claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

765 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 nov. 2022

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Pauvre Ferry, pauvre Ndiaye ! Bourdes historiques de première grandeur

Le ministre de l'Education nationale Pap Ndiaye a commencé son rendez-vous hebdomadaire d'une « minute d'actualité » par l'évocation des concertations sous l'égide du nouveau « Conseil national de la refondation » en vue de donner « des marges de manoeuvres aux communautés éducatives » sous les auspices malencontreuses d'énormes bourdes historiques

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Début de la première « minute d'actualité de Pap Ndiaye vendredi dernier : « Aujourd'hui, je commencerai par Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique à la fin du XIXème siècle qui aimait sortir sa montre à 11 heures, puis dire ''à cette heure tous les enfants de septième sont en train d'écrire le même mot de la même dictée''. C'était une manière de souligner le caractère très centralisé du ministère de l'Instruction publique. Aujourd'hui , les choses ont quand même changé bien sûr. mais il demeure cette centralisation que l'on veut assouplir. On veut donner des marges de manœuvre aux communautés éducatives avec le Conseil national de la refondation qui est mis en place avec des centaines de concertations qui sont prévues dans les écoles, les collèges et les lycées « 

Jules Ferry n'a jamais dit cela, ni de près ni de loin.. Et pour cause. D'abord, la référence à la classe de « septième » (qui n'existe que dans les établissements secondaires destinés en fait aux privilégiés socio-culturels) se situe sans doute dans l'expérience personnelle de Pap Ndiaye mais nullement dans l'horizon de Jules Ferry focalisé sur les écoles communales (publiques) où n'existe pas le compte à rebours caractéristique des établissements secondaires (huitième septième, sixième ,cinquième ,etc ) mais la dénomination CM2 ( après CM1, CE2, CE1, CP)...

Ensuite parce que Jules Ferry apprécie peu la focalisation sur l'orthographe, et encore moins la dictée. « A la dictée – à l'abus de la dictée – il faut substituer un enseignement plus libre […]. C'est une bonne chose assurément que d'apprendre l'orthographe. Mais il y a deux parts à faire dans ce savoir éminemment français : qu'on soit mis au courant des règles fondamentales ; mais épargnons ce temps si précieux qu'on dépense trop souvent dans les vétilles de l'orthographe, dans les pièges de la dictée, qui font de cet exercice une manière de tour de force et une espèce de casse-tête chinois ».(Discours de Jules Ferry au Congrès pédagogique des directeurs et directrices d'écoles normales, et des inspecteurs primaires du 2 avril 1880).

Enfin, parce que Jules Ferry et les fondateurs de l'Ecole républicaine et laïque de la troisième République sont convaincus qu'il faut donner une large part d'initiative aux instituteurs et institutrices On peut citer Gabriel Compayré, l'un des ténors de l'époque :« Les programmes officiels restent nécessairement un peu vagues dans leur généralité : ils ne développent pas le détail des divers enseignements et se bornent à des indications sommaires. Ici commence pour l’instituteur une responsabilité plus effective [...] pourvu qu’il arrive à son but dans le délai voulu, il est libre de ses mouvements ... Sur ce point, nous pouvons donner des conseils à l’instituteur, une répartition mensuelle des programmes. Mais ce ne sont là que des avis officieux, qui ne tient pas la liberté de l’instituteur, et qu’il peut à son gré accueillir ou repousser » ( Gabriel Compayré, ''Organisation pédagogique et législation des écoles primaires'', librairie Delaplanne, 1895, p. 26-27).

C'est aussi bien sûr le cas dans le célèbre "Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire" paru en 1887 sous la direction de Ferdinand Buisson , le directeur de l'enseignement primaire nommé à ce poste par Jules Ferry Dans la préface de la deuxième partie de ce dictionnaire, Ferdinand Buisson souligne que "le Dictionnaire donnera aux enseignants plus qu'ils n'auront eux-mêmes à enseigner; mais c'est l'esprit même des réformes scolaires contemporaines de ne pas proportionner la culture du maître aux nécessités de son enseignement journalier, mais à ce qu'il doit savoir lui-même pour être en état de choisir, parmi les connaissances et parmi les méthodes, celles qui répondent aux besoins et aux facultés de ses élèves".

Bref, le souci sans doute de ''frapper les esprits'' a entrainé le ministre de l'Education nationale dans une voie malencontreuse. Pour la clarté des débats, et afin qu'ils ne soient pas ''caricaturaux'' il faut mieux faire ! Et éviter les bourdes historiques calamiteuses, monsieur le Ministre

PS : c'est à Hippolyte Fortoul qu'a été prêté une formule selon laquelle il se félicitait de pouvoir savoir à un quart d'heure près ce qu'il se passait dans les classes des établissements (secondaires).  On était alors en pleine période de l'Empire autoritaire

En 1854, le ministre de l'Instruction publique Fortoul a en effet édicté des instructions minutieuses pour régler le déroulement des cours. Par exemple, en huitième, 15 minutes pour la prière et la récitation des leçons, 15 minutes pour l'explication des leçons du lendemain, 15 minutes de lecture, 15 minutes d'exercices de grammaire. Suivent 30 minutes pour la correction des devoirs et la dictée du devoir suivant, 20 minutes pour la correction des questions de grammaire et la dictée des nouvelles questions, 10 minutes pour l'analyse grammaticale. Etc

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.