claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

726 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 févr. 2020

Misère de misère, Blanquer rend Bourdieu responsable!

Le «bon diable» Blanquer dénonce le «faux dieu» Bourdieu et les sociologues qui enfonceraient les élèves d'origines populaires en les persuadant qu'ils ne peuvent réussir. Ce ne seraient pas des dispositions et dispositifs sociaux qui seraient à l'oeuvre mais la «délectation morose impérialiste dans laquelle se sont enfermés nombre de sociologue».

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et le florilège rapporté par Marie-Estelle Pech dans son article paru dans le Figaro du 5 février continue: "Il me semble qu'il existe une tendance dans la sociologie française à lire la société à travers le seul prisme des inégalités'' assène-t-il, dénonçant une ''sorte de pessimisme de principe''. Et de citer l'exemple de ce jeune d'origine défavorisé qui, à force d'entendre parler de Bourdieu au lycée, avait fini par intégrer qu'il n'avait aucune chance de réussir''

On reste sidéré devant tant d'ignorance, d'interprétations à contre-sens de la part d'un ministre de l'Education nationale; ou tout simplement tant de mauvaise foi.

D'abord pour ce qui concerne Pierre Bourdieu. Ou bien Jean-Michel Blanquer connaît très peu Pierre Bourdieu et son oeuvre, et qu'il se taise! Il est ministre de l'Education nationale tout de même (pas n'importe quoi, mais peut-être n'importe qui). Ou bien il connait; et il est alors d'une mauvaise foi abyssale.

La parution en 1970 de l'oeuvre majeure de Pierre Bourdieu, à savoir "La Reproduction'' (qui a beaucoup frappé les esprits, mais qui a été en réalité peu lue, notamment en raison de sa facture ''spinoziste'') n'a pas sonné le glas aux yeux de Pierre Bourdieu de l'exigence et de la possibilité de transformations structurelles, culturelles et pédagogiques au sein du système éducatif (avec le souci central de réduire les inégalités)

Sans quoi ses forts engagements et investissements ultérieurs en la matière n'auraient eu aucun sens. Fin 1983, Pierre Bourdieu suggère à Jacques Attali (le conseiller spécial du président de la République François Mitterrand) de confier au Collège de France la mission de faire un rapport sur les enseignements primaires et secondaires. Ce qui est acté. Et c'est Pierre Bourdieu qui rédigera ce rapport. A la fin de l'année 1988, une commission de réflexion sur les contenus de l'enseignement est instituée par le ministre de l'Education nationale, Lionel Jospin. Elle sera présidée par Pierre Bourdieu et François Gros

Quant à la ''tendance dans la sociologie française à lire la société à travers le seul prisme des inégalités'', le moins que l'on puisse dire c'est que c'est loin d'être évident. On peut en prendre encore pour preuve un article paru dans le dernier numéro de ''Fenêtres sur cours'' (l'organe du SNUipp) de Marie Duru-Bellat, l'une des meilleures sociologues françaises de l'éducation. Elle n'hésite pas à mettre en lumière certains bons résultats de la France à la dernière enquête PISA: '' Si l'on ne prend que les élèves ''à l'heure'', les jeunes Français sont très bons. C'est encore plus vrai avec les élèves ''en avance'' qui ont des résultats à plus de 600 points, au niveau des pays de tête".

Mais évidemment, elle pointe aussi, pour la France, "la forte corrélation entre les résultats des élèves et leur origine sociale. L'écart de résultats entre les élèves de familles favorisées et défavorisées est de 107 points pour la France contre 88 dans la moyenne de l'OCDE"

De façon générale, dans les résultats aux enquêtes PISA, il y a toujours une certaine corrélation entre les résultats des élèves et leurs origines sociales. Mais, d'une part, elle n'est que statistique. Et, d'autre part et surtout, l'ampleur des inégalités varie selon les pays. Il y a donc bien une certaine ''détermination'', mais elle n'est pas absolue: elle varie statistiquement du simple au double. Mais la France est dans la variation ''double''. C'est ce que voudrait estomper Jean-Michel Blanquer au profit d'une vulgate libérale où chacun est "librement" l'auteur (le ''responsable'' fondamental) de son parcours...

''Dieu a dit: il y aura des hommes blancs, il y aura des hommes noirs; il y aura des hommes grands, il y aura des hommes petits; il y aura des hommes beaux et il y aura des hommes moches, et tous seront égaux; mais ça ne sera pas facile. Il y en aura qui seront noirs, petits et moches; et pour eux ce sera très dur'' ( Coluche)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille