18 décembre, journée internationale des migrants

Les collectifs de soutien aux migrants de Dijon lancent un appel ! "Pour le respect des droits humains, le respect des droits de l'enfance, ne laissons pas expulser nos camarades de classe, nos élèves, nos voisins, nos amis."

 A...est arrivé en France à 16 ans parce qu'il ne pouvait plus vivre dans son pays. Il s'est formé avec succès, vient de signer un contrat d'apprentissage dans le bâtiment.Tout le monde est satisfait, le jeune, ses enseignants, son employeur...et tout s'écroule. La préfecture exige des documents impossibles à obtenir et au delà de ce que prévoient les textes et le prive du droit au séjour et au travail. Le voilà dans l'angoisse et condamné à la clandestinité

G... est mère de famille, elle a du fuir son pays pour échapper à une mutilation de sa fille, ses jeunes enfants et leur père sont en situation régulière en France. Et un matin, la police vient la chercher pour l'expulser et briser cette famille, les enfants devant être arrachés à un de leur parent. Son seul crime, à son arrivée en France il y a sept ans, elle n'avait pas les bons documents. Elle arrive à échapper à ce drame, associations, élus, proches protestent auprès de la préfecture...toujours pas de garantie du respect du droit des enfants de vivre avec leurs parents. Ses enfants et elle sont toujours dans l'angoisse du moindre bruit au petit matin.

L...est une « brillante » lycéenne comme on dit, sa famille remplit toutes les conditions de régularisation et d'un coup, elle est victime d'une
obligation de quitter le territoire...Pour la préfecture, la loi permet , mais n'oblige pas à régulariser. Là aussi, élèves et personnel du lycée
protestent et se heurtent à un mur de silence.

La famille T... remplit toutes les conditions pour être régularisée. Et quand elle dépose son dossier, refus, elle constituerait un trouble à
l'ordre public. Les associations de défense des droits humains protestent et prouvent que ce qui est reproché, un incident dans un centre
d'hébergement datant de cinq ans, a été classé sans suite par la justice pour « infraction insuffisamment caractérisée ». Enseignants, voisins,
élus, témoignent de leur honorabilité. Et on se heurte une fois de plus à un mur.

Des situations comme celles-ci, il y en a des dizaines aujourd'hui en Côte d'Or.

Et, comble du blocage, la préfecture vient d'annoncer qu'elle refusait de rencontrer les associations et syndicats défendant les droits des exilés parce qu'ils avaient manifestés leur solidarité avec les habitants de locaux publics vacants expulsés sans aucune décision de justice et mis à la
rue sans proposition de relogement pour la plupart d'entre eux.

Pour le respect des droits humains pour tous, droit des enfants à ne pas être séparés de leurs parents, droit aux études, droit à un toit

Pour dire que nous ne pouvons accepter le refus des représentants de l'état de reconnaître la légitimité du monde associatif et syndical et de
la défense des droits de chacun :


Rassemblement devant la Préfecture  à Dijon  mardi 18 décembre à partir de 17h30 suivi d'une soirée conviviale au cellier de Clairvaux à 18h30


*Le collectif de soutien aux demandeurs d'asile et migrants: *
>
> ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière /AFRANE BourgogneAGIRabcd 21/Amis
> de la Confédération Paysanne/ Amnesty International Dijon /Association des
> Paralysés de France/ ATTAC 21 / ATMF Dijon / CFDT 21 / CGT 21 /CCFD Terre
> Solidaire/Clubs UNESCO /CNT 21 /Collectif du collèges les Lentillères/
> Collectif du lycée d’accueil inter-national du Castel/Confédération
> Paysanne/ CSF / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan /
> FCPE / FSU 21 / LVN personnalistes et citoyens / Ligue des Droits de
> l’Homme / MAN /Mouvement de la Paix/ MRAP / Pastorale des Migrants / RESF
> 21 /SAF /SNES FSU/ SOS Refoulement / SOS racisme / Solidaires / Solidarité
> afghane /Sud santé sociaux/ UJFP / UNEF/ Tends la Main / Urgence Solidaire
>
> *Le Collectif soutien asile nord 21 : *
>
> Amnesty international Semur en Auxois-CCFD Terre solidaire - Emmaüs Planay
> - Ligue des droits de l’Homme, sections de Châtillon sur Seine et Montbard
> Auxois- MJC André Malraux de Montbard – RESF – Secours catholique
>
>
>
>

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.