Dallas big D

Dans les jardins de l'Arquebuse à Dijon, ArchiDB renouvelle en juillet sa Rencontre documentaire et artistique avec une étude sur l'urbanisation de Dallas, the big D. Impressions soleil couchant.

 

Rencontre documentaire © CR/ArchiDB Rencontre documentaire © CR/ArchiDB

 

 D'un point P, je roule vers petit D

Jeudi 30 juin, l'école est presque finie. Beau temps. Départ ballerines sur la fraîche colline. Midi chocolatine et sablés fraise au club lecture. Couloirs déserts, restent les enfants sages venus dire au revoir. Les autres sont restés chez eux : "pas d'ambiance". 

30 juin, 17 heures, le soleil est encore chaud. L'intérieur de la voiture sent le velours ancien. La clé dans le Neiman lance le moteur. La route n'est plus qu'une habitude, malgré ses particules. L'autoroute facilite le retour, fragmente les territoires et rapproche des lumières de la ville. Je roule vers petit D en partant d'un point P, pour aller voir le big D : Dallas, Texas.

Comme une envie de voyage qui se réveillerait à l'approche des congés d'été. Souvenirs d'Amérique du Nord et de ses immenses dimensions. L'homme ne construit pas à son image mais à celle de la nature qui l'entoure. Au retour ici, tout est mignon, petit et technologique.

 

Un ticket pour Dallas, Texas

Le jardin des sciences de Dijon aussi. Malgré sa grande Orangerie. Jeudi 30 juin, à partir de 18 h, c'est fête au jardin pour tout un juillet. ArchiDB renouvelle sa Rencontre documentaire et artistique proposée pour La ville africaine : après Kinchasa, en 2014, le ticket est en 2016 pour Dallas, Texas. Ambiance bluegrass au vernissage : passés les petits discours entre amis, c'est concert gratuit des Heebies Jeebies, et chili à petit prix.

The Heebies Jeebies © CR/ArchiDB The Heebies Jeebies © CR/ArchiDB

 

Fête des voisins

Pelouses vertes et dîner sur l'herbe, les petits dijonnais se mêlent à leurs jumeaux de Dallas.

Alignés sur leurs bancs ou bien attablés aux toiles cirées,

Alignés sur un banc © CR/ArchiDB Alignés sur un banc © CR/ArchiDB

ils voisinent avec la femme tatouée des truites de rivières,

La femme aux truites de rivière © CR/ArchiDB La femme aux truites de rivière © CR/ArchiDB
prennent leur café avec le gars du 1135

Le gars du 1135 © CR/ArchiDB Le gars du 1135 © CR/ArchiDB

ou bien papotent sur le parvis de l'église.

sur le parvis de l'église © CR/ArchiDB sur le parvis de l'église © CR/ArchiDB

A

A l'intérieur, derrière le mur de l'amitié, et ses petits panneau texte, on arrive au coeur de l'expo. 4 écrans, 5 photographes et le docu son de La Fabrique Documentaire et ArchiDB.

4 écrans, 5 photographes+ 1 docu son © CR/ArchiDB 4 écrans, 5 photographes+ 1 docu son © CR/ArchiDB

 

Documentaire ou fiction ?

Sur l'écran géant, des photos extraites de la série télé confrontent nos images mentales du Texas avec des intérieurs de villas non moins luxueuses  que celles de JR et Pamela. A côté, c'est le temps qui nous emporte, en noir et blanc, dans le Dallas de Bill Wood.

 © Bill Wood © Bill Wood

 

 

Une réflexion sur la ville

Au delà des photographies, qui nous immergent dans la cité, l'exposition est une réflexion sur la ville :

Dallas, « Big D », comme « Big Dallas », est une expression employée par ses habitants. Dallas, ville de pionniers fondée en 1841, a été le siège de la création en 1855 d'un phalanstère fouriériste, nommé La Réunion. 350 français sont arrivés, alors que la population du village n'était que de 250 habitants. C'est le fret ferroviaire et le pétrole qui ont permis à Dallas de se développer. Aujourd'hui, cette ville de 1,3 millions d'habitants, où la maison individuelle règne en maître, s'inscrit dans une agglomération de 7 millions d'habitants dont le flux migratoire, massif, fait entrer dans la ville plus de 100 000 personnes chaque année, sans compter les clandestins - peut-être 10 ou 20 000 - et l'accroissement naturel dû à la natalité…. Trois communautés forment 98 % des habitants – plus ou moins 40 % de latinos, 30 % de blancs et 30 % d'afro-américains.

Le regard que nous portons sur cette ville, très peu dense et agréable à vivre, nous permet de nous interroger sur le nouveau dogme à l’œuvre actuellement en France, la densification urbaine. Chaque modèle ayant ses avantages et ses inconvénients, nous essayerons de les traiter au-delà de l'idéologie. Il nous permettra également de nous interroger sur la place de la société civile dans la production et la gestion urbaine beaucoup plus présente aux USA qu'en France. Cette exposition, au-delà du travail analytique, proposera beaucoup d'images d'auteurs contemporains et des photos d'archives.*

 

Immersion 

Carrefours surchargés de fils électriques, enseignes peintes, néons de bord de route, assiettes colorées, piscines bleues et galerie peinte, les photos passent comme défilent les paysages en mode cruiser. A la radio, une musique pleine de soleil, la portière claque, et nous voici à bord du documentaire sonore. Benjamin Bibas, plus habitué aux questions africaines, et Sébastien Godret, dressent peu à peu, de ballades dans le down town ou South Dallas, en rencontres avec des habitants. dont un architecte local au délicieux accent, le portrait nourri de Dallas upon Trinity River, ses quartiers noirs, hispaniques. et ses quartiers nords, plus blancs, plus série télé.

La largeur de nos rues équivaut à trois fois celles que l'on rencontre à Paris par exemple.

 

Retour à Dijon

La nuit tombe sur le jardin, dépeuplé. Les canards ont retrouvé leurs pelouses. Petit Dijon se prépare à passer la nuit, tranquille, c'est jeudi.

Demain, j'irai sans doute revoir sur le site de l'expo quelques photos, réécouter quelques sons, prendre une nouvelle fois un ticket pour Dallas.

 

 

 PROLONGEMENTS

Sébastien Godret. ArchiDB, Dallas Bid D, Rencontre documentaire et artistique sur http://www.archi-db.com/dallas/, le 03/07/2016

 Dallas, Big D, Environnement sonore, sur http://lafabriquedocumentaire.fr/production/dallas-big-d/, le 03/07/216

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.