Blog suivi par 80 abonnés

Miscellanées

  • Delermie : Jouer au Titanic

    Par | 8 commentaires | 6 recommandés
    Souvent ça nous arrive presque par hasard et ça brille dans l’été, quand on est désoeuvré. On est là dans le début d’après-midi, comme un sans-logis, parce qu’on n’a pas trouvé le sommeil et qu’on s’agite un peu, malgré la chaleur écrasante. On traverse la rue du village brûlant de soleil, comme un cow-boy sur la main street.
  • Delermite : La première gorgée d'eau pétillante

    Par | 13 commentaires | 6 recommandés
    Ils ont dit : allons, tu ne vas pas rentrer comme ça, il n’est pas si tard. En le disant, ils ont approché leur tête tout près de la tienne, en se serrant l’un contre l’autre, avec un large sourire plein de charme, un peu comme s’ils étaient en train de faire un selfie, sauf qu’à la place du téléphone, c’était toi qui les regardais.
  • Une idée de cadeau

    Par | 33 commentaires | 20 recommandés
     © BnF ms. 12473 fol. 15v - Bernart de Ventadour, [Public domain], via Wikimedia Commons © BnF ms. 12473 fol. 15v - Bernart de Ventadour, [Public domain], via Wikimedia Commons
    D’abord, ce serait une idée de cadeau pour tous les marmots et toutes les marmottes, rêveurs et dormeuses, qui parfois descendent de leur nuage comme le petit papa de son ciel.  Ensuite ce serait une idée de cadeau qui tient sa parole comme on tient sa langue. Elle serait réellement une idée : immatérielle et belle, mathématique et désincarnée, sans état ni étant, latente et présente.
  • 18 décembre, journée internationale des migrants

    Par | 3 commentaires | 2 recommandés
    Les collectifs de soutien aux migrants de Dijon lancent un appel ! "Pour le respect des droits humains, le respect des droits de l'enfance, ne laissons pas expulser nos camarades de classe, nos élèves, nos voisins, nos amis."
  • La start up

    Par | 24 commentaires | 19 recommandés
    La start-up est à l’économiste ce que la pin-up est au garagiste. Elle partage avec elle les murs des garages californiens qui certifient son origine low cost. Partie de rien, telle Vénus en sa coquille, à peine est-elle née que déjà la voici portée aux nues.
  • Voyage à Yoshino

    Par | 3 recommandés
    images-2
    Le prochain film de Naomi Kawase, "Voyage à Yoshino" sera sur les écrans le 28 novembre. La réalisatrice met en scène la quête d'une naturaliste, incarnée par Juliette Binoche, qui revient sur les lieux de son premier amour y trouver une plante aux pouvoirs merveilleux. Dès cette semaine, le centre Pompidou consacre à la réalisatrice des "Délices de Tokyo" une exposition et une masterclass.
  • Je ris jaune

    Par | 35 commentaires | 14 recommandés
    Je vois des éléphants roses. Des gilets jaunes succèdent aux anoraks bleus des Alpes. Est-ce vraiment cousu de fil blanc ? Moi, je suis plutôt verte. Avec des bleus à l'âme.
  • Kathy Shorr "Shot"

    Par
     © Kathy Shorr © Kathy Shorr
    "Stigmates", la nouvelle exposition du festival 360° donne le regard à Kathy Shorr pour son projet sur les victimes des armes à feu aux États-Unis. On a envie de leur crier "Cours ! Sauve-toi ! Cours !". Ils sont là. Face à nous. Avec leur blessure. Ils ont été shootés. Par une arme à feu et puis par Kathy Shorr pour son projet "Shot". La photographe était là pour présenter son projet.
  • 360°, panorama de la photographie transculturelle

    Par | 4 recommandés
     © Photo de Diego Coelho, graphisme Bena Belray © Photo de Diego Coelho, graphisme Bena Belray
    Il est entré dans nos vies ce jeune homme immortalisé par Diego Coelho pour l'affiche du festival 360°. On le croise le plus souvent aux arrêts de bus ou bien derrière les vitrines des panneaux d'affichages. 360°, le festival de la photographie transculturelle mis en place pour la deuxième année par Jérôme Gaillard et sa petite association Honk tisse sa toile sur Dijon et ses environs.
  • Herrou contre verrous

    Par | 4 commentaires | 16 recommandés
    images
    Libre ! ou comment faire face au déni oui-oui ? Le mot est au singulier. Il parle de cette liberté de penser au-delà des barrières de l'abrutissement qui consiste à prendre pour un fait accompli des fonctionnements illicites utilisés pour garder la main sur de petits pouvoirs. Cédric Herrou se désigne lui-même comme un paysan, simple et opiniâtre à la tâche