claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

758 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 juin 2022

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Rapprochements dans le « mode de gouvernance » du public vers le privé ?

Lors de sa visite à Marseille jeudi dernier, Emmanuel Macron a donné certaines indications ou perspectives qui peuvent être comprises comme un « précipité » en ce début de second quinquennat de ce qui était à l'ordre du jour depuis quelque temps et à l'horizon depuis la loi Debré instituant le cadre des établissements privés sous contrat.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vers la fin de l'ouvrage « L'Ecole d'aujourd'hui à la lumière de l'histoire » paru aux éditions Odile Jacob en mars 2021, j'avais déjà mis en évidence la problématique posée dès la mise en place de la loi Debré, et son actualité renouvelée.

« En présentant son projet de loi à l'Assemblée nationale le 23 décembre 1959, Michel Debré avait déclaré que « l'enseignement privé représente aussi une forme de collaboration à la mission d'éducation nationale, qui le fait participer à un service public ».

Le Bulletin du secrétariat général à l'enseignement catholique du 15 mai 1969 a rendu compte de cette orientation, et l'a reprise à son compte : « L'enseignement libre constitue un appoint indispensable à l'œuvre éducative de l'État : il gère une partie importante du service public d'enseignement. Partant de cette constatation, la loi Debré, dans ses grandes lignes, ne fait que reprendre en les adaptant au domaine de l'enseignement des techniques déjà employées dans d'autres secteurs : la sauvegarde de l'esprit d'initiative et de responsabilité conduit à recourir au procédé de la gestion d'une activité d'intérêt général par une personne ou un organisme de droit privé. Au sein même du secteur public économique, le récent rapport Nora a préconisé l'accroissement de l'autonomie des entreprises publiques ou semi publiques. »

La sociologue Lucie Tanguy a pu conclure dans un numéro de la Revue française de sociologie de 1972 : « Le débat qui précède et suit la loi Debré de décembre 1959 n'est plus posé dans les seuls termes idéologiques (laïcité, neutralité, liberté). De la justification d'interventions de l'État dans les processus économiques (comme les fusions et la décentralisation des entreprises), on déduit l'élargissement de la notion de service public recouvrant l'aide de l'État à des entreprises privées ; on légitime l'octroi d'un nouveau statut à l'enseignement privé, lequel ne fera que corroborer cette idée de service privé d'utilité publique. » (Revue française de sociologie, XIII, 1972, p.338.)

On ne devrait donc pas être autrement surpris de la déclaration faite en mai 1995 par Guy Bourgeois (le président de l'association Créateurs d'écoles et l'éphémère directeur de cabinet du ministre de l'Education nationale François Bayrou)) qui prend clairement appui sur une certaine lecture de la loi Debré pour tenter de généraliser la « gestion contractuelle privée » à l'enseignement public lui-même, dans le sens d'une reconnaissance institutionnalisée du ''droit à la différence'' se mariant avec un certain ''esprit d'entreprise'' innovant et conquérant : « Le grand mérite de la loi Debré est d'avoir organisé la gestion contractuelle du service public. Alors pourquoi la limiter à l'enseignement privé ? On vient de s'apercevoir que la loi Debré peut permettre de régler des situations aussi complexes que celles des écoles bretonnes ou basques. Elle doit permettre aussi la création ou le maintien en vie d’« écoles différentes » comme les écoles Steiner ou Montessori. Bref, le moment paraît venu de donner un second souffle à la loi Debré. Au lieu d'engendrer l'uniformité, elle pourrait permettre de réintroduire la différence et l'innovation. » (Le Monde de l'éducation, mai 1995.)

On peut se demander à quel point cela est en route depuis la loi Dussopt de « transformation de la fonction publique » du 7 août 2019 (qui va dans le sens d'une certaine généralisation de la « contractualisation » et des « contractuels » à l'intérieur même de la fonction publique) »

Eh bien, cela semble se ''précipiter''

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
La Fnac cède à l’extrême droite et retire un jeu de société « Antifa »
Des tweets énervés et mensongers émanant de l’extrême droite et d’un syndicat de commissaires de police ont convaincu l’enseigne de retirer un jeu de société édité par Libertalia. L’éditeur-libraire croule depuis sous les commandes.
par Christophe Gueugneau
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot