Marcel Paul, un précieux héritage populaire

Marcel Paul fut ministre communiste après la guerre. Il nationalisa l'énergie et créa une structure avec un statut modèle pour ses employés, incluant éducation permanente et loisir populaire. L'éclatement de la structure EDF pourrait avoir des conséquences également sur les CCAS, Caisses Centrales d'Activités Sociales.

p90808-194920
Avoir un prénom pour nom de famille peut signifier qu'on est un enfant sans patronyme. C'est le cas de Marcel Paul, né en 1900, enfant trouvé sur une place du 14ème dans Paris, puis placé dans une famille sarthoise, et encouragé par son instituteur à réussir au certificat d'études primaires. A 13 ans, il est à la ferme. Valet. Et puis on le voit parmi les jeunes socialistes, qui s'engagent contre la guerre. Ensuite il adhère à la SFIC et bien plus tard, après les guerres, à la Libération, c'est ministre du gouvernement de Gaulle, celui qui crée la sécurité sociale, et nationalise l'énergie.

Marcel Paul est à l'origine d'EDF-GDF mais aussi du Conseil Central des Oeuvres Sociales. Aux producteurs qui acceptent de vendre leurs centrales à condition qu'on leur reverse 1% des ventes d'énergie pendant 49 ans, il répond d'accord, mais alors 1% des ventes iront au bénéfice des salariés. Les CCAS venaient de naître.

Guidées par leur slogan "Justice, solidarité et dignité sociale", elles sont aujourd'hui, en plus d'un acteur social organisant les loisirs et les repas de ses bénéficiaires, un des principaux acteurs du monde culturel en France. Car Marcel Paul, comme Ambroise Croizat, ne s'est pas contenté de mettre en place un modèle économique, il a réfléchi et créé une structure qui corresponde à son idéal politique : le communisme. 

Dans les faits, c'est un comité d'entreprise qui ne distribue pas des chèques culture ou vacances prêts à consommer mais qui propose une éducation populaire et culturelle pendant les loisirs. Pour l'année 2018, les CCAS représentent 1107 interventions culturelles en centres adultes et jeunes, 815 spectacles vivants et de cinéma, 196 interventions sur la lecture et les auteurs et 95 Act'éthiques. L'Act'éthique ou acte éducatif est une intervention destinée à interpeller la réflexion de chacun aussi bien dans le domaine des sciences et techniques que dans celui des sciences humaines, selon une politique culturelle organisée par des cadres qui peuvent être par exemple docteurs en histoire.

C'est ainsi que des gens venus pour pêcher dans des petits chalets près d'un étang se sont retrouvés au cours du mois d'août conviés à un repas animé par un universitaire spécialiste en histoire des idées politiques. Ensemble, grand-parents, parents, enfants, amis, voisins, ont réfléchi à partir de connaissances théoriques distillées au cours du repas à ce que peut vouloir dire aujourd'hui l'utopie. Grâce à la confiance en les gens, en leur désir de réfléchir, d'avancer ensemble, se sont créés des liens, des discussions animées sur de possibles sociétés de rêve.

Des petites graines aujourd'hui encore continuent de fleurir de ce que fut pendant l'après-guerre ce gouvernement né du Programme du Conseil National de la Résistance : les Jours Heureux

Le statut d’employé chez EDF-GDF a pendant longtemps été une telle réussite sociale qu’il a été la cible de jalousies et dénigrements, qui ont préparé le terrain pour les actuels démantèlements et privatisations. En plus d’une dépossession du bien commun, ces transformations pourraient détruire ces modèles d’éducation permanente et populaire que sont en particulier les CCAS.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.