mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart mer. 10 févr. 2016 10/2/2016 Édition du matin

En ce premier avril, qui a dit?

De qui sont les déclarations suivantes d’anciens ministres sur un projet de réforme scolaire ? Et de quelle réforme s’agit-il ?

« Dans la forme définitive de ce projet, il n’y a presque plus d’idées du tout. Dans ce monde de l’éducation nationale, il n’est pas recommandé de vouloir tout réformer à la fois. Les syndicats enseignants font souvent preuve d’un état d’esprit conservateur et répugnent au changement. Pas un homme sensé n’aurait la volonté de prendre ce ministère, si on ne lui demandait pas de le faire ».

« Je suis étonné qu’aucun journaliste ne se soit encore posé la question de savoir qui dirige l’éducation en France. Est-ce le ministre, le premier ministre, le président de la République, ou les syndicats de professeurs ? La cote d’alerte est dépassée. Le projet de […] pour qui  veut bien le lire, contient des réformes que les syndicats réclament depuis dix ans au moins, mais ils refusent le projet ».

Solutions ( le 2 avril midi ): Il s'agit du projet de loi ''Haby'' de 1975. La première réaction est celle d'Olivier Guichard ( qui a été le ministre de l'Education nationale chargé de ''remettre de l'ordre''  -après mai 1968 et Edgar Faure - par le Président Georges Pompidou ); la seconde réaction est celle de Michel Debré ( le Debré de la ''loi Debré'' de 1959 ). Ces deux réactions figurent dans Le Monde du 31 mai 1975

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Et qui a dit "Eadem sed aliter"? Et si on changeait de république ?

 

Soutenez Mediapart !

Soutien

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert
ABONNEZ-VOUS

Le blog

suivi par 506 abonnés

Histoire et politiques scolaires