Blog suivi par 82 abonnés

Miscellanées

  • Atelier

    Par | 17 commentaires | 9 recommandés
    Il écouta.Aucun bruit.Il poussa la porte.Il la poussa du bout des doigts, légèrement, avec cette douceur furtive et inquiète, d'un chat qui veut entrer.(Victor Hugo, Les Misérables, Jean Valjean) Lentement, comme en écho à la grâce timide et féline de son geste, le battant pivota sur son axe, silencieusement, d'abord à demi, puis, suite à une seconde impulsion de sa main, entièrement posée cette fois, il s'ouvrit complètement, décrivant un arc de cercle, puis vint se plaquer contre le placo qui isolait la pièce, dans cette ancienne grange aux murs de pierre de taille. 
  • De la concordance des temps

    Par | 16 commentaires | 6 recommandés
    Des écritures arrêtent le temps : être là. Série d'instants. Lequel ?
  • Marche en Mars

    Par | 20 commentaires | 8 recommandés
     A Grain, en son aubier de marsTa vie titube et tu vitupères et mèreTu t'enrailles et t'effiloche.Tu désynchros,Te cours après, te poses et repars, Comme oisillon de mars       
  • Conduite intérieure

    Par | 36 commentaires | 9 recommandés
     Conduite intérieure ? Oui, conduite à gauche ! En France, comme dans de nombreux pays, la conduite est à gauche, pour mieux rouler à droite. La conduite à gauche française a ceci de particulier qu'elle est en cas de couple bisexuel, généralement occupée par l'homme. Ainsi lorsque deux couples sont en promenade en voiture, on observe généralement deux messieurs à l'avant tandis que les deux dames sont à l'arrière
  • Pirate

    Par | 18 commentaires | 6 recommandés
  • Vice de forme

    Par | 14 commentaires | 7 recommandés
    Drôle de méthode, quand même que celle qui consiste à emprunter au comportement de la mafia ce petit cercueil qu'on envoie du vivant d'une personne, puis à se féliciter publiquement (en empruntant à la fable son utilisation de l'animal) de la mort de ladite personne (publique et populaire), pour ensuite se retrancher derrière le principe d'autorité.
  • 2013 Année du serpent

    Par | 97 commentaires | 12 recommandés
    Quetzalcoatl © Codex Borbonicus, 16ème siècle Quetzalcoatl © Codex Borbonicus, 16ème siècle
    Non, le serpent n'est pas mort, bien au contraire ! Il est entré dans l’univers temps le 10 février 2013 et n’en partira que le 30 janvier 2014 après avoir laissé derrière lui tout son enseignement. Le Serpent est symboliquement associé à  la culture, la réflexion, la créativité, la patience, la subtilité d'expression et d'action,  la paix intérieure, le sang froid face aux difficultés.
  • Billevesée martienne

    Par | 21 commentaires | 7 recommandés
    carreau mural Lièvre et tortue © un céramiste à Téhéran carreau mural Lièvre et tortue © un céramiste à Téhéran
     Parfois je suis en colère, une colère tellement forte qu'elle me dévore les tripes comme si j'avais un renard enragé qui s'y était retranché. Je vis avec. Parfois j'ai les idées qui fusent comme un champ d'hespérides et elles sont trop loin, elles vont trop vite. 
  • Story telling

    Par | 11 commentaires | 7 recommandés
    Gavroche rêveur © Victor Hugo Gavroche rêveur © Victor Hugo
     Comment résister, alors, à cet indicible plaisir du spectateur auquel nous sommes sans cesse conviés dans notre monde en crise ? Probablement en gardant à l’esprit que c’est par un effort d’imagination que nous concevons l’unité du monde, et que personne ne peut – ni ne doit – le faire à notre place. Et en nous exerçant régulièrement à cette sculpture de soi et du monde, comme l’écrit Christophe Bouriau à la fin de son livre. En n’oubliant pas qu’être présent à soi et au monde est le fruit d’une exigence. Et que cette exigence consiste avant tout en un effort d’imagination.  L’effort d’imagination que signifie la présence à soi.23 janvier 2013 Par Alexis Flanagan   
  • Jachère

    Par | 19 commentaires | 5 recommandés
    Milan royal © Thomas Kraft sur Wikimedia Milan royal © Thomas Kraft sur Wikimedia
    C'est arrivé petit à petit : c'était dans l'air depuis un moment déjà. On pouvait le lire dans les yeux creusés des enfants, dans leurs cernes parfois bleuis ou rougis, leurs paupières gonflées de sommeil le matin, la pâleur de leur teint. On le voyait aussi dans les attitudes de plus en plus désinvoltes, familières, et dans la tension qui s'installait peu à peu entre eux et les adultes. Le point de tolérance maximum était bientôt atteint de part et d'autre, la pression montait, explosant en cris parfois. Et puis bon jour mal jour, on est enfin arrivés au vendredi