Les jeunes agenouillés et le'' respect d'autrui'' de Blanquer

Devant les images de ''Mantes la jolie'', Blanquer n' a trouvé rien à redire en arguant qu'il avait fallu ''neutraliser'' les auteurs de violences . Mais ce ministre qui déroule à tout propos sa mantra de politique éducative: ''lire, écrire, compter et le respect d'autrui'', n'a même pas relevé que ''neutralisation'' ne devrait pas rimer avec ''humiliation''.

Or c'était pourtant ce qui s'était passé; et cela ''crevait les yeux'' : l'humiliation. Les ''forces de l'ordre'' auraient pu donner aux jeunes l'injonction de se tenir debout les mains croisées derrière la tête; ou, mieux , leur ordonner de s'asseoir , en tailleur. Mais elles ont voulu qu'ils s'agenouillent devant eux, ajoutant délibérement l'humiliation à la ''neutralisation''. Or c'est une erreur, car l'humiliation ne va pas dans le sens de calmer la violence. Et c'est une faute, car elle est normalement proscrite dans une société (ou un monde ) qui se veut humaniste.

Le ministre de l'Education nationale (qui n'était pas - lui - dans le feu de l'action et qui devrait être en principe le premier éducateur de France) n' y a vu que du feu... Si les mots ont un sens, et si le contexte n'est pas à une certaine folie furieuse, la prochaine sortie du ministre sur "lire, écrire, compter, et le respect d'autrui" devrait susciter l'hilarité générale.

Enfin, si c'est un moment d'égarement, Jean-Michel Blanquer devrait pourtant se rattraper en faisant amende honorable lors de ses prochaines rencontres avec des associations de lycéens pour entamer le ''dialogue''...

On ne peut en dire autant pour Ségolène Royal (qui a été pourtant ministre déléguée aux Enseignements scolaires, puis à la Famille et à l'Enfance) qui a déclaré sur Europe 1 :"en voyant ces images, j'ai été surprise. Au lieu d'être à genoux, ils auraient pu être debout [...]. Mais cela ne leur a pas fait de mal à ces jeunes. Cela leur fera un souvenir'. C'est ''l'ordre juste'', ou juste de l'ordre? On n'arrête pas le progrès.

PS (chose promise, donc chose due): je termine.désormais chacun de mes billets par la demande réitérée d'une évaluation (en bonne et due forme) des distributions gratuites des "Fables'' de La Fontaine aux élèves de CM2 (annoncées pour ceux des académies d'Aix-Marseille, Nantes et Lille en juin 2016; de toutes les académies de France en juin 2017). Ces distributions ont-elles été effectives? Combien ont-elles coûté? Auprès de qui? Avec quels résultats pour les élèves? C'est bien le moins que l'on puisse exiger du ''grand partisan des évaluations'' (pour les autres) qu'est Jean-Michel Blanquer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.