Eau de Rose - 7 - Un blondinet ôté à sa mère

Essaie de penser à de toutes petites choses, ce sont les seules à passer à travers les mailles des filets trop serrés.

Eau de Rose - Préambule - Vers le Je 

Eau de Rose - 1 - Là où rien ne vient ricocher sur les rêveries

Eau de Rose - 2 -Une voix rauque

Eau de Rose - 3 - Vieille Lune

Eau de Rose - 4 - Le bruit blanc

Eau de Rose - 5 -Une chaleur tendre

Eau de Rose - 6 - Des larmes de sève

 

Nous sommes restées silencieuses un moment. C’est elle qui a repris la parole.

- Et puis tu sais je ne suis pas habituée non plus à parler avec une grande personne comme toi.

- Une grande personne ?

- Ah oui, c’est comme cela que nous appelons les hommes et les femmes à cause de leur grande taille comparée à la nôtre et...

Elle s’arrêta un peu gênée. Ses pétales se tortillaient sur leur extrémité.

- Eh bien. Que veux-tu dire ?

- C’est aussi que ... Tu ne le prendras pas mal ?

- Non. Je ne pense pas. Mais je ne peux pas non en être sure. Dis-moi.

- Eh bien, nous vous appelons aussi des grandes personnes car vous êtes un peu trop occupés de la grandeur des choses.

- Ah oui ?!

- Oui, vous voulez toujours faire de grandes choses, des immenses jardins, des très longues routes jusqu’au ciel. Vous-mêmes, vous appelez vos maisons des gratte-ciels, n’est-ce pas ?

Lorsqu’elle prononça le mot « gratte-ciel » avec son petit accent chantant, elle se rengorgea légèrement dans ses pétales soudain tout serrés en bas et en haut, et renflés sur le milieu. Je ne vous avais peut-être pas encore dit qu’elle avait une manière de parler avec des notes assez hautes et des petits rythmes joyeux qui faisaient penser à une danse de campagne.

- Oui, oui, sans doute. Certains d’entre nous, du moins. Nous ne sommes pas tous comme ça, tu sais. Mais on ne peut pas nier que c’est une forte tendance chez nous.

- Oh oui ! Et pourtant vous êtes tellement enfantins.

- Enfantins ?

- Oui, vous passez votre temps à faire d’énormes bêtises sans même vous en rendre compte. Enfin, j’espère que vous ne vous en rendez pas compte sinon ce serait un peu désespérant.

- Des bêtises, oui, bien sûr. Des bêtises comme de couper les arbres et de polluer l’air ?

- Mais oui, et bien d’autres encore. Comme de faire fondre les glaciers et d’assécher les rivières.

- Je sais. Si seulement je trouvais un moyen de les arrêter ces grandes personnes, comme tu les appelles, eh bien, crois-moi, si je trouvais ce moyen, aussitôt je l’utiliserais.

- Tu ne sais donc pas parler à tes semblables ?

- Ils ne m’entendent pas. Ils n’entendent personne. Le bruit de l’argent les assourdit. Plus rien d’autre ne passe.

- Crois-tu ? N’y a-t-il pas toujours un petit espace pour que le filet d’eau coule ?

- Je ne sais pas. J’avoue que je ne sais pas par où prendre les choses tellement elles me semblent mal engagées.

- Essaie de penser à de toutes petites choses, ce sont les seules à passer à travers les mailles des filets trop serrés.

- De toutes petites choses comme la fulgurance du soleil dans les éclats de verre ?

- Ou comme les grains de sable du temps qui s’écoule, comme les particules de matière qui donnent naissance à la lumière...

- Tu sais, je ne suis pas certaine du tout de te comprendre.

- Peu importe, non ? Tu sais, je ne comprends pas toujours ce qui me vient à travers les mots mais j’accepte de les laisser naître au jour sans les maîtriser.

- Tu veux dire que ce n’est pas toi qui parles dans tes mots ?

- C’est moi et ce n’est pas moi. Comment voudrais-tu que je trace les contours de ma présence sur terre ? Je ne sais même pas où elle commence : est-ce à la fécondation ? Est-ce à la branche qui a porté mon bouton, à la terre qui l’a nourrie, à l’eau qui l’a abreuvée ? Comment peux-tu concevoir ton être comme défini entre un point et un autre ?

- C’est ainsi que nous avons l’habitude de penser.

- Et c’est ainsi que vous avez l’habitude de faire d’énormes bêtises, n’est-ce pas ?

- Aussi, oui.

J’ai jeté un œil sur mes dossiers et la tâche que je m’étais fixée m’est apparue soudain telle- ment vaine que la tête m’en tournait. A quoi bon dépenser autant d’énergie pour ajouter quelques mots au-dessus d’un texte ? En quoi ce texte appartenait-il finalement à son auteur et à quoi bon réclamer une reconnaissance pour son inspiratrice ?

Cette rose sur mon chemin ne pouvait être qu’un signe. Pourquoi m’apparaissait-elle ainsi alors même que je cherchais à faire reconnaitre son modèle réel ? L’auteure des Mémoires de la Rose m’envoyait-elle ainsi sa messagère pour me signifier qu’il serait bon de m’en arrêter là ? Quel besoin y avait-il à reprendre les bases de cette ancienne histoire ? Etais-je bien certaine de ce qui s’était réellement passé ? Pourtant, les récits s’accordaient à dire que ce petit personnage était à son image, né de sa main, à elle. L’idée de cet enfant de papier qui les reliait m’encourageait à continuer. Je décidai de choyer cette idée et de poursuivre mon chemin. L’avenir me dirait s’il était bon de montrer combien une petite personne avait été grande en réalité. Le monde changeait maintenant et les femmes avaient récemment passé le cinquantenaire de leur droit à avoir leur propre compte bancaire. Incroyable, non ?

un infini lac de montagne © cl'R un infini lac de montagne © cl'R

Le soir tombait et la rose avait dans ses pétales des reflets bleutés qui lui donnaient une vive profondeur. J’avais en la regardant le sentiment de plonger au cœur du temps qui s’ouvrait comme un infini lac de montagne étroit et dont la faille touche par certaines de ses infimes galeries à la matière fusionnelle de la terre tandis que sa surface tranquille reflète l’immensité du ciel.

Eau de Rose - Préambule - Vers le Je 

Eau de Rose - 1 - Là où rien ne vient ricocher sur les rêveries

Eau de Rose - 2 -Une voix rauque

Eau de Rose - 3 - Vieille Lune

Eau de Rose - 4 - Le bruit blanc

Eau de Rose - 5 -Une chaleur tendre

Eau de Rose - 6 - Des larmes de sève

Eau de Rose - 7 - Un blondinet ôté à sa mère

Eau de Rose - 8 - La tache rose sur le gravier

Eau de Rose - 9 - Esclarmonde

Eau de Rose - 10 - Dans la salle des archives

Eau de Rose - 11 - La fleur bleue

Eau de Rose - 12- Le grand clown blanc

Eau de Rose - 14 - Les enfants taquins

Eau de Rose - 15 - Au pays des volcans

Eau de Rose - 16 - De neige

Eau de Rose - 17 - Post scriptum

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.