement) décide de tout et contre l’avis du peuple.
Aucun mandat n’aura mis au jour tant de scandales au sein d’une classe dirigeante gangrenée par les conflits d’intérêts et les pantouflages.
Aucun mandat n’aura plus affiché le mépris des élus pour la justice (affaires Darmanin, Dupont-Moretti, de Rugy, etc) et leur déconnexion de la population (entre ceux qui s’estiment dans la classe moyenne avec un salaire de 4000€ nets/mois et ceux qui votent une augmentation de leurs frais personnels en pleine crise sanitaire)

Réhumanisation de la société, non pas simplement « plus de pouvoir d’achat » mais le pouvoir de vivre dignement tous ensemble :
Ceux qui sont descendus le 17 novembre 2018 ne l’ont pas fait uniquement dans une logique purement égoïste, pour simplement obtenir plus de biens matériels.
Non.
Relevant la tête de leur frigo vide le 10 du mois ils et elles se sont aperçus que nombre de leurs concitoyens étaient dans la même situation alors que, au-dessus, d’autres se gavaient…
Si les Gilets Jaunes se sont mobilisés en nombre et avec tant de colère c’est parce qu’aujourd’hui les appétits des extrémistes ultra-libéraux, « ceux qui sont tout », ont atteint un niveau tel que jeter ceux qu’ils exploitent, « ceux qui ne sont rien », dans la misère ne les perturbe même plus
Faites le test pour savoir où sera votre place ce 29 mai : https://www.mataf.net/fr/lab/bernard

Découlant des 2 premiers points, un réinvestissement de l’Etat afin que nos impôts servent le bien commun et ne soient pas transformés en cadeaux pour les ultra-riches :

Qu’enfin la recherche de rentabilité arrête d’être le leitmotiv de nos administrations,
Que des services publics de proximité soient redéveloppés partout,
Que l’Etat cesse de brader nos biens communs au privé, comme il a cherché à le faire avec Aéroports De Paris et continue de le faire avec nos autoroutes et EDF,
Que l’hôpital redevienne à la hauteur de notre système de santé (+ de lits, + de soignants et - de financiers),
Que l’environnement, le « commun » par excellence, soit enfin respecté avec des mesures concrètes pour sa préservation : fin des pesticides, (re)développement de modes de transports respectueux, investissements dans les métiers de la transition écologique, etc. Et surtout qu’il cesse d’être utilisé pour justifier des taxes ayant pour but réel de contrebalancer les cadeaux fiscaux faits aux riches !
 

Ces 133 actes, que nous avons renoncé depuis longtemps à décompter en chiffres romains (CXXXIII), chaque samedi, nous les avons passés mobilisés en manifestation dans les rues des métropoles, sur les ronds-points, dans les hôpitaux, sur les marchés et 1000 autres lieux.
Partout nous avons été confrontés à la violence d’Etat, celle de la police en premier lieu (6 mains arrachées, 31 éborgnés et des centaines de blessés graves) puis celle de la justice.
En refusant de céder à la peur et au désespoir, en refusant de plier devant le gaz, les matraques et les contraventions nous avons obligé la Macronie a révéler une autre de ses failles : nous sommes aujourd’hui confronté à un Etat qui ne veut plus, qui ne SAIT même plus, dialoguer avec ses citoyens et qui jouera toujours de la peur qu’inspire sa police pour mettre fin au dialogue social.
Fatalement, cette répression a engendré de nouvelles revendications que notre mouvement se doit d’intégrer.
Nous voulons que notre pays, initiateur des Droits de l’Homme, cesse d’être condamné par les ONG et l’ONU pour sa gestion des manifestations.
Nous voulons que les armes dites « à létalité réduite », Lanceurs de Balles de Défense et Grenades contenant de l’explosif, soient interdites.
Nous voulons que la police nationale, aujourd’hui par trop semblable aux milices coloniales, soit réformée en profondeur, afin qu’elle protège les citoyens au lieu de les mutiler
Nous voulons qu’une fin soit mise à la mascarade qu’est l’IGPN et que des organes citoyens et indépendants de la police s’assurent demain de la déontologie des forces de l’ordre
Nous exigeons la libération de nos camarades, frères et sœurs enfermés pour l’exemple.
 

Ces 133 samedis à lutter nous les avons hélas passés souvent seuls.
Heureusement aux côtés d’autres collectifs, parfois en coorganisation, parfois de notre propre initiative, nous avons aussi pu rappeler que chaque militant qui œuvre pour une société plus apaisée et plus équitable est aussi un Gilet Jaune même s’il ne se définit pas ainsi.
Aujourd’hui nous invitons donc tous les mouvements amis à nous rejoindre car leurs revendications sont aussi les nôtres :

Les Organisations Syndicales qui ont combattu avec nous les plans sociaux, le délabrement de l’Hôpital Public et les réformes des retraites et de l’assurance chômage

La Coorganisation « NON Loi Sécurité Globale » et les collectifs des familles de victimes de violences policières qui réclament eux aussi la désescalade de la répression et la justice pour les blessés et tués, 

L’Union Communiste Libertaire,

les collectifs d’aide aux migrants,

la CALLE qui militent chaque jour pour un monde plus solidaire

Youth For Climate, Extinction Rébellion, Alternatiba-ANV Rhône et tous les mouvements citoyens écologistes auprès desquels nous avons œuvré pour la réussite des Marches Climat

Les étudiants qui revendiquent le droit à un avenir plus radieux que celui promis par la Start-up Nation

Les teufeurs de Maskarade qui nous rappellent que « il n’y aura pas de révolution sans chanson »
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.