claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

726 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 mars 2020

Est-il fondé de fermer les établissements scolaires? Macron l'a fait!

Les rapports d'expertises en la matière ne sont pas de l'ordre du consensus loin s'en faut. Et lorsqu'il y a des conclusions plutôt en faveur de cette mesure, elles se fondent essentiellement sur le rôle (souvent plus important que la moyenne) des enfants dans la diffusion de l'épidémie. Or cela n'est pas avéré actuellement pour ce qui concerne le coronavirus. Dilemme...

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rapport de juillet 2012 "Fermeture des établissements scolaires et autres lieux collectifs dans le cadre de la révision du plan pandémique grippale'' (conclusion d'un groupe de travail du Haut Conseil de la Santé publique) qui figure désormais en bonne place sur le site du ministère de l'Education nationale (cf mon billet du 1er mars dernier)

''Au cours des épidémies de grippe saisonnière, les enfants sont considérés comme les plus susceptibles d’être infectés en raison de leur immunité incomplète et de la multiplicité de leurs contacts notamment scolaire. L’analyse au Royaume-Uni de la pandémie grippale de 1957 [qui a été à l'origine de plus de 100000 décès en France] a souligné la part importante des enfants âgés de 1 à 4 ans d’une part et de 5 à 14 ans d’autre part dans la transmission virale. Les premiers représentaient 5 % de la population mais étaient considérés comme responsables de 6 à 8 % des infections, les seconds, soit 13 % de la population, étaient responsables de 37 à 43 % des cas [...] L'école constitue une zone d'amplification de la grippe"

Mais le rapport OMS-Chine pour le nouveau SARS-CoV-2 ( le ''coronavirus") indique qu''il n'est pas possible , au vu des données disponibles, de déterminer l'étendue de l'infection chez les enfants, le rôle qu'ils jouent dans la transmission, si les enfants seraient moins susceptibles ou s'ils différent sur le plan clinique"

En septembre 2009, au cours de la pandémie grippale H1N1, l'OMS (Organisation mondiale de la santé, une agence des Nations Unies) a souligné que "le moment de fermeture est crucial" et que "son effet est le plus positif quand elle intervient au début d'une épidémie, idéalement avant que 1% de la population tombe malade. Si les écoles ferment trop tard, l'impact risque d'être limité sur la transmission"

Le ''Journal du Dimanche" du 22 novembre 2009 met en valeur le mot d'ordre: "On ferait mieux de cesser de fermer les écoles'', et continue en citant le professeur Didier Rauolt, virologue, qui critique depuis plusieurs mois "la gestion centralisée et guerrière de la crise sanitaire. La politique actuelle n'est pas raisonnable. L'épidémie va durer jusqu'en mars. On ne va quand même pas fermer les écoles durant quatre mois. La grippe , c'est une tâche d'huile qui se diffuse peu à peu, pas une explosion. Que va-t-on faire des enfants si les fermetures se multiplient? La fermeture est socialement ingérable. Des crèches et des écoles sauvages vont se créer, ce qui reviendra au même". Pour le professeur Raoult, il serait bien plus utile de sortir de cette ''vision jacobine centrée sur les préfets'' et de d'appuyer sur les enseignants, meilleurs acteurs de la prévention. ''Cela peut paraître dérisoire, mais la seule façon de lutter contre l'épidémie , c'est de favoriser le lavage de mains chez les enfants, de les empêcher de se tripoter et de les renvoyer à la maison quand ils commencent à se moucher''

Sénat. La gestion des pandémies: H1N1, et si c'était à refaire? Audition publique du 14 juin 2010 de Patrick Zylberman, professeur de la santé à l'Ecole des hautes études en santé publique.

"Le 15 août 2009, le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a prôné la fermeture des classes dès que trois cas sont recensés parmi les élèves et le personnel en moins d'une semaine. Une première circulaire aux recteurs était partie en juillet, indiquant qu'il reviendrait au préfet de décider au cas par cas de fermer une classe, l'établissement, ou tous les établissements voisins. Repousser la rentrée n'a jamais été envisagé, ni en France ni dans les pays voisins. Mais, curieusement, la France envisage de fermer des classes au moment où les États-Unis et le Royaume-Uni y renoncent, déçus par le peu de résultat de cette mesure. Aucune étude n'est concluante. La mesure est sans doute beaucoup plus efficace en zone rurale qu'en zone urbaine où les enfants peuvent facilement se regrouper [...] L'application varie d'un endroit à l'autre : on ferme des classes par dizaine en Polynésie, mais on abandonne vite cette mesure en Nouvelle-Calédonie. En métropole, la mesure restera très prisée des préfets : le 18 novembre, 168 classes et 116 établissements sont fermés. Mais comme l'a dit Hugh Pennington, microbiologiste à l'Université d'Aberdeen, le problème n'est pas tant de fermer que de rouvrir - quand ? Si c'est après la disparition du virus, cela risque de prendre un certain temps !"

Une dizaine d'années après avoir mis en valeur le mot d'ordre : ''on ferait mieux de cesser de fermer les écoles'', le "Journal du Dimanche'' d'hier a adopté (prudemment) la ''prudence''. Signe des temps. De notre temps?

Gros titre en première page : "En fait-on vraiment trop?''. Titre de l'interview de François Bricaire, infectiologue: "Le gouvernement en fait trop, mais il n'a pas le choix"("Rester au chaud chez soi quand on est à la retraite, ça empêche de tomber malade. A condition d'éviter de garder ses petits enfants. Je trouve à cet égard maximaliste la fermeture des écoles dans deux départements''). Titre de l'article de Marie Quenet (la spécialiste "éducation'' du journal) :"Ecoles fermées: quels sont les bénéfices et les risques?" (suivi d'un chapeau en petits caractères: "La décision de fermer les établissements n'est pas optimale selon les scientifiques'')

Le Chef de l'Etat a réuni dimanche soir un Conseil de Défense sur la crise du coronavirus pour faire le point. Emmanuel Macron va-t-il suivre les experts anciens et nouveaux? Ou bien va-t-il poursuivre la mise en marche ''guerrière'' des annonces préfectorales successives de fermetures d'école tonitruantes (comme dans l'Oise, le Morbihan, le Haut-Rhin, Ajaccio)? C'est l'angoisse!

PS: Emmanuel Macron vient de trancher ce jeudi soir en décidant la fermeture de tous les établissements scolaires et universitaires. C'est une mesure historiquement tout à fait inédite. C'est l'angoisse! Quand cette mesure sera-elle levée? Comment pourra -t-elle l'être?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Traitements contre le Covid-19 : précipitation et prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo