Le lapin agile Bruno Julliard secrétaire d'Etat au MEN? Démenti!

Ayant travaillé avec lui pour le projet éducatif du PS lorsque Martine Aubry en était la dirigeante, je peux témoigner à la fois qu'il dispose d'une grande agilité d'esprit et qu'il lui en faudrait beaucoup pour justifier qu'il pourrait faire le grand écart entre ce projet et la politique éducative telle qu'elle est menée par Blanquer.

D'un point de vue strictement politicien, ce serait une belle prise pour le chef de l'Etat et Jean-Michel Blanquer (le plus politicien des 33 ministres de l'Education nationale qui se sont succédé sous la cinquième République, comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire à plusieurs reprises dans différents médias).

Ce serait moins moins évident pour Bruno Julliard (toujours d'un point de vue strictement politicien). Car il n'est pas évident qu'un secrétariat de ce type-là est un bon tremplin pour booster une carrière politique, loin s'en faut.

Si on met à part les secrétaires d'Etat chargés de l'enseignement supérieur et/ou de la recherche (attributions qui sont hors du périmètre du ministre de l'Education nationale dans le nouveau gouvernement ), nous obtenons en effet, pour l'ensemble de la durée de la cinquième République, la liste suivante:

Herzog Maurice, secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux sports ( juin 1963- janvier 1966)

Habib-Deloncle Michel, secrétaire d'Etat à l'Education nationale ( janvier 1966-avril 1967)

Dienesch Marie-Madeleine, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale (mai 1968- juillet 1968)

Trorial Jacques, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale (juillet 1968-juin 1969)

Billecocq Pierre, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale (juin 1969-juillet 1972)

Limouzy Jacques, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale (avril 1973- mai 1974)

Ploux Suzanne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale (avril 1973-février1974)

Mazeaud Pierre, secrétaire d'Etat chargé de la Jeunesse et des sports (avril1973-mai 1974)

Lesur Annie, secrétaire d'Etat chargée de l'Enseignement préscolaire ( juin 1974-janvier 1976)

Pelletier Jacques, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale (avril 1978-octobre 1980)

Debarge Marcel, secrétaire d'Etat chargé de la formation professionnelle ( mai 1981-juillet 1984)

Carraz Roland, secrétaire d'Etat chargé de l'enseignement technique et technologique ( juillet 1984-mars 1986)

Catala Nicole, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale chargée de la Formation professionnelle ( mars 1986-mai 1988)

Alliot-Marie Michèle, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale, chargée de l'Enseignement ( mars 1986-mai 1988)

Chapuis Robert, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale, chargé de l'Enseignement technique ( mai 1988- mai 1991)

Bambuck Roger, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale, chargé des Sports (mai 1988-mai 1991)

Guyard Jacques, secrétaire d'Etat , chargé de l'Enseignement technique (mai 1991- avril 1992)

Glavany Jean, secrétaire d'Etat , chargé de l'Enseignement technique ( avril 1992-mars 1993)

Hostalier Françoise, secrétaire d'Etat chargée de l'Enseignement scolaire (mai 1995-novembre 1995)

Bougrab Jeannette, secrétaire d'Etat chergée de la Jeunesse et de la vie associative ( décembre 2010- mai 2012 )

Sur cette vingtaine de secrétaires d'Etat (auprès du ministre de l'Education nationale, hors périmètre de l'enseignement supérieur et de la recherche) deux seulement ont eu un destin politique dûment reconnu au-delà du secrétariat d'Etat: à savoir dans une certaine mesure Jean Glavany (avant tout dans le domaine de la laïcité, mais son secrétariat à l'Enseignement technique n'y est pour rien ) et surtout Michèle Alliot-Marie (qui a été ultérieurement chef de parti et plusieurs fois ministre). C'est peu...

Par ailleurs la notoriété de Maurice Herzog et Roger Bambuck était acquise avant leur nomination au secrétariat des Sports, et ils n'ont pas dépassé politiquement ce stade là.

Mais il est aussi tout à fait possible que les rumeurs à propos de la venue de Bruno Julliard au MEN comme secrétaire d'Etat soient sans grand fondement de part et d'autre, même si elles sont reprises actuellement par ''Le Figaro''.

PS1: c'était tellement ''possible que ce soit sans grand fondement'' que j'ai reçu ce mardi matin un SMS de Bruno Julliard indiquant: "Je n'ai jamais envisagé de devenir secrétaire d'Etat de Blanquer, et je crois bien que personne d'autre n'a eu cette idée d'ailleurs". Et il a ajouté que, de toute façon, il est désormais tout à fait déterminé à faire autre chose de sa vie  que de continuer à prendre des responsabilités politiques

PS2: certains commentateurs confondent ''secrétaires d'Etat '' et ''ministres délégués''. Ils ont tort, car ''ministre délégué'' est une marche au-dessus qui précède le plus souvent celle de ministre ou de candidat à un ''destin national'' (et un statut qui s'accompagne généralement de conflits plus ou moins publics avec le ministre de l'Education nationale en titre...).

Pour rappel (et toujours en dehors du périmètre de l'enseignement supérieur et/ou de la recherche), il y a eu sous la cinquième République:

Ségolène Royal, ministre déléguée chargée de l'Enseignement scolaire auprès du ministre de l'Education nationale Claude Allègre (juin 1997-avril 2000), devenue ensuite ministre déléguée à la Famille, à l'Enfance et aux Personnes handicapées en mars 2000, puis ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie en avril 2014.

Xavier Darcos, ministre délégué à l'Enseignement scolaire auprès du ministre de l'Education nationale Luc Ferry (juin 2002-mars 2004), devenu ensuite ministre de l'Education nationale en mai 2007.

George Pau Langevin, ministre déléguée chargée de la Réussite éducative auprès du ministre de l'Education nationale Vincent Peillon (mai 2012-avril 2014), devenue ensuite ministre des Outre-mer en avril 2014.

Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué chargé de l'Enseignement professionnel auprès du ministre de l'Education nationale Jack Lang (avril 2000-mai 2002) qui s'est distingué alors, notamment en mettant en cause publiquement le ''collège unique'' (une option éducative soutenue pourtant par son ministre de tutelle Jack Lang et le PS, mais vilipendée par les dirigeants de droite -notamment par Jacques Chirac et Alain Juppé)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.