Contre vents et marées?

Qu'il pleuve ou qu'il vente, que l'arctique fonde ou que les avalanches se déclenchent, que les scientifiques demandent l'aide de la société civile pour stopper les politiques délibérément écocides, peu n'importe pas ! (? ) Mais les fusils sont-ils prêts à se lever contre les opposants ? (MAJ 13 H40)

Mercredi 17 janvier, 9 h 30

J'écoute la radio et j'apprends que la décision du gouvernement concernant la construction d'un nouvel aéroport pour la ville de Nantes à Notre-Dame des Landes est imminente. Plus tard, il est question de forces de l'ordre qui arrivent par cars entiers sur Nantes. 

Toute la nuit le vent a mugi dans les conduits. Chaque jour, les bourrasques sur la route me ralentissent et m'inquiètent. J'ai croisé cette semaine trois vieux arbres déracinés, couchés sur le flanc. Ce n'est rien ici. Ailleurs, les habitants doivent quitter leurs rivages submergés. 

Début novembre 2017,  suite aux derniers chiffres publiés sur le taux de CO2 dans l'atmosphère, l5 000 scientifiques lançaient un appel à la société civile pour modifier les politiques qui ignoreraient les dangers à poursuivre des modes de vie ignorant délibérément le lien entre la pollution et les conséquences observées chaque jour sur les conditions climatiques.  

"Pour les chercheurs, nos seules chances de salut passent par un sursaut collectif et aussi individuel : « grâce à un raz-de-marée d'initiatives organisées à la base, il est possible de vaincre n'importe quelle opposition, aussi acharnée soit-elle, et d'obliger les dirigeants politiques à agir », écrivent-ils.**

25 ans plus tôt, ils étaient 1700, en 1992, à écrire : « Si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle. » (...)  Ils soulignaient que nous nous rapprochions rapidement des limites de ce que la biosphère est capable de tolérer sans dommages graves et irréversibles.(...)Ils plaidaient pour une diminution de nos émissions de gaz à effet... *

En novembre 2017 en effet, les chiffres annoncent un taux de CO2 record, aussi élevé qu'il était il y a 800 000 ans, du temps où les animaux marins de nos fossiles nageaient gentiment dans les océans qui recouvraient nos terres actuelles. 

"1500 agents des forces de l'ordre sur place", annonce France-Inter. "Décision imminente du gouvernement."

En décembre 2017, l'arctique a perdu sa banquise. "Les conséquences que les climatologues osaient à peine envisager il y a dix ans sont désormais en cours et discernables.(...) Déjà des immeubles penchent ou s’effondrent. De plus, dans ces zones qui relâchent des quantités de plus importantes de méthane contribuant au réchauffement, des incendies qui peuvent durer des mois vont se produire de plus en plus fréquemment."***

Alerte cyclonique orange dans l'hexagone, continue la radio... Des vents de 200 km/heure en Corse, annonçait-elle hier.

Comment peut-on décider de la construction d'un nouvel aéroport, en disposant de ces informations ? Comment peut-on ignorer ainsi sa responsabilité face à l'inévitable histoire qui découlera d'une telle décision ?

N'est-ce pas là une forme de crime d'écocide en cours de réalisation ? 

Peut-on ne pas lire la presse récente ?  La justice allemande a franchi un pas inédit en acceptant, jeudi 30 novembre, d’examiner la requête d’un paysan péruvien contre le conglomérat allemand de l’énergie, RWE (Rheinisch-Westfälisches Elektrizitätswerk Aktiengesellschaft), pour déterminer sa responsabilité dans la fonte d’un glacier andin attribuée au réchauffement climatique.****

Comment peut-on ne pas voir les liens qui existent entre l'afflux de réfugiés, les bouleversements climatiques, et la responsabilité qu'on prend en décidant de construire un lieu producteur d'émissions destructrices de l'environnement ?

Comment peut-on envisager de lancer des forces de l'ordre contre ceux qui tentent de s'organiser à la base pour obliger leurs dirigeants politiques à agir dans le sens de la réduction de l'émission de gaz à effet de serre ?  

Peut-on entraîner tout un pays sur une telle voie en toute conscience ? Et peut-être ainsi risquer la vie de nos concitoyens en les jetant les uns contre les autres ?

 

 

 

Articles cités : 

*Le cri d’alarme de quinze mille scientifiques sur l’état de la planète, dans LE MONDE | 13.11.2017 à 16h00 • Mis à jour le 21.11.2017 à 17h20 |Par William J. Ripple, Christopher Wolf, Thomas M. Newsome, Mauro Galetti, Mohammed Alamgir, Eileen Crist, Mahmoud I. Mahmoud et William F. Laurance, disponible sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/13/le-cri-d-alarme-de-quinze-mille-scientifiques-sur-l-etat-de-la-planete_5214185_3244.html

**Xavier Demeersman, Inédit : 15.000 scientifiques lancent un cri d’alarme sur l’état de la planète, sur Futura sciences, le 14/11/2017, https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/climatologie-inedit-15000-scientifiques-lancent-cri-alarme-etat-planete-69220/

*** Claude-Marie Vadrot, La fonte de la banquise en Arctique atteint un record, sur Politis. fr, le 17 /12/2017, https://www.politis.fr/articles/2017/12/la-fonte-de-la-banquise-en-arctique-atteint-un-record-38107/

**** Climat : l’Allemagne examine la requête d’un fermier péruvien contre le géant de l’énergie RWE par Le Monde.fr avec AFP | 30.11.2017 à 14h50 • Mis à jour le 30.11.2017 à 16h45, sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/30/climat-l-allemagne-accepte-d-examiner-la-requete-d-un-fermier-peruvien-contre-le-conglomerat-de-l-energie-rwe_5222720_3244.html#BaJSrI77WrWOUFkp.99

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.