claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

764 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 nov. 2022

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Pauvre Ferry, pauvre Ndiaye ! Bourdes historiques de première grandeur

Le ministre de l'Education nationale Pap Ndiaye a commencé son rendez-vous hebdomadaire d'une « minute d'actualité » par l'évocation des concertations sous l'égide du nouveau « Conseil national de la refondation » en vue de donner « des marges de manoeuvres aux communautés éducatives » sous les auspices malencontreuses d'énormes bourdes historiques

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Début de la première « minute d'actualité de Pap Ndiaye vendredi dernier : « Aujourd'hui, je commencerai par Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique à la fin du XIXème siècle qui aimait sortir sa montre à 11 heures, puis dire ''à cette heure tous les enfants de septième sont en train d'écrire le même mot de la même dictée''. C'était une manière de souligner le caractère très centralisé du ministère de l'Instruction publique. Aujourd'hui , les choses ont quand même changé bien sûr. mais il demeure cette centralisation que l'on veut assouplir. On veut donner des marges de manœuvre aux communautés éducatives avec le Conseil national de la refondation qui est mis en place avec des centaines de concertations qui sont prévues dans les écoles, les collèges et les lycées « 

Jules Ferry n'a jamais dit cela, ni de près ni de loin.. Et pour cause. D'abord, la référence à la classe de « septième » (qui n'existe que dans les établissements secondaires destinés en fait aux privilégiés socio-culturels) se situe sans doute dans l'expérience personnelle de Pap Ndiaye mais nullement dans l'horizon de Jules Ferry focalisé sur les écoles communales (publiques) où n'existe pas le compte à rebours caractéristique des établissements secondaires (huitième septième, sixième ,cinquième ,etc ) mais la dénomination CM2 ( après CM1, CE2, CE1, CP)...

Ensuite parce que Jules Ferry apprécie peu la focalisation sur l'orthographe, et encore moins la dictée. « A la dictée – à l'abus de la dictée – il faut substituer un enseignement plus libre […]. C'est une bonne chose assurément que d'apprendre l'orthographe. Mais il y a deux parts à faire dans ce savoir éminemment français : qu'on soit mis au courant des règles fondamentales ; mais épargnons ce temps si précieux qu'on dépense trop souvent dans les vétilles de l'orthographe, dans les pièges de la dictée, qui font de cet exercice une manière de tour de force et une espèce de casse-tête chinois ».(Discours de Jules Ferry au Congrès pédagogique des directeurs et directrices d'écoles normales, et des inspecteurs primaires du 2 avril 1880).

Enfin, parce que Jules Ferry et les fondateurs de l'Ecole républicaine et laïque de la troisième République sont convaincus qu'il faut donner une large part d'initiative aux instituteurs et institutrices On peut citer Gabriel Compayré, l'un des ténors de l'époque :« Les programmes officiels restent nécessairement un peu vagues dans leur généralité : ils ne développent pas le détail des divers enseignements et se bornent à des indications sommaires. Ici commence pour l’instituteur une responsabilité plus effective [...] pourvu qu’il arrive à son but dans le délai voulu, il est libre de ses mouvements ... Sur ce point, nous pouvons donner des conseils à l’instituteur, une répartition mensuelle des programmes. Mais ce ne sont là que des avis officieux, qui ne tient pas la liberté de l’instituteur, et qu’il peut à son gré accueillir ou repousser » ( Gabriel Compayré, ''Organisation pédagogique et législation des écoles primaires'', librairie Delaplanne, 1895, p. 26-27).

C'est aussi bien sûr le cas dans le célèbre "Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire" paru en 1887 sous la direction de Ferdinand Buisson , le directeur de l'enseignement primaire nommé à ce poste par Jules Ferry Dans la préface de la deuxième partie de ce dictionnaire, Ferdinand Buisson souligne que "le Dictionnaire donnera aux enseignants plus qu'ils n'auront eux-mêmes à enseigner; mais c'est l'esprit même des réformes scolaires contemporaines de ne pas proportionner la culture du maître aux nécessités de son enseignement journalier, mais à ce qu'il doit savoir lui-même pour être en état de choisir, parmi les connaissances et parmi les méthodes, celles qui répondent aux besoins et aux facultés de ses élèves".

Bref, le souci sans doute de ''frapper les esprits'' a entrainé le ministre de l'Education nationale dans une voie malencontreuse. Pour la clarté des débats, et afin qu'ils ne soient pas ''caricaturaux'' il faut mieux faire ! Et éviter les bourdes historiques calamiteuses, monsieur le Ministre

PS : c'est à Hippolyte Fortoul qu'a été prêté une formule selon laquelle il se félicitait de pouvoir savoir à un quart d'heure près ce qu'il se passait dans les classes des établissements (secondaires).  On était alors en pleine période de l'Empire autoritaire

En 1854, le ministre de l'Instruction publique Fortoul a en effet édicté des instructions minutieuses pour régler le déroulement des cours. Par exemple, en huitième, 15 minutes pour la prière et la récitation des leçons, 15 minutes pour l'explication des leçons du lendemain, 15 minutes de lecture, 15 minutes d'exercices de grammaire. Suivent 30 minutes pour la correction des devoirs et la dictée du devoir suivant, 20 minutes pour la correction des questions de grammaire et la dictée des nouvelles questions, 10 minutes pour l'analyse grammaticale. Etc

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI