Claude-Emmanuel Triomphe
cofondateur d'ASTREES, ancien inspecteur du travail
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 avr. 2008

UIMM : pourquoi le "papier" de Mediapart me semble à la fois utile et limité

Claude-Emmanuel Triomphe
cofondateur d'ASTREES, ancien inspecteur du travail
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'affaire de la caisse noire de l'UIMM est triste, scandaleuse sous bien des aspects mais, permettez-moi de le dire, assez conforme à une certaine tradition française faite d'intérêts officieusement contraires mais de facto entremêlés. L'indépendance proclamée par beaucoup est loin d'être une réalité et l'argent reste le nerf de la guerre, dans un pays où l'on a souvent peur d'en parler et d'en discuter. On peut crier haro sur « DGS », sur le système dont ont bénéficié les uns et les autres, mais on a aussi le droit et le devoir de réfléchir de manière plus large.Parmi les multiples questions auxquelles la société française doit faire face ici, je me permettrais d'en souligner quelques unes qui me tiennent à cœur:1. Quel est le degré de corruption acceptable, ou inacceptable pour elle, donc pour nous ?2. En quoi sommes nous prêts à avoir un syndicalisme indépendant, et en tout cas, non dépendant des organisations patronales. Sur ce point je pense que la question financière, pour importante qu'elle soit, est loin d'être la seule en cause. Le fait même d'avoir un mouvement syndical en état de défensive permanente, avec un lien de plus en plus lâche avec les salariés dans leur diversité, voire leur précarité, ou leurs aspirations multiplie les occasions de dépendance. Depuis plusieurs années les négociations interprofessionnelles se déroulent sur la base de propositions patronales et, éventuellement, de contre-propositions syndicales: l'inverse a longtemps été vrai mais ne l'est plus....Pourquoi ?3. Que faire vis à vis des lobbies ? devons nous officiellement continuer à les ignorer, en nous donnant de facto bonne conscience, ou devons-nous les reconnaître pour les encadrer ? de ce point de vue là, nombre de pays industrialisés sont mieux organisés que nous...4.Avec l’UIMM, c'est toute la scène, tout le théâtre du dialogue social qui en prend un coup. Certes la dernière position "commune" des partenaires sociaux sur la représentativité syndicale est sans doute un pas fait dans la bonne direction et devrait mener à la constitution de forces syndicales moins groupusculaires. Mais il y a tant à faire en termes de représentation sociale adaptée au monde d'aujourd'hui que ce pas risque de rester insuffisant. 5. Enfin quid du devenir des organisations patronales ? La crise de l'UIMM pourrait bien accoucher sur des conséquences imprévues. Nombre sont ceux qui tiennent par exemple la négociation collective sectorielle ou territoriale pour un reliquat du passé et voudraient la voir se conduire exclusivement au sein des entreprises où la dépendance des uns vis à vis des autres est encore plus grande.Bref, la démocratie sociale a besoin aussi d'acteurs patronaux dont la restructuration est - la crise de l'UIMM en est un signe - aussi urgent que celle des syndicats. Je me permets de vous renvoyer au premier billet de mon blog sur mediapart qui s’intitulait : « UIMM pour aller au-delà de l’hypocrisie ambiante ». ces réflexions, je crois, restent tout à fait d’actualité. Claude Emmanuel TRIOMPHEwww.astrees.org

www.uet.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin